-38%
Le deal à ne pas rater :
Promo rare sur le Casque sans fil Sony WH-1000XM3
235 € 379 €
Voir le deal

Partagez
La mort en face
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: La mort en face   La mort en face EmptyMer 03 Mai 2017, 20:04

-Reconnaissance maladroite-

« E-Excusez-moi, madame ! Vous ne pensez tout de même pas sérieusement partir comme ça ? »

La voix d’un homme parvint jusqu’aux oreilles de l’hybride. Madame ? C’était amusant. Mais après tout, elle n’était plus à Fuyu, où on la traitait d’animal, de créature, de chose et ainsi de suite. Depuis le temps, elle avait apprit que Fuyu était une nation bien moins tolérante que ses voisines. Madame. C’était rafraichissant et ironique à dire alors que la scientifique était aux frontières du grand désert de Seika.

« Même si votre sacoche est remplie d’eau potable, il vous faudra bien plus que ça si vous espérez survivre. Il vous faut des montures, des vêtements appropriés … Et un guide au minimum. Il serait que pur folie de vous avancer dans cette fournaise toute seule ! »

« Eyeup … Peut-être. »

Elle venait de traversait un petit village qui servait de point de relais entre les sables infinis et le reste du monde. Un des nombreux, d’ailleurs. Four savait ce qu’elle cherchait et donc, n’avait jamais fait attention à quelque se soit d’autre que son objectif. Détermination ? Possible. Plus plausible cependant était sa fatigue chronique, sa fainéantise, son esprit brillant et pourtant si distrait… Marcher sans réfléchir, en « pilote automatique » était un moyen simple pour elle d’éviter le plus de migraine possible, de douleur dans les muscles … Une patiente fébrile depuis sa naissance et qui, pourtant, devait faire bien des choses.

Elle venait de dépasser un portail qui, entendons-nous bien, ne servait à rien puisqu’il n’était relié à aucun mur mais délimitait simplement la fin du petit village … Les pattes déjà profondément ancrée dans le sable, elle regardait un peu de droite à gauche, faisant mine de réfléchir.

« Et … Tu m’fournirais tout ça ? » La voix de la furry était grave, son intonation toujours aussi molle et fébrile, la fatigue dans son regard et pourtant, elle souriait toujours de cet air insouciant.

« Etant marchand, je dirais même que c’est mon devoir mais bien entendu, cela ne sera pas gratuit ! »

« … Heh. Cela devrait même pas m’surprendre … »

Par automatisme, Four sortit son porte feuille de l’intérieur de sa grande blouse blanche de scientifique. Celle-ci, avec les nombreuses aventures en Kosaten, avait déjà bien bavé et était déchirée à multiples endroits vers le bas, d’ailleurs … Elle ouvrit par automatisme le petit objet en cuire et en sortit une carte de crédit … Avant qu’elle ne lève les yeux au ciel en poussant un soupire las.

« Ah, ouai, c’est vrai … » Elle avait toujours ce réflexe malgré qu’elle était en ce monde depuis maintenant plus d’un an … Elle avait déjà sortit sa carte plusieurs fois durant son passage dans ce monde et tous l’avaient prit, sans aucun doute, pour une idiote de faire ainsi mais … Réfléchir le moins possible était une bénédictions pour les douleurs de Four.

Mais de ce fait, n’ayant pas d’argent, pas de Yen sur elle, ayant quitté Chikai sans préparations aucune … Elle finit par hausser les épaules en rangeant son porte-feuille.

« Mah, j’vais faire sans. J’ai pas l’flouz pour ça. »

Le marchand eut l’air perplexe pendant un instant. « Je vois … Alors vous feriez mieux de retrousser chemin, madame. Vous courrez à votre mort. »

L’hybride lui sourit d’un air nonchalant « Relaxe. J’suis pas une humaine … On fonctionne pas pareille… Faut plus qu’un petit coup de chaud pour tuer quelqu’un comme moi, heh heh … » La véracité de ses propos étaient à vérifié, cependant.

Son résonnement tenait dans le fait qu’une Furry, comparée à un humain, était majoritairement constitué de magie. Certes, ils avaient besoin de manger et boire comme toute créature vivante mais dans son monde, les furry avaient prit le dessus sur les humains pour leur capacité magique, physique et de survie bien plus développé. Four était une femme intelligente mais seulement lorsqu’elle prenait le temps de réfléchir … Torturée par sa maladie, son raisonnement était plus flou et moins aguerrit. Elle savait qu’elle faisait une erreur … Mais elle n’avait plus rien à perdre depuis longtemps.

