-54%
Le deal à ne pas rater :
Tondeuse à barbe Babyliss Designer SH500E
59.99 € 129.99 €
Voir le deal

Partagez
Aller miner du fer blanc ...
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Aller miner du fer blanc ... Left_bar_bleue1/6Aller miner du fer blanc ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Aller miner du fer blanc ...   Aller miner du fer blanc ... EmptyJeu 30 Nov 2017, 20:11

HRP:
 


intitulé de quête:
 

Testbug, à l’avant de la charrette, chantait tue-tête. Balançant un peu sa tête sur les côtés ce faisant, la jeune femme conduisait l’attelage grâce aux rênes qu’elle avait dans les mains, certes, mais c’était avant tout sa voie qui semblait enjoindre les bêtes à obéïr … Et ces dernières le faisaient avec presque autant d’entrain que leur conductrice. Pour un peu, le vieux paysan assit à côté de la jeune femme en aurait été soufflé … mais il était trop âgé pour encore s’étonner de choses si simple, et au final, se relaxer sur son banc et écouter les paroles des chants de sa voisine lui convenait parfaitement. La route, voie commerciale bien fréquentée, était régulière et sans encombres, le ciel était clément, le climat chaud sans être étouffant … Oui. Ça avait tout d’une bonne journée.

Et pourtant, assise à l’arrière du véhicule, jambes pendant dans le vide, Valentine ne se sentait pas extrêmement bien. Tant sur le plan physique que moral. Moral ? Car elle revenait de Seika … Elle était à la base partie là-bas pour dénicher des informations sur son familier, Oor’ka – qui, lorsqu’il ne dormait pas, marchait paisiblement à côté de l’attelage – mais avait fini par y rester un peu plus longtemps que prévue … L’affaire Zayro Jinn, en particulier. Puis, ses recherches s’étaient également révélées, dans un premier temps, infructueuses, et … Et … Et elle était partie en vrille dans les grandes largeurs. Qu’est-ce qui avait bien pu lui prendre de ne pas dormir ou se reposer correctement si longtemps ? Lorsqu’elle regardait en arrière, elle se désespérait elle-même par sa conduite … Et autant elle pouvait se dire que « désormais », elle serait raisonnable …Autant elle se connaissait assez pour savoir que chasser définitivement ce genre de comportements était impossible. Elle aurait toujours CE problème  des plus pénibles qui pourrait la faire replonger … Mais elle espérait au moins que la chose lui ait servi de leçon pour les prochains mois.

Le second aspect qui rendait son moral morose était probablement le fait que, suite à une rencontre qu’elle ne s’était pas du tout attendue à faire, elle s’était très littéralement fait défoncer la tronche. Et si l’expression n’existait pas dans son monde ou vocabulaire, sa signification profonde correspondait précisément à l’image que se faisait la blonde de son combat … Elle avait perdu. « Lamentablement » était peut-être un peu exagéré, dans la mesure où elle n’avait pas été sans défense, au contraire … Mais elle aurait largement pu l’emporter, si elle n’avait pas fait autant d’erreurs avant, et pendant cette confrontation avec le marchemort. Et à côté de cela, sa défaite lui avait coûté beaucoup plus qu’une simple tape sur la joue et un renvoi dans les bras de ses parents pour pleurer … Un de ses bras, qui avait été transpercé par l’espadon du mort vivant, était présentement enfermé à la fois dans une attelle et un bandage solide, qu’elle vérifiait et nettoyait régulièrement. Elle gardait le bras sous sa veste : inutile ne serait-ce que de songer à s’en servir. Il lui faisait mal … en quasi permanence. Elle avait également écopée d’une blessure au ventre, mais cette dernière était refermée … Le reste …Surtout énormément de fatigue. Et un œil qui, s’il avait dégonflé depuis, restait bien au beurre noir. L’inconvénient d’une peau si pâle … Lorsqu’elle marquait, elle le faisait bien. Entre ça, son bras, et la fatigue que transpirait sa gestuelle entière … Il n’y avait pas besoin de beaucoup connaître l’elfe de brume pour savoir ce qui lui était arrivé dernièrement. Et quelque part, ça n’arrangeait pas son moral.

Heureusement, elle et son familier rentraient à Minshu, à la capitale … Accompagnés de la jeune samaritaine qui l’avait sauvée, Testbug. Cette dernière, malgré son nom étrange et ses vêtements complètement ruinés, semblait toujours vouloir aider l’hybride à se sentir mieux, l’aider dès qu’elle le pouvait, la faire sourire … Le simple fait qu’elle soit restée avec elle si longtemps faisait déjà chaud au cœur de Valentine. Elle ne comprenait pas forcément … mais elle n’avait ni l’intention de se plaindre, ni celle de refuser. Avoir de la compagnie lui avait manqué. Enormément.

*     *
*

Le commandant Tazuma eut une moue, quelques secondes … Puis hocha la tête, séparant ses mains qu’il avait gardé à plat l’une contre l’autre ces cinq dernières minutes. Brisant le mutisme dans lequel il s’était enfermé depuis que l’hybride des brumes avait commencé à lui parler, il soupira, hochant la tête.

