Le Deal du moment : -58%
Promo sur les ficelles arc-en-ciel Ztringz ...
Voir le deal
4.99 €

Partagez
Le coup fourré
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Le coup fourré    Le coup fourré  EmptyLun 23 Oct 2017, 11:24



Le coup fourré

feat.The lone ranger



Cette guerre, cette perte de temps, encore et encore. Les Dieux se jouaient des élus, toujours. A quoi avait servit cela ? S'il le pouvait, Zayro aurait détruit les dieux ou Sul hei ou tous les élus présents. C'était l'occasion en or, trop belle et pourtant, même lui ne pouvait se le permettre. Son envie était là, sa force pas suffisante. C'était pénible de se dire une chose pareille... Le messager de l'enfer avait plutôt du mal à l'accepter. La bataille s'était terminée temporairement et les nations se retrouvaient ancrées dans un nouveau conflit avec Tenshi. Cette île volante s'ajoutait comme un cheveux sur la soupe, c'était comme terriblement bien calculé, comme par hasard.

Récupérant son cheval après s'être téléporté, Jinn continua au galop jusqu'aux steppes froides et la toundra enneigée de Fuyu. Il neigeait, quoi de plus normal dans ce territoire. Mais le colosse n'acceptait pas la défaite Fuyujin ou la défaite tout court. Retourner là bas ne servait à rien, revenir vers Sul hei non plus. Le choix qui s'offrait à lui était la désertion. Etait t'il temps de mettre tout de coté et suivre sa propre voie sans plus se servir du roi tyran ? C'était un risque au vu de sa force encore bien présente. L'oracle pouvait savoir bien sur dans un tel cas, mais bon, ce n'était pas si gênant. Heiwa et Bashô agissaient déjà dans l'ombre ou en trahissant plutôt aisément leurs propres nations sans êtres inquiétés et ceux ci étaient bien moins forts que lui.

Un bref soupir suffit pour avoir sa réponse. Il tournait le dos à Fuyu, ce qui mettrait un coup à l'armée royale de Sul', la perte de son bras droit pour de bon, en sachant que Jinn voulait garder une main mise sur Rinkyu, le second élu le plus puissant de Long, à plus ou moins égalité avec Zoro. Mais ce dernier était plus instable. La nation bleu avait fuit alors qu'elle aurait dû gagner, Long s'était fourvoyé et avait agit en faible. Zayro se fichait complètement de ce nouveau dieu et cette nouvelle lutte, la fuite était inacceptable. Cette nation ne le méritait plus. Il fit demi tour pour fuir la toundra et commencer à réfléchir à sa nouvelle vie.



Hmm ?.





Mais il n'était pas seul dans cette terres froides, non, quelqu'un d'autres l'y attendait. Le messager de l'enfer s'apprêtait à tomber dans une piège tordu et bien réfléchis, un coup fourré cruel et kamikaze.

Inconnu : Vous êtes le messager de l'enfer n'est ce pas... Oui, c'est vous. Je connais votre aura, votre regard meurtrier, votre allure, votre armure...



Vous êtiez dans la guerre, un soldat.




Inconnu : Oui, effectivement. Je me suis engagé il y'a déjà plusieurs années. Vous ne vous souvenez pas n'est ce pas. Yana, ma femme, était vendeuse dans un magasin en bord de côte d'un petit village. Vous êtes arrivé un jour, vous avez massacré tout le monde et cousu des visages sur une élue disait t'on. Je n'y croyais pas, avant de le voir de mes propres yeux.



Épargnez votre salive et moi du temps... Mourrez.




Le colosse balança une boule d'energie sur le pauvre individu, celle ci explosa et une fois la fumée dissipée alors qu'il comptait s'en aller, c'est avec une surprise qu'il constata la non efficacité de celle ci. Le type était protégé par une puissante barrière, toujours debout, il continua même son discours en fixant le géant dans les yeux.

Inconnu : Guère étonnant, je m'y attendais vous savez.. De votre part.. C'était prévisible. J'ai attendu longtemps ce moment. Je me suis engagé dans l'armée de fuyu pour esperer vous recroiser un jour. A la guerre tout était si confus, vous disparaissiez si vite, j'ai compris que je devrais attendre de vous parler seul à seul... Vous suivre une fois tout ça terminé. J'ai cru ne pas y arriver... Par tous les dieux,
qu'ils m'en soient témoins.. J'ai juré des nuits cette revanche Zayro Jinn... Pour ma femme, pour tous ceux que vous avez tués. J'ai étudié votre cas, je savais que je ne pourrais pas être aussi fort que vous.