« Vous avez une carte ? ... Montrez-moi juste où se trouvent les dernières oasis recensées . »

Le marchand s’appliqua et montra une carte qu’il maintenait à une lanière de son baluchon, dans son dos. Alors qui lui montrait les informations qu’elle avait demandé, il l’observa tout de même d’un œil sévère et consterné, une grimace douteuse caché par sa barbe et sa moustache.

« Je ne vais pas vous courir après pour vous sauvez, vous savez ? Personne ne le fera. J’habite ce désert depuis bien plus longtemps que vous, élue. Je ne sais pas ce qui vous pousse à vous y aventurer … Mais c’est du suicide, dans ses conditions. »

« … Là … et là… Okay … » Elle n’écoutait même pas, ses quarts yeux rivés sur la toile dessinée, remémorant au mieux les points vitaux de ce désert. « Hmhmm, ‘k…  Merci … T’en fais pas, mon vieux. J’vais pas faire la traversée en un coup … J’vais juste scruter les bords, heh heh … »

Et alors qu’elle lui prononçait ses mots, les mains dans les poches, la blouse ouverte flottant dans le vent aride, elle prit directement la route pour les étendues brulante du grand désert, prenant la direction que ses cerveaux géniaux lui avaient indiqué pour tomber sur l’oasis la plus proche. Mais alors qu’elle enfonçait ses pattes dans le sable, elle entendit une voix derrière elle.

« Vous allez mourir madame ! »

« Ah ? Heh heh … Moi aussi je t’aime. » Réponse classique, surtout de la part de la malicieuse hybride

Le marchand, restant bien à l’abri du portail du village, ferma les yeux un moment en hochant la tête de droite à gauche. « Ses élues sont de plus en plus excentrique… J’espère qu’ils ne sont pas tous comme ça. Ce n’est pas bon pour les affaires si tout le monde réussit à traverser le désert … Ou du moins, prétendent en être capable. »



Cela faisait maintenant une bonne heure que Four marchait seule dans le désert. Elle était en haut d’une dune de sable, admirant les étendues infinie à l’horizon. De loin, elle pouvait encore voir quelques points vibrant qui représentait le village mais la chaleur du soleil meurtrier les faisait apparaitre comme des mirages, la température troublant la vision plus loin. A l’extrême opposée, elle pouvait aussi deviner quelques points vert qui devait refléter une des oasis. Il n’est que logique que l’avant-poste soit situé non loin d’un de ses rare point d’eau … Et alors qu’elle estimait la distance entre ses deux points, elle commençait à réaliser son erreur. Comment pouvait-elle s’aventurer au cœur du désert si aller à cette oasis était déjà une plaie absolue ?

Le sable s’était  insinué sous ses vêtements, le vent foutait sa peau, passant à travers sa fourrure comme si ce n’était rien, la chaleur l’accablait plus que lorsqu’elle était à l’ombre des rares bâtiments, plus tôt … Elle voulait juste estimer la difficulté de la tâche qu’elle avait à faire car ce désert détenait son salut. Probablement pas de quoi la faire retourner dans son monde … Mais le secret d’une vie allongée. Elle qui allait mourir d’un instant à l’autre … Sans plus personne à impressionner ou à rassurer, le sourire innocent de Four était retombé dans une expression lourde de fatigue, de douleur et de désespoir. Bouger, marcher, vivre était un supplice, ses muscles étaient faible et son énergie fondant comme neige au soleil. Comment allait-elle pouvoir fouiller le désert entier et trouver un simple artefact dans cette mer de sable ? Ses espoirs s’amenuisaient petit à petit.