Fort bien … Vous avez tout noté, mao ? Le « greffier », à leur gauche, fit un hochement de tête désintéressé. Parfait. Un rapport des plus complets, on peut le dire ...
Désolée d’avoir pris l’initiative de parler au nom de l’armée …
Bah, vous avez bien fait. Parfois, un peu d’initiative est bien plus efficace qu’un monceau d’administratif … Et au moins, nous n’aurons pas à nous en tenir à un rapport étriqué et filtré que nous fournira potentiellement Seika … Lorsque toute la poussière sera retombée, je suppose. Je n’ai pas osé demander, mais … Vous vous êtes battue ?
« Je me suis fait battre », même. La blonde eut un petit rire, et soupira. Une très mauvaise rencontre. Mais je m’en suis sortie quasi en un seul morceau … Je peux déjà m’estimer chanceuse.
Le commandant l’observa de ses yeux noirs, la scannant en profondeur … avant de relâcher un peu les épaules et le cou, massant ce dernier en regardant un autre papier, à côté de lui. Votre philosophie n’est clairement pas la mienne, mademoiselle Weathley … Mais qu’importe. Vous vous sentiriez d’attaque pour une mission d’un autre acabit ? Pas d’espionnage, cette fois, rassurez-vous.
Ma foi … Je pensais peut-être passer quelques jours à la capitale, mais … Allez-y toujours ?
Et bien, vous n’êtes pas sans ignorer que la guerre a entre autres révélé la trahison d’un des commandants de Tenshi, qui a corrompu son île entière … La blonde se retint de lâcher un « bien fait », qu’elle pensait pourtant avec une intensité rare. Elle s’était dès le début opposée avec cette alliance à cette île sortie de nulle part … Et elle avait eu raison. Cependant, elle se contenta d’hocher la tête, laissant l’homme poursuivre. Nous avons à quelques pièces d’ici un homme, se disant au service de Raïten, celle qui a réussi à … « purger » bon nombre de tenshins au cours des dernières semaines, et veut aider à la reconquête de son île, entres autres. Et il recherche des gens pour lui venir en aide. Il ne s’agit pas de se battre, si j’ai bien compris.
… Je vois. Et bien … Autant ne pas aller me prélasser dans le confort de ma demeure tout de suite. Allons rencontrer votre émissaire …
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Aller miner du fer blanc ... Left_bar_bleue1/6Aller miner du fer blanc ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Aller miner du fer blanc ...   Aller miner du fer blanc ... EmptyJeu 30 Nov 2017, 20:12

Testbug s’était endormie au soleil. Elle n’avait pu s’en empêcher : tranquillement installée sur un banc, baignée de lumière chaude et douce, avec autour d’elle un brouhaha régulier et paisible … Le sommeil l’avait emporté avant-même qu’elle ne réalise, et elle avait fait une sieste d’une solide vingtaine de minutes, en toute impunité. Après tout, elle se trouvait devant un des postes de garde de la capitale Minshujin … Que risquait-elle ? Mais malgré cette quiétude, elle s’éveilla d’elle-même, et bailla en s’étirant un peu avant de se redresser sur son banc. Regardant autour d’elle, elle chercha une trace de la traqueuse … Cette dernière lui avait demandé de l’attendre pendant son « rendez-vous », mais ne lui avait pas indiqué combien de temps il durerait. Comme de juste cependant, Valentine sortit de la porte principale précisément à ce moment-là, et … lâcha un profond soupire. Souriante, la rouquine se releva de son siège, passant à nouveau son katana dans sa ceinture en s’approchant un peu.

ça va pas ? Tu as une sale mine, tu t’es fait gronder ?
Non … Oui … Je ne sais même pas. La traqueuse, se tournant vers la jeune femme, lui fit un petit sourire perceptible malgré son masque. L’autre avait croisé les doigts derrière la tête, parfaitement détendue. C’est simplement la mine de quelqu’un qui s’est vu confier un travail pénible et pas très méritant … Et honnêtement, je m’en serais passée, mais bon. Si ça « rend service à la nation « …
Donc si je comprends bien … Pas de semaine chez toi comme tu m’avais promis à la base ?
Je vais au moins te montrer l’endroit. La blonde se gratta l’arrière du crâne de sa main valide, soupirant. Mais oui, là, tout de suite, on voudrait que j’aille un peu vadrouiller pour trouver un style de cailloux … On en a besoin pour libérer l’esprit de possédés qui se baladent sur Kosaten.
Oh. Et bien … ça me fera un peu les bras de creuser un peu, je suppose !
La traqueuse fronça un sourcil, tirant la moue. Testbug, c’est gentil de te proposer, mais je ne te force pas à venir avec moi …
Ta ta ta ! T’accompagner c’est bien plus drôle que de vagabonder seule. Et puis, dans ton état, te laisser manier une pioche seule serait de la folie. Non non, tu as besoin de moi. C’est quoi le caillou magique qu’il faut ? On le trouve où ?
… Bon … Si tu as déjà pris ta décision. La presque vampire haussa les épaules, l’air vaincue. En vérité, elle était loin d’être contre la décision de la jeune femme … Mais ne voulait pas lui donner l’impression d’approuver pour autant. Et la personne que j’ai vu m’a montré à quoi ça ressemble, brut, et m’a dit qu’il y en avait dans les environs … Mais sans me donner beaucoup de détails. Il faudrait sûrement faire des recherches … à la bibliothèque, par exemple. Une carte, ou des archives des mines du coin, ça doit se trouver.
Hum … Okay ! Moi je vais aller acheter des pioches, des pelles et un grand sac de toile. De quoi on aurait besoin d’autres … Lampe.
Tu sauras t’y retrouver, en ville ? … Et … Tu as de l’argent ?
La question n’était pas vraiment accusatrice : cela se voyait à l’expression de l’hybride, plus perplexe qu’autre chose. Mais elle se douta de la réponse en voyant sa vis-à-vis détourner les yeux, et masser un peu sa nuque d’une main. Je saurais me débrouiller, oui … Mais pour l’argent … Non, je n’en ai pas vraiment sur moi.
Mh …Ce n’est pas grave. Tiens. Décrochant une autre bourse de sa ceinture, elle lui tendit, un petit sourire sur les lèvres sous son masque. L’autre vivant qui aurait dû être mort m’a peut-être fauché pas mal d’économies … Mais je suis loin de garder tout mon or dans un seul sac.
Oh …Tant mieux ! On se retrouve à l’entrée de la ville sur le coup de midi ? ça te laisse quelques heures pour faire tes recherches …
ça ne me semble pas trop mal. Oor’ka ? Suit-moi. On retourne fouiller des papiers … Mais cette fois, promis, on évite la partie où je deviens stupide et alcoolique. Se penchant pour mettre une caresse sur le crâne de son familier, elle senit ce dernier se presser contre … Et sourit. Son contact lui avait gravement manqué, ces derniers temps.