Voyons si votre chance vous sauve une seconde fois.




Compressant cette fois la matière atomique, la barrière magique qui s'était elevé autour de l'individu commença peu à peu à céder. Cela inquieta légèrement l'inconnu, mais pas encore assez pour le faire taire. Non, il était vraiment désireux de finir son discours une bonne fois pour toute.

Inconnu : Oh mais ne vous inquietez pas, je sais que vous allez me tuer. Je... Juste.. Laissez moi finir. Je sais qu'un homme comme vous ne fuirais pas devant un type comme moi. J'ai fais appel aux plus puissants sorciers, magiciens, alchimistes, connaissances que j'avais. J'ai déboursé sans compter, j'ai vendu maisons et terrain et dignité dans l'espoir de cette entrevue. Et j'ai obtenu deux choses en retour. La première, c'est ce bouclier capable de résister à plusieurs assauts avant de céder et me laissant la liberter de vous parler sans finir en charpie... La seconde, c'est cette rune. Elle est si rare, qu'il n'en existe que deux au monde et il n'y a que trois ou quatre magiciens capables d'en construire. Vous ignorez donc ce que c'est, car c'est très ancien, mais je vais vous le révéler, je suis ici pour ça..

La matière continuait de se comprimer, pendant que l'étrange individu tenait fermement sa rune, la montrant finalement à Jinn qui l'observa par reflexe et par instinct, sans pour autant refermer la poigne de son pouvoir s'exerçant encore et encore, jusqu'à ce que le résultat lui plaise. Mais l'étranger en termina ;

Inconnu : Je suppose que vous vous en fichez.. C'est une bonne chose. Vous aurez la surprise dans ce cas et moi, je rirais dans l'au delà. Ma mort n'a pas d'importance, parce que je sais que je suis vengé, je sais qu'au moment ou vous avez fixé cette rune, j'ai gagné. Ce n'était pas si facile de capter votre attention vous savez, j'ai tenté plusieurs fois sans succès. Il faut que la personne prête son interêt et sa vision, qu'il creer une connexion... Je suis content d'avo....




Adieu misérable..




La barrière venait de céder et emportait avec elle le corps de l'individu, dans un grand boum et un grand flash, du sang, une explosion intense, de la fumée.... Une vague d'obscurité atteint alors Jinn, comme s'il venait de se retrouver inconscient soudainement. Lorsqu'il se réveilla, peu à peu, il finit par se redresser sur le sol, en étant étonné de la position ou il se trouvait, comme s'il était légèrement interveti. Il comprit au moment ou il vit celui qui lui avait parlé, reprendre la parole soudainement... Encore en vie... Mais ce n'était pas le pire.



Je vous l'avais dis ! Je vous avais dis que j'obtiendrais vengeance. Maintenant vous allez payer. Mais je ne vais pas vous tuer, non, ce serait bien trop facile ! Vous allez souffrir, vous aller endurer la vie de ceux que vous avez tant salis. Moi, je vais aller faire un tour à Seika, et amener votre propre corps à vos pires ennemis..





Zayro: Qu'est ce que vous avez fait... Comment .. Imbécile. Ils vont vous tuer, vous ne gagnerez rien ainsi. Fit t'il en tendant sa main dans sa direction, sans que rien ne sorte.



Ce n'est pas grave, je suis prêt à mourir. Mais je leurs expliquerais rassurez vous, je ferais en sorte que vous ne soyez plus nuisible, plus jamais.




L'inconnu dans le corps de Zayro, remonta sur son cheval et laissa donc Jinn dans son corps de natifs soldats de fuyu, en pleine toundra, blessé par sa propre compression atomique. Le coup fourré fut magistral, le type s'éloigna tandis que Jinn se retrouvait dans le flou le plus complet. Souffrant comme il n'avait jamais souffert, faible comme il ne l'avait jamais été. Ce n'était pas le genre de tournant qu'il avait prévu...


Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Le coup fourré    Le coup fourré  EmptyLun 23 Oct 2017, 22:27



Le coup fourré

feat.The lone ranger



Pointant sa paume dans la direction du cheval qui prenait de plus en plus de distance, forçant sur sa puissance, tentant de libérer de l'energie, rien n'en sorti. Il ne pouvait pas juste avoir perdu ses pouvoirs, tous ses pouvoirs, par ce minable tour de passe passe ? Non, c'était impossible. Zayro était encore lui même, il n'était plus dans le même corps, n'avait plus la même puissance, ni la même aura, ne ressentait plus les atomes, c'était un fait, mais pour lui, tout ceci devait être temporaire. C'est pour cela que ce  type avait agit vite et n'avait pas perdu de temps en parlotte après avoir réussi son coup, là ou il aurait pu s'en vanter.

Si c'était temporaire, plusieurs choix et sorties restaient possibles. Si cet homme livrait son corps et le faisait aller en prison, admettons, peut être qu'au bout d'un moment le processus s'inverserait et c'est le véritable colosse qui se retrouverait enfermé. C'était un sale scénario... D'autant plus qu'il n'était pas certain à cent pour cent. Il y'avait aussi cette histoire de runes, peut être pouvait il réfléchir et enquêter la dessus. En tout cas, le plan de cet insecte avait marché, comme quoi... Même un natif revanchard pouvait s'avérer dangereux.

Se relevant sans perdre plus de temps, Jinn enchaina la pas dans la neige profondes, rendant toute avancée difficile. Evidemment ce type l'avait suivit avec un cheval, mais l'avait laissé un peu plus loin, il n'était pas aussi bête au point de ne pas l'avoir fait dégager ou être parti en l'emportant par le harnais... Puis cette fatigue, ce corps faible, c'était comme lorsqu'il était venu pour la première fois en Kosaten... Non, pire encore.

Zayro: GnN..Aah, cette blessure va tuer ce corps. Tch'  

Pour le moment, il devait penser à exploiter au maximum la situation. Il était dans le corps d'un natif plus que lambda, son identité était donc bien cachée. Il ne pouvait pas poursuivre son opposant et devait se soigner au plus vite. Trouver une auberge ou un refuge était donc devenu sa priorité. Il ne relativisait pas, mais savait garder son sang froid, la tête sur les épaules. Puis une fois à l'abris, il pourrait confirmer ou infirmer certaines théories et refléxions qui trottaient dans sa tête.

Malgré une force décroissante, une blessure assez grave, plus la fatigue de la guerre, le colosse dans le corps du natif, arriva par sa volonté à remonter toute la toundra et trouver une auberge sur la seule route assez dégagée du coin. Une sacrée chance, au moment ou même sa peau gelait. Il tremblait de froid et ça, il ne l'avait pas ressenti depuis... Et bien il ne l'avait jamais vraiment ressenti. Même en combattant des élus possédant des pouvoirs comme ça, même en étant gelé sur le trône des rois au sommet du plus haut des monts Fuyujin. Tant de faiblesses dans un corps, pitoyable.

Zayro: ....  

Il ouvrit l'auberge d'un coup de pied et s'écroula sur le sol comme une vieille loque. A l'intérieur, quelques soldats, quelques marchands qui ne faisaient que passer, pas tellement de saoulards vu l'endroit perdu ou se trouvait ce lieu. Il rampa jusqu'au centre de la pièce ou se trouvait un grand feu, sécurisé par des gros granits et se posa là, en se mettant sur le dos. Un autre soldat l'approcha.

Soldat : Hey, il est blessé, il doit revenir du champ de bataille. Bordel, il a fait à sacré chemin avec une telle blessure, dégagez lui un lit, trouver de quoi le soigner !

Aubergiste : Ouais, je fais ça

Soldat : Tiens bon camarade ! Long est avec toi.

Trop faible pour pouvoir répondre, assez mal en point, fatigué et glacé jusqu'aux os, il tomba inconscient. Quelle ironie.

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Le coup fourré    Le coup fourré  EmptyMar 24 Oct 2017, 01:32



Le coup fourré

feat.The lone ranger



Musique

En se réveillant dans une chambre de l'auberge, quelques minutes après, le colosse constatait que ce n'était pas un mauvais rêve, mais bien une triste réalité. Encore coincé dans ce corps pitoyable, se redressant alors en ayant un bandage sur les côtes et faisant tout le tour de sa taille. Il avait été soigné, mais le mal était encore bien présent et rendait certains mouvements douloureux. Il toussa un peu, cela alerta le soldat et l'aubergiste, la plupart des autres clients restaient le nez dans leurs verres.