Il fallait qu’elle trouve un moyen de parvenir à ses fins, de trouver de l’aide … De l’aide ou de l’argent …  Il était naïf de croire qu’elle pouvait faire la traversée seule mais elle qui longeait de toute façon le désert pour retourner en Chikai, elle devait voir par elle-même. Mais maintenant, avant de chercher une solution, il fallait rentrer. Soit au village, soit à l’oasis. La fatigue, cependant, pesait sur tout son corps tremblant et le malaise se faisait petit à petit sentir. Du haut de sa dune, se laissa un peu tomber pour finir par s’asseoir, descendant un peu cette rampe de sable avant de se stopper… Le soleil tapait fort … Elle se demandait même si elle allait pouvoir continuer.
Four

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: La mort en face   La mort en face EmptySam 06 Mai 2017, 12:21



La mort en face

Feat.Four

Comme toujours, Vulgrim avait trouvé le moyen de satisfaire son désir de balades incongrues dans des lieux toujours plus exotiques. Après avoir fait le tour de Minshu en passant obligatoirement par tous les endroits les plus dangereux, notre démon préféré c'était cette fois décidé à s'éloigner de la forêt luxuriante pour rejoindre le grand empire de Seika. Depuis son arrivée dans ce monde il avait tout de suite eu envie de visiter les différentes nations, en effet il avait entendu de nombreuses rumeurs à propos des territoires du phénix mais il voulait se forger son propre avis. Il était donc parfaitement logique pour lui de faire un petit détour par les déserts afin de vérifier la soi-disante hospitalité des lieux.

Ici la lumière incandescente du soleil était tellement forte qu'il fallait constamment plisser les yeux pour avancer, sous peine d'être complètement aveuglé. Les sables étaient rougis par la chaleur, pas un seul végétaux ne pouvait espérer survivre, on aurait dit que les quelques cailloux qui agrémentaient ce paysage étaient sur le point de fondre.

L'absence d'ombre, le manque d'eau et la puissance dévastatrice de l'astre de feu réduisaient n'importe quelle promenade en une expédition mortelle qui risquait à tout moment de vous faire cuire comme un poulet dans un four.

C'était dans ses moments là que Vulgrim était bien content de ne pas être affecté par les températures extrêmes. À cause de ce maudit sceau il n'y était pas non plus totalement insensible et ressentait bien l'influence du soleil autour de lui, mais au moins il ne risquait pas de finir rôti jusqu'à l'os.

Autre détail pratique pour le démon non négligeable était son absence de la nécessité de s'hydrater. Son corps éthéré ne réclamait pas de rafraîchissement ce qui était là encore bien pratique. Néanmoins il transportait quand même avec lui de la nourriture et de l'eau, mais c'était uniquement parce qu'il avait plaisir à en consommer.

Cela faisait désormais plusieurs heures que le fantôme marchait inlassablement, plus préoccupé par l'ennui qui le gagnait plutôt que par le fait qu'il soit perdu dans un désert aride. Ces pensées commençaient à faire n'importe quoi dans sa tête: "...dix sept mille trois cent cinquante quatre moutons, dix sept mille trois cent cinquante cinq moutons, dix sept mille..."

Mais alors soudain alors qu'il était en train de s'occuper mentalement, il remarqua une forme étrange allongée au sol à moins d'une vingtaine de mètres de lui. Le curieux diable s'approcha alors intrigué pour mieux observer sa découverte.

Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'en observant la trouvaille il vit ce qui ressemblait à une étrange femme serpent à quatre bras en blouse blanche! Mais bon après tout Vulgrim n'en avait rien à faire de  l'apparence, lui-même était un cas assez spécial.

Il comprit rapidement qu'elle avait perdu connaissance sûrement à cause de la température: elle était trempée de sueur, haletait et respirait difficilement, elle avait dû s'effondrer dans le sable par manque d'énergie. Il était clair que s'il la laissait dans cet état il la condamnait sans aucune chance de survie.

Il hésita avant de prendre sa décision, car il n'était pas impossible que cette créature soit hostile... Cependant en vue de son état le Minshujin ne risquait pas grand chose si elle l'attaquait. Il s'accroupit et se plaça entre le soleil et elle pour lui offrir un répit à l'ombre. D'une main il sortit sa gourde de son sac et de deux autres il ouvrit la bouche de la femme serpent pour y verser le liquide salvateur. Enfin avec la dernière main il la secoua sans violence dans le but de la réveiller.

-Debout! C'est le moment de se lever là dedans! Lui dit-il fermement en espérant que cela suffirait pour l'empêcher de sombrer dans l'inconscience définitive.


Vulgrim


Revenir en haut Aller en bas
La mort en face
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Les 6 épreuves de la Mort [DVDRiP]
» Uptobox Le Jeu de la mort 2 [DVDRiP]
» [UPTOBOX] The Reunion [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Mortal Kombat [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: La mort en face 190103103231202569 :: Empire de Seika :: Désert brûlant-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.