* *
*

Une pioche sur chaque épaule, pelle en travers de la ceinture dans le dos, et sac de toile accroché à cette dernière, Testbug n’avait pas l’air d’une mineuse des plus sérieuses … Mais elle avait refusé de laisser Val’ porter quoi que ce soit. L’hybride blonde avait quelque peu protesté face à ce traitement de faveur presque abusif qu’elle recevait, qui lui donnait un peu la désagréable impression d’être maternée par une autre, mais la native était restée intraitable. Le trio était sorti de la capitale sans le moindre problème, certains gardes saluant même la blonde à son passage … La chose avait quelque peu étonné la rousse, mais en y réfléchissant bien, c’était logique : après tout, la traqueuse passait beaucoup de temps à épauler les autorités, d’une façon ou d’une autre … Et son retour à la capitale, après son premier voyage au pays du froid, avait fait sensation chez certains. Se plongeant quelque peu dans ses souvenirs, la blonde laissa s’écouler quelques minutes de silence, que sa compagne de route finit par interrompre d’une simple question.

Pourquoi tu n’as pas dénoncé l’autre rouquin qui t’as mise dans cet état à la garde ?
La traqueuse tira une moue. Effectivement, elle ne l’avait pas fait … Et n’avait pas envie de le faire. Mais le « pourquoi » ? Elle ne s’était pas forcément penchée dessus plus en détail que cela … Enfin. Elle pouvait tout de même fournir une justification … Probablement. Je me suis rendue compte, en me réveillant … que j’avais peut-être mal jugé. Je le prenais pour quelque chose à l’âme trop corrompue pour pouvoir être sauvé … mais … en le combattant …ce n’est pas l’impression que j’ai eu. Je ne sais pas.
… Et ça … Justifie qu’il t’ai fauché autant d’argent ?
Non. Mais pour cette partie-là, je n’ai qu’à me dire que c’est le prix à payer pour la manière dont j’ai agi … Tant en le provoquant de la sorte que durant la semaine qui a précédé. J’ai été idiote, tant pis pour moi.

Il s’écoula peut-être deux minutes de silence entre les deux, qui observaient Oor’ka farfouiller dans les champs, finir par probablement dénicher un mulot ou un petit lapin, et les courser sur plusieurs dizaines de mètres parfois avant de s’en désintéresser. Sa vitesse était trop élevée … Ses proies n’avaient jamais la moindre chance. Et ce n’était pas si agréable que cela pour lui non plus … Il n’avait pas faim, d’où le fait qu’il ne tuait pas ses cibles. Mais le plaisir de les chasser diminuait, si elles n’avaient pas une chance de s’enfuir.

Ce n’est pas la première fois que tu le mentionnes, mais … Qu’est-ce que c’est, exactement, une âme ?
Cette fois, la blonde haussa un sourcil. Mais elle répondit tout de même sans problème : après tout, tous n’étaient pas au courant des spécificités de son monde … Spécificités que ne partageait pas toujours Kosaten. Et bien … Je dirais que c’est ce qui fait le lien impérissable et profond entre l’esprit et le corps. L’âme de quelqu’un lui est aussi indispensable que l’air qu’il respire, et affecter cette dernière, d’une façon ou d’une autre, peut avoir des conséquences désastreuses sur la personne. La mienne a été partiellement dévorée, et à cause de cela, je suis … Elle hésita à prononcer explicitement le nom de son maux … Mais préféra éviter. « Malade ». Je pensais celle du marchemort noyée dans la magie noir, au point qu’il n’en perde la raison et ne devienne presque une bête … Mais il semble avoir une intelligence parfaitement humaine, sur certains points. Donc j’aimerais en savoir plus.
Je vois … Et qu’est-ce qui arrive à l’âme, lorsqu’on meurt ?
Et bien … Lorsque les bons rituels sont effectués et que la personne meurt « en paix », son âme est recueillie par la déesse de la mort … Et conduite à la cité noire, où elle patiente jusqu’à une réincarnation future. C’est ce que nous appelons « le cycle ».
Je vois … Une partie de toi qui ne meurt jamais vraiment, donc.
… Tu n’as pas l’air enchantée à l’idée …
Oh, ce n’est rien. Juste … Je me dis que peut-être, parfois … Il vaudrait mieux laisser les choses toucher à leur fin …

L’hybride ne répondit rien. Dans son monde, une telle déclaration en parlant du cycle aurait presque pu être considérée comme de l’hérésie. Et puis, de manière générale … Quelle était la logique à chercher à accepter la mort comme une fin définitive et totale ? Certes, même pour la blonde, elle avait toujours cette signification, puisqu’elle n’avait même pas souvenir de gens s’étant réincarnés sans changer du tout, chez elle … Mais la perspective, via le cycle, de peut-être retrouver ses êtres chers, différents mais pourtant similaires, libérait d’une grande partie de la tristesse apportée par le deuil … et faisait quelque peu reculer la peur qu’on pouvait avoir de la mort. Alors que sortir du cycle pour l’éternité …