La chambre n'était pas vraiment fermée de toute manière, le soldat passa devant le tenancier pour simplement lui prendre le verre d'eau. L'armure qu'il portait, une armure typique de la garnison fuyujin lui avait été retirée, mise sur le coté pour éviter le froid et faciliter les soins.

Soldat : Hey, doucement, tu as été sacrément blessé. Mais, le plus étonnant c'est que ça semble récent. Tu t'es fais ça comment ? Tu reviens de la guerre non, bataillon six ? Ton armure est celle des gardes de camp, on m'a dit qu'un incendie à ravagé ce dernier.

Zayro: Reculez...  

Soldat : Okay, okay, hey tout doux. Je suis pas ton ennemi. Ecoute, essaie de te reposer, les soldats doivent se regrouper et rentrer à Yuki le plus vite possible. Tu t'es séparé de ton groupe, admet le, tu as deserté. Mais je te balancerais pas si c'est ce que tu crains. On sait ce que ferais Sul hei dans un tel cas.

Zayro: En effet... ....J'ai besoin de quitter fuyu...  

Soldat : Je t'aiderais. Passe la nuit ici. Demain une caravane passera, c'est un ami, je lui dirais de t'emmener ou bon te semble. Il va jusqu'à Shiryoku, puis passe les cols de Minshu et s'arrête dans un port de la nation de Manshe. Avec cette histoire d'ile volante, crois moi, tu passeras la frontière tranquillement...

Comprenant l'envie de Jinn de rester seul, le soldat aidant se dirigea vers la sortie de la chambre et tira un simple rideau en guise de "porte" pour laisser ce qu'il croyait être un compagnon et déserteur tranquille. Zayro était épuisé et ces nouveaux effets particuliers l'atteignaient. Il s'écroula sur le coussin rempli de granules et de paille, avant de chercher à observer quelque chose d'important. Le sceau était t'il encore présent ? Il l'avait dans le dos avant, ce n'était donc pas pratique à voir. Pas de miroir ici et il ne pouvait pas demander l'aide d'autres natifs, sinon il serait prit pour un élu. Il lui faudrait patienter encore un peu pour être sur.

Zayro: ...  

Cela faisait longtemps que Zayro n'avait pas dormi, pire, cette sensation de ressentir à nouveau la soif et la faim commença par le tirailler. On lui avait posé entre temps une assiette et un grand verre d'eau pour le contenter et qu'il reprenne des forces. Prenant le plat, il n'arriva pas à manger, comme si son habitude était encore présente. L'eau passa tout juste, suivit d'un grand soupir et des poings serrés.

Zayro: RHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!  

Criant sa colère, peut être pour la toute première fois, le colosse envoya son poing contre le bois du mur, sans même le briser, mais en se faisant mal à lui même. Ce n'était pas grave, sous l'effet de l'adrénaline, il ne ressenti rien. Calmé après avoir fait dégagé une émotion qu'il ne pensait plus avoir, lui qui avait perdu son âme tout de même... Se rendait compte, que ce corps humain, frêle, faible, lui offrait tout ce qu'il n'avait pas eu, tout ce qu'il avait perdu, mais lui avait également prit ou reprit, tout ce qu'il avait durement acquis et gagnés pour atteindre son but. La frustration de revenir au point de départ était trop forte... Il fallait que ce cris sorte. Cela alerta bien sur quelques personnes de l'auberge. Mais on avait compris son sentiment, on le laissa en paix et la nuit passa... Dans le silence et la perplexité.

Zayro ne trouva pas le sommeil, ses yeux restèrent ouverts sur le plafond, avec des visions de flammes et d'enfer à déchaîner.

Revenir en haut Aller en bas
avatarInvité Invité

-



MessageSujet: Re: Le coup fourré    Le coup fourré  EmptyMar 24 Oct 2017, 01:58



Le coup fourré

feat.The lone ranger



Musique again

Pendant la nuit, ce n'était pas un festival de passage, certains étaient restés pour dormir et repartir à l'aube, d'autres courageux avaient repris la route après un dernier verre. Le soldat resta là, l'aubergiste aussi forcément. Au final, ils ne restait plus que cinq personnes présentes. La nuit passa lentement, de quoi faire réfléchir le plus sage des sages. Zayro se redressa sur son lit, regardant ses blessures qui ne régénéraient pas. Avec sa force d'antan, tout ça aurait été plié depuis longtemps. Mais il n'était plus invincible, il n'était plus si fort, il n'était même plus lui même. Il n'avait jamais eu autant l'impression de perdre qu'aujourd'hui. C'était devenu un agneau parmi les loups, quoique pas encore mort.