Voyant que la jeune femme à côté d’elle semblait plongée dans des pensées plus sombres encore que les siennes cependant, la traqueuse finit par sourire. S’approchant, elle lui tapa dans le dos par surprise avec son bras valide, lui parlant d’un ton joueur : T’en fais pas vas … Je doute sincèrement que Mortem ne vienne te prendre de sitôt. Il faudrait qu’elle se donne la peine de venir jusque sur Kosaten, déjà …

La plaisanterie n’était pas particulièrement drôle, mais elle suffit à raviver le sourire de la native aux yeux verrons. Tournant la tête sur le côté, la traqueuse siffla pour rappeler à l’ordre Oor’ka, qui avait un peu commencé à s’éloigner … Heureusement que les mines n’étaient plus très loin.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Aller miner du fer blanc ... Left_bar_bleue1/6Aller miner du fer blanc ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Aller miner du fer blanc ...   Aller miner du fer blanc ... EmptyJeu 30 Nov 2017, 20:16

« Les veines de fer blanc, en raison de leurs teintes neutres, sont difficiles à différencier du type de roches dans lesquels elles se trouvent. Il est conseillé, à l’aide d’une lampe à huile dans laquelle on fera brûler un mélange d’huile claire et de sel, d’éclairer les roches d’une lumière bleue afin de saisir les reflets argentés qui caractérisent le fer blanc brut. Les veines pouvant parfois s’avérer très bien réparties dans le minerais dans lequel elles se trouvent, posséder une lumière assez puissante pour en détecter de grosses quantités d’un coup est essentiel. »
Oh. C’est pour ça que tu avais voulu acheter ce bloc de sel et de l’huile en plus avant de quitter la capitale.
J’avais déjà fait l’expérience de brûler du sel, en en jetant sur la flamme d’une torche … Je ne sais pas si le phénomène de la flamme bleue fonctionne pour tous les types de lampe à huile, ceci dit.
Hum … Et bien, qui ne tente rien n’a rien, je suppose.

La traqueuse haussa les épaules, elle-même assez peu certaine de ce qu’elle faisait. Mélanger de l’huile et du sel, c’était une chose, et c’était relativement faisable – ses griffes aidaient d’ailleurs plutôt bien à gratter le bloc tout en le tenant au-dessus du réservoir d’huile, vu qu’elle n’avait qu’une main de libre – mais bien doser … Pas assez de sel, et le mélange ne serait pas assez coloré. Trop de sel, par contre, pouvait apporter d’autres complications. Au pire, la lampe qu’elles avaient apporté avait des flacons d’huile de rechange, ainsi que plusieurs mèches … Mais en changer trop et / ou trop souvent était à éviter, aux yeux des deux femmes. Finissant de gratter le bloc de sel pendant quelques instants, la traqueuse mélangea un peu avec un petit morceau de bois propre, avant de remonter l’appareil à éclairer, et de faire un test … Ce dernier s’avéra des plus satisfaisant : la flamme qui sortit fut d’une belle couleur bleu clair, dont les reflets, même s’ils étaient peu visibles en raison de la lumière du jour, semblaient correspondre à ce qu’il faudrait pour leur mission.

Marchant ensuite quelques minutes pour rejoindre la vieille mine abandonnée qu’elles comptaient re forer un peu, les deux femmes parvinrent à destination au bout d’un laps de temps assez court, ce qui en soit était agréable : la mine n’était peut-être qu’à une heure de marche rapide de la capitale, elles pourraient rentrer sans avoir à transporter leur encombrante cargaison sur des kilomètres. Débarquant dans la caverne, l’hybride en lu le rapport à haut voix, qui résonna quelque peu contre les murs de pierre. Elles continuèrent à s’enfoncer dans les ténèbres, l’hybride se débrouillant pour soutenir la lampe à huile allumée avec son coude, alors que sa main tenait un morceau de parchemin avec quelques notes. La luminosité diminua très nettement, mais ça ne l’empêcha nullement de lire de façon fluide.

« Concession ayant appartenu en 1282 à Huan Fong, qu’il exploita durant presque 20 ans avant d’en abandonner l’exploitation, jugée pas assez rentable. Des traces de fer blanc furent décelées dans les galeries, mais l’extraction de ce matériel, jugé trop peu rentable à l’utilisation, ne fut pas pratiquée ici. La mine fut laissée à l’abandon suite au décès prompt de monsieur Fong, dont les deux héritiers ne souhaitèrent pas reprendre l’exploitation : n’ayant trouvé d’autre acheteur depuis, l’endroit est libre d’accès. »
Waow, c’est … précis, comme rapport.
Archives juridiques. Je n’ai noté que ce qui était « plus ou moins » intéressant … De toute manière, comme j’ai reçu l’ordre d’un commandant de l’armée du territoire, même si le propriétaire veut râler qu’on ait creusé dans sa mine, il ne peut rien dire. Si en prime ils sont deux et occupés à se chamailler ailleurs … Point trop besoin de s’en faire.
Et tu as pu dénicher ça comme ça, en une petite demi-heure / une heure ?
Je viens de passer environs deux ou trois semaines à fouiller des archives, testbug … Crois-moi, je sais exactement quelles questions poser et à qui pour dégotter le bon parchemin. Et puis, quand tu aides la nation … tout devient plus facile, niveau interactions avec les autres, ce genre de choses. A droite ou à gauche ?
Je dirais à gauche. Tu penses que le truc des flammes de couleur bleues va vraiment fonctionner ? ça semble … je ne sais pas, un peu tiré par les cheveux ?
Tu serais surprise par les propriétés de certains types de roches ou de métaux … Surtout s’ils sont en théorie un peu magiques, je suppose. Levant la lampe au-dessus de leurs têtes, elle fronça les sourcils … Ses yeux voyaient mieux que la moyenne, mais elle ne discernait pas grand-chose pour le moment. Mais bon, continuons à avancer.

La lumière bleue fournie par la lampe à huile n’éclairait pas aussi bien les environs que si cette dernière avait été normale, et là où l’hybride compensait par une nyctalopie qui lui permettait de ne pas trébucher à chaque problème, ce n’était pas le cas de testbug, qui finit par lâcher un juron au bout de la 6ème fois à faire un pas en avant, mais buter contre quelque chose de dur ou glisser sur de la mousse ou un roche humide. La blonde finit par lui remettre la lampe, lui permettant de s’éclairer elle-même le chemin. Certains auraient pu s’inquiéter d’une carte, pour rejoindre la sortie, mais la chose n’était à vrai dire à la base pas nécessaire, car conformément à ce qu’avait lu la traqueuse, la majeur partie des galeries dans lesquelles elles évoluaient étaient d’un modèle relativement rectiligne, où les intersections étaient aussi rare que les poils de barbe de la chasseuse … Oui, autant dire qu’elles n’en avaient croisé aucune, pour l’instant.

Parvenues à une certaine profondeur, la paire de femme et l’animal s’arrêtèrent sur ordre de l’hybride, qui prit la lampe pour la lever. En silence, elle l’approcha des parois, longeant ces dernières … Jusqu’à pointer du doigt un genre d’irrégularité, beaucoup plus marqué par les reflets de lumière que par une quelconque différence au niveau du toucher. Confiant un instant la lampe à Testbug, qui la maintint au bon niveau pour elle, la traqueuse fronça les sourcils.

La luminosité est à fond, n’est-ce pas ?
Laisses-moi voir … Oui, je ne peux pas tourner le bouton plus loin.
Mh … Je vois bien quelque chose, mais … le problème, c’est que j’ai du mal à discerner où c’est du minerais, et où c’est juste de l’humidité dont le reflet est visible sur la roche. Si on avait une lumière plus puissante… Ou peut-être d’une autre teinte ? Passes un peu la lampe pour voir, je vais essayer de rajouter un peu de sel.
Tu es sûre ? Devant l’air de la semi-vampire, la native haussa les épaules, coopérant. Très bien, très bien … Vas-y.

Découpant un morceau de son bloc de sel, la semi-vampire le broya dans sa paume, le réduisant en une poudre fine, qu’elle versa doucement dans le réservoir de la flamme …  Cette dernière, comme prévu, changea de teinte. Surveillant les murs en même temps, elle essaya, un peu à vue de nez, d’ajouter au compte-goutte pour voir à quel stade les reflets du fer blanc ressortaient le plus … La tâche avait un côté très peu maîtrisé qu’elle n’aimait pas beaucoup, mais ce n’était pas spécialement comme si elle avait le choix. Paupières plissées, elle cessa en voyant qu’elle avait l’impression que les reflets diminuaient … et soupira, laissant le reste du sel broyé lui tomber de la main sur le sol. Au prix du sel, un tel geste était quelque peu luxueux, mais elle ne pouvait pas trop faire autrement.

C’est énervant … Ce qui pose le plus problème, ce n’est pas vraiment la teinte de la flamme, mais son intensité … Une torche, ou un autre genre de source lumineuse plus puissante auraient étés plus indiquées.
Hum ..Sauf qu’allumer un feu ici n’est pas une bonne idée, n’est-ce pas ?
Pas si on tient à poursuivre une bonne vie avec des poumons sains, en tout cas. Non, il faudrait autre … … chose. Je suis stupide.
… ce n’est pas si terrible que ça de ne pas trouver le mot « chose », tu sais … ?
Hein ? Non, c’est autre chose … Oor’ka ?

Restant accroupie, l’elfe de brume fit signe au quadrupède interloqué de venir vers elle. Ce dernier, qui s’était paisiblement allongé sans trop chercher à comprendre l’enjeu ou les évènements en cours, se redressa et approcha d’un pas lent, s’arrêtant lorsque le bras valide de l’hybride s’enroula autour de sa nuque et lui frotta tendrement cette dernière. Lors de la convalescence de la blonde, il avait à de nombreuses reprises poussé son bandage de son nez, se demandant pourquoi son bras était immobilisé de la sorte … Plusieurs cris de douleur avaient fini par le dissuader d’essayer, et il se contentait maintenant de venir enfouir sa tête sous l’aisselle du bras valide, lorsqu’il en avait la permission. Ce n’était cependant ici pas le cas, car la blonde se recula légèrement.

Mon grand, j’aurais besoin que tu tentes de générer le plus d’énergie possible … Tu sais, comme à l’entraînement qu’on avait fait lors du trajet retour ?

Le quadrupède pencha quelque peu la tête sur le côté, semblant perplexe … Avant de se reculer un peu, et de s’ébrouer. Se relevant, l’hybride le regarda se concentrer, se tournant un peu sur le côté avant de regarder droit devant lui …. Et, lentement, hérisser tout son pelage, alors qu’un crépitement familier aux oreilles de la semi elfe de brume se faisait entendre. Les zones bleutées de son organisme, qui semblaient en temps normal se contenter d’émettre une faible lueur, se mirent à briller de façon plus intense, la foudre qui dansait à l’intérieur pouvant même presque être visible pour un œil avisé … Le jeune mâle poussa un grondement menaçant, alors que les deux humaines – ou presque – se retrouvaient éclairées presque comme en plein jour, distinguant parfaitement les veines de fer blanc dans le minerais, qui brillaient de mille feu. Cependant, avant que la traqueuse ou sa compagne n’aient pu dire quoi que ce soit, le quadrupède concentra subitement dans sa bouche une décharge d’énergie sphérique d’un diamètre conséquent … Et la cracha devant lui. L’attaque partit tout droit avec une célérité impressionnante, et percuta un mur, le faisant littéralement exploser partiellement avec un craquement sourd. Bras levé devant les yeux pour protéger ces derniers, la traqueuse, sur ses gardes, vérifia à l’ouïe que le choc n’était pas en train de faire céder le reste de la structure rocheuse au-dessus de leurs têtes … Mais, rapidement, elle eut lieu de comprendre que ce ne serait pas le cas : aucun bruit. Soupirant de soulagement, elle regarda un instant testbug avec un petit sourire.

Bon … je  … ne m’étais pas attendue à ce qu’il fasse ça. Mais au moins … on a vu le fer blanc, n’est-ce pas ?
Si on l’a vu ? ça m’a tellement plus brûlé la rétine que tout le reste que je le vois encore sur la roche, tu veux dire…
Mais non, tu … Tournant la tête dans la même direction que la jeune femme couverte de loques, l’hybride fronça les sourcils. … D’accord. Je vois. Mais les impressions visuelles de ce style ne sont pas supposées bouger sur ton regard, comment est-ce que …

S’approchant un peu de la paroi, elle posa sa main dessus … Tout le long du mur, une longue ligne bleutée luminescente et irrégulière serpentait, son parcours semblant un peu chaotique, mais pas assez pour ne pas être suivi … Il y en avait beaucoup plus qu’elles n’avaient pensé.

… Il faut croire que le fer blanc a des propriétés uniques avec la foudre …
Il faut croire, oui … Et ‘faut aussi croire qu’on va enfin commencer à user des pioches !


Dernière édition par Valentine W. le Jeu 30 Nov 2017, 20:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Aller miner du fer blanc ... Left_bar_bleue1/6Aller miner du fer blanc ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Aller miner du fer blanc ...   Aller miner du fer blanc ... EmptyJeu 30 Nov 2017, 20:17

Utiliser un outil à deux mains lorsqu’on en a qu’une de disponible est parfois d’une pénibilité sans nom. Et l’hybride des brumes devait bien l’admettre … Heureusement que Testbug était avec elle. Car au bout de quelques minutes, non contente de ne pas avoir pu extraire grand-chose à l’aide de sa pioche, les simples vibrations provoquées par les chocs avaient fini, en traversant son corps tout entier, par devenir douloureuse à l’endroit où son bras était en écharpe. Et, cette douleur n’allant qu’en s’accentuant, elle avait fini par cesser complètement, et se laisser tomber contre un mur de la grotte, l’air vidée de toute essence de motivation alors qu’un profond sentiment d’inutilité l’envahissait. Ce minerais n’était pas simplement une marchandise précieuse qu’elle pourrait revendre n’importe où et quand : c’était un matériel nécessaire dans l’état actuel des choses, dont les gens avaient besoin, à cet instant ou peu s’en fallait … Et elle n’était même pas en état de taper sur des cailloux pour en fournir.

Heureusement pour elle, Testbug n’avait pas attendu bien longtemps avant de venir avec elle pour l’arracher à ses sombres pensées. Dans un premier temps, elles avaient vérifié les bandages de l’hybride de brume, afin de s’assurer qu’ils n’étaient pas trop ou trop peu serrés sur ses plaies, et n’étaient pas la cause de sa douleur. Une inspection relativement brève ayant permis de conclure que non, la jeune rousse s’était ensuite installée à côté de son amie élue, et l’avait rassuré sur son incapacité temporaire. Ce n’était pas vraiment « de sa faute » si elle était dans cet état. Ça l’était, du point de vue de Valentine, mais le ton légèrement impérieux, sans pourtant se départir de sa chaleur, de la jeune femme à son côté lui permit d’avaler le mensonge. Et ce n’était que question de circonstance. Aurait-on eu besoin d’elle plus tôt, ou plus tard, qu’elle aurait pu se rendre aussi utile qu’elle ne le désirait ... ce n’était qu’une question de manque de chance, rien de plus. De toute façon, une blessure n’était jamais supposée être une aide à qui que ce soit dans la vie, et celles qu’avait récolté la semi-vampire la handicapaient depuis un bout de temps, et pour encore au moins quelques jours voir semaines : ainsi en allait la vie, pester contre n’y ferait rien. Pour conclure, la jeune native se releva, pioche en main, et lança avec entrain que, sans l’initiative de la chasseuse de monstres, elle-même ne serait jamais venu ici … et que donc, en quelques sortes, elle compensait ce que Val’ ne pouvait récolter elle-même. Et avant d’entendre le moindre contre-argument de protestation, elle se mit à cogner dans la roche, assez fort pour couvrir toute tentative de parole, et à répétition, de façon à ne pas lui laisser de moment pour commencer à parler. Amusée par cette version un peu adulte des traditionnels « nanananaaa » que pouvaient parfois chanter à haut volume les enfants pour ne pas entendre quelque chose, la blonde finit par se laisser aller contre la paroi, caressant simplement un peu la nuque de son familier allongé à côté d’elle, alors qu’elle regardait la jeune femme se décarcasser pour extraire le plus de minerais possible de cette paroi damnée. Et sans qu’elle puisse dire pourquoi … Là, dans la pénombre bleutée de ce tunnel éclairé par une lampe à huile et un animal électrique, elle se sentait bien. Mieux que tout ce qu’elle avait expérimenté au cours des dernières semaines, en tout cas …

* *
*

Hun hun. Non négociable. Tu portes le matériel, tu as passé des heures à miner, et quand on est allé filtrer un peu la récolte à la rivière tu as aussi fait plus que ta part du boulot, alors tu me laisses porter ce sac.
Mais tu as l’air d’avoir du mal à le garder en place sur tes épaules … Et je ne veux pas que
Tut- ! J’ai jamais dit que je prenais une tâche facile. Mais tu vas avoir intérêt à me mettre le 2nd bras dans le même état que le premier, si tu veux la moindre chance de t’approcher de ce truc pour me le faucher.
Pfouuuu ... Bon, fais comme tu veux, tête de mule. Mais si tu te sens mal à un moment, n’hésites pas, hein ?
Mh.

La réponse de l’hybride fit presque rire la jeune native qui marchait à côté d’elle, du côté opposé à celui d’oor’ka, qui reniflait quelque peu le sol en accompagnant sa maîtresse. Pioches passées dans sa ceinture, la rouquine soupirait, le katana (toujours dans son fourreau bien sûr) sur les épaules, et les bras posés dessus. Elle côtoyait Val’ depuis quelques semaines désormais, et avait très bien compris que, lorsque cette dernière décidait de se montrer obtuse, même la plus solide des pioches n’aurait su entamer la dureté de son crâne. C’était donc avec une résignation feinte, mais surtout un certain amusement qu’elle laissait l’hybride des brumes porter leur pourtant lourd chargement, légèrement en retrait par rapport à elle, attendant simplement que les douleurs physiques ne lui fassent réaliser qu’elle ne devait pas forcer trop. Si la rousse elle-même était fatiguée ? Oui, et pas qu’un peu : elle sentait déjà les premières courbatures se former dans ses bras, et n’avait pas de doutes sur le fait que sous peu, elle subirait des conséquences bien plus pénibles pour ses « joyeuses heures d’excavation » : frapper comme une simplette, mais le plus fort qu’elle pouvait, sur des roches n’était en rien son activité la plus reposante. Pourtant, elle se refusait selon toute vraisemblance à laisser Val’ se débrouiller par elle-même … Elle avait pansé ses plaies de la confrontation avec le roux mort-vivant, et avait vu la gravité de ces dernières. Et depuis, se montrer plus prévenante qu’une mère à son égard semblait être le seul comportement ayant traversé son esprit. Au bout de longues minutes de marche silencieuse cependant, la traqueuse laissa à nouveau entendre le son de sa voix, parlant sur un ton posé, quelque peu fatigué bien que relativement assuré.

Dis-moi Testbug … Je me demandais quelque chose.
Mh ? Si je pouvais te prendre le sac ?
Comptes dessus. Ne prenant pas en compte le ricanement de la rousse, mais attendant tout de même qu’il ne se termine, la traqueuse haussa les épaules. Non, mais simplement … depuis ce combat … Tu restes avec moi … tu m’aides à faire tout ce que je ne parviendrais pas à faire … Voir même ce que je pourrais faire, mais seulement avec difficultés … Tu me laisses prendre les initiatives de quoi faire et où aller, sans te plaindre, et en offrant toujours ta force pour telle ou telle chose … Et … Je me demandais … Pourquoi ? Rien ne t’y oblige … Et pourtant, tu serais presque moins zélée que cela si c’était le cas.
La rouquine, qui avait perdu son sourire, laissa s’écouler plusieurs secondes avant de finalement baisser les yeux, et soupirer pour répondre. Pour être … tout à fait honnête … Je ne sais pas. Je suppose que quelque part, je me sens … responsable de toi ? Après tout, je t’ai un peu sauvé la vie, là-bas, mais sans moi, tu n’aurais peut-être pas pu aller bien loin … enfin. Pas sans de grosses difficultés, dans beaucoup de cas. Donc … tant qu’à avoir voulu te soigner … J’ai voulu … Je veux te voir aller mieux. Plutôt que de faire quelque chose, de dire que c’est terminé et de passer à la suite, alors que non … ce n’est pas fini, pour toi.
Je ne suis pas sûre que beaucoup de médecins partagent ta volonté d’aider aussi durablement leurs prochains … Mais il n’y a que ça ? Tu veux … juste t’assurer que je récupère bien ? La traqueuse, qui s’était arrêtée de marcher un instant, regardait la jeune femme à côté d’elle dans les yeux, la dévisageant. Leur échange ne dura que quelques secondes, avant que Val’ ne finisse par soupirer. Tu n’es pas obligée de me dire … Mais saches en tout cas que je préfèrerais savoir.
La rouquine resta quelques instants encore silencieuse, n’avançant plus d’un pas, ayant laissé son regard tomber à terre. Finalement, elle poussa un long soupire, et releva le visage. On est pas encore très loin de la mine … mais ce ne serait peut-être pas mal de faire une pause.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Aller miner du fer blanc ... Left_bar_bleue1/6Aller miner du fer blanc ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Aller miner du fer blanc ...   Aller miner du fer blanc ... EmptyJeu 30 Nov 2017, 20:25

Dans les sous-bois où se trouvaient les deux femmes et l’animal électrique, il régnait un silence étrange. La semi-vampire pencha la tête, semblant vouloir s’assurer visuellement que sa compagnonne de route était sérieuse … Puis, haussant les épaules, elle déplaça le sac pour qu’il cesse de reposer sur son épaule, et le laissa chuter lourdement à terre. Constatant qu’elle avait légèrement fait sursauter sa vis-à-vis, l’hybride haussa les épaules.

Tant qu’à faire une pause … Je suppose que je peux bien laisser ça deux minutes, non ?
… oui, tant qu’à faire … Visiblement encore un peu désorientée, Testbug regarda l’hybride, qui s’installait en tailleurs sur le sol et « forçait » son familier à poser sa tête sur ses genoux plutôt que de lui lécher le visage. La jeune rousse réalisa rapidement sa posture, et s’installa également, dos à un arbre. Bon …
Laissant passer quelques secondes de silence, l’hybride finit par avoir un petit sourire sous son masque. Bon ?
Quel est ton plus vieux souvenir ?
L’hybride perdit son sourire. Non pas qu’elle venait de se faire rappeler quelque chose de désagréable … Mais elle ne s’était pas attendue à une telle interrogation. Prenant quelques secondes pour fouiller sa mémoire, elle haussa les épaules. Je dirais … Quelque part, quand j’étais petite … Peut-être vers mes … 6 ans ? J’étais dans le jardin de mon père, avec lui … Nous étions sous une lampe murale, sur le banc … Il me lisait une histoire … à propos je crois, de deux dragons dieux et jumeaux, qui se battaient … Mais s’aimaient …. Et dont les esprits avaient finis dans deux katanas. Se grattant un peu la nuque, la blonde eut un petit rire. Le fait que j’ai rencontré la dernière porteuse en date des deux lames a sûrement aidé, ceci dit. Elle est … ou était, peut-être … sur ce monde, également. Pourquoi cette question ?
Hm … Et avant ça … Quel âge as-tu ?
Largement plus de 700. Devant le choc qu’elle provoqua sur le visage de son amie, la chasseuse pouffa légèrement, haussant les épaules. Tu n’es pas la seule à qui ça fait cet effet … Mais oui, je me balade quelque part au-dessus des 770. Je t’avoue ne pas avoir bien tenu le compte, depuis mon arrivée ici. Ma race peut … Vivre très vieux.
je vois … Pour être honnête … De mon côté … Mes derniers souvenirs remontent à quelques mois, tout au plus. Devant l’hybride, qui avait soudainement repris un air grave également, la rousse eut un petit sourire mal à l’aise. Je ne me souviens plus très bien de mes parents … Juste … Des silhouettes floues, dans le lointain … des fantômes inidentifiables. Je n’ai pas non plus de mémoire d’amis ou d’amants eus par le passé … J’aurais du mal à te dire si je suis vierge … Et parfois, j’ai ces moments où c’est si … Dur … de se concentrer …

La traqueuse, décroisant les jambes et repoussant un peu son jeune compagnon de voyage, s’approcha de la jeune femme, venant lentement se mettre face à elle pour lui prendre une des mains dans la sienne. Les yeux verrons se posèrent dans ceux dorés … Elles se détaillèrent un instant, avant que la native ne détourne de nouveau le regard.

Je n’avais pas idée … ça transparaît si peu, pour être honnête … Qu’est-ce qui t’es arrivé ? Coup sur la tête ?
Je n’en sais rien. Si c’était le cas, ma mémoire l’aurait avalé aussi, tu ne penses pas ? Mais en définitive … Tout ce dont je me souviens, c’est de mon nom … Et pour le reste … Je ne sais pas vers où ou qui retourner … Je ne sais même pas s’il y a un endroit où je peux « retourner ». Je ne sais pas si j’ai un « chez-moi », quelque part, qui m’attend … une famille … des amis … tout ça, , j’évolue sans pouvoir dire si j’en ai ou ai eu …
Et bien … On peut toujours essayer de te « retrouver ». Les renseignements de minshus ne sauront peut-être pas forcément qui tu es ou étais exactement, mais il y a tout de même une petite chance, si on le tente … Dévoiler ton passé est sûrement possible.
… Tu vois … C’est pour cela. C’est pour cela que je reste avec toi. Pas pour découvrir qui j’étais grâce à des documents ou autres, attention … Mais … Parce que tu es prête à m’aider … Et parce que … Quand je suis avec toi … Je suis détendue. Je n’ai pas de mal à formuler une parole ou une pensée … Et j’ai l’impression de mieux me souvenir des fragments qu’il me reste, voire d’en découvrir de nouveaux … Je me forge de bons souvenirs, aussi, ça fait du bien ... Lentement, la native souleva la main de l’hybride, la portant à sa joue pour frotter cette dernière au dos des doigts de la blonde. Cette dernière, même si elle savait parfaitement qu’elle était très loin d’avoir les plus belles, propres, ou douces mains du continent, ne l’arrêta pas. Le geste était plus important en lui-même. Quand je suis avec toi … J’ai de l’énergie à revendre … Et je veux la dépenser pour toi parce que tu m’aides à me sentir mieux … voilà. C’est ma réponse.

Il s’écoula plusieurs instants de silence, durant lesquels l’hybride observa la jeune femme face à elle sans discontinuer, de longues minutes. Puis, soupirant quelque peu, elle se releva avec quelques difficultés, grognant à cause de ses blessures, et regarda Testbug faire de même. Lorsque la native vêtue de chiffons se releva à son tour, la blonde n’attendit pas longtemps pour lui passer son bras autour du torse, et l’enlacer. La native, dans un premier temps surpris, finit par lui rendre son étreinte.

Je ne sais pas pour quelle raison tu as perdu la mémoire … Mais je sais que je veux t’aider à la retrouver, ma grande. Ça … tu peux compter sur moi.
… Je n’en ai jamais douté, Val’.

Souriant, la traqueuse lui posa une tape sur l’épaule, la regardant encore quelques secondes, avant de retourner au sac de minerais, qu’elle souleva pour le remettre sur son épaule.

Bon … On le livre, ce fer blanc ? Parce que ça ne va pas se faire tout seul.
… Tu es sûre ? Dommage.

Elles s’observèrent quelques secondes l’une l’autre, silencieuses … Avant de finalement éclater de rire en même temps. Et lorsque l’hybride se calma, alors qu’elle reprenait la marche … elle ne put s’empêcher de se dire que d’avoir un compagnon lui faisait un bien complètement fou, à elle aussi.

Peu importe à quel point ce dernier pouvait être brisé à l’intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Aller miner du fer blanc ... Left_bar_bleue1/6Aller miner du fer blanc ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Aller miner du fer blanc ...   Aller miner du fer blanc ... EmptyJeu 30 Nov 2017, 20:30

Le trio avait repris la marche sans pour autant continuer à discuter, mais contrairement à un peu plus tôt, l’ambiance n’avait rien de pesante