Il lui restait tout de même son flegme, son intelligence et son sang froid hors pair, ainsi que toutes ses connaissances et sa volonté inébranlable. Pouvait t'il en faire quelque chose ? Certainement. Après avoir encore soupiré, grimaçant à une douleur qu'auparavant ce dernier n'aurait jamais ressenti, celui ci se leva et enfila son armure de soldat Fuyujin, désormais sèches. Elle était bleue et lourde, parsemés de quelques coups. La coque qui l'entourait avait protégé l'homme qui lui avait tout prit. Encore une fois, quelle ironie.

Il compta le nombre d'arme, une épée, un couteau, un bouclier. L'équipement n'était pas en reste, avec des sacoches, et les morceaux de la rune brisée, rien à en tirer malheureusement. D'ici à Seika, il faudrait à son ennemi quelques temps pour arriver à destination. Les moyens de le rattraper restaient très minces... Zayro allait devoir se poursuivre, tourner cette situation en sa faveur, à son avantage. Le challenge était immense.

Mais il ne reculerait pas.

Avançant pour sortir de la chambre et entrer dans le grand salon, il s'assit à coté des braises encore crépitantes. L'aubergiste essuyait sa vaisselle, il était le seul à être debout, une bonne partie de la nuit était passée tout de même, l'aube ne tarderait pas.

Zayro: ...  

Aubergiste: Vous voulez un verre ? La maison qui offre. C'est grâce à des soldats comme vous qu'on est en sécurité. Ces foutus élus, c'est eux qui ramènent leurs problèmes ici.

Zayro: Quelque chose de fort... Ou du vin.  

Aubergiste: Je dois avoir ça, du vin d'épice rouge, ça vient de Seika, alors éviter de dire que vous en trouver ici hein. Je le fais importer illégalement. Mais j'ai entendu votre conversation tout à l'heure, alors, je peux bien vous en donner un peu, entre criminels d'états ahah... Allez, santé.

Voila qu'il goûtait au vin ennemi maintenant... De mieux en mieux. Le pire, c'est que cet alcool n'était pas mauvais et faisait office de bon remontant. C'était si calme, il ne le remarqua pas tout de suite, mais il n'y avait plus rien, plus d'information affluentes vers lui, plus de marques à surveiller, plus d'atomes à sentir, tout était si différent. Une sorte de pression en moins, qu'il n'appréciait évidemment pas... Ce n'était pas pour lui, tant de faiblesse. Mais il enquilla le verre de vin et posa la pinte vide sur le coté, s'essuya la bouche se tint les côtes encore douloureuses. Cette foutue blessure ne partait pas, mais il se l'était infligé à lui même quelque part.

Aubergiste: Sacrément bon hein. Ca aurait pu être pire comme fin de journée, ou début de matinée. Cette bouteille vaut au moins cent yens. Au fait, moi c'est Takeshi et vous ?

Zayro: ... Moi ? C'est... Sans importance.  

Jinn ne trouvait tellement rien à répondre. S'en était déprimant.

Aubergiste: J'vois. Bon, faut que j'finisse mon boulot moi... J'ai envie de roupiller aussi, je ferme après vot' départ.

Une fois l'aube levé, le soldat et Zayro prirent donc la sortie, l'un accompagnant l'autre jusqu'à la caravane, après de brèves présentations et explication, l'entente et un paiement de main en main, Jinn fut invité à se mettre à l'arrière, au niveau des provisions. Il ferait même office de surveillance de ces dernières jusqu'à la frontière au moins. Avant de partir, le soldat lui parla une dernière fois, sous le vent impétueux et froid de Fuyu, qui balayait la neige sur les visages cachés derrière leurs capuches de fourrures.

Soldat : Bonne chance camarade. Ravi de t'avoir connu et j'espère que tu réussiras ta nouvelle vie, ou qu'elle puisse t'emmener.

Puis sans rien dire, la calèche démarra pour s'éloigner encore et encore, disparaissant dans le brouillard glacé. Le début d'une nouvelle vie ? Peut être... Peut être pas.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Le coup fourré    Le coup fourré  Empty

Revenir en haut Aller en bas
Le coup fourré
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: Le coup fourré  190103103231202569 :: Royaume de Fuyu :: Toundra boréenne-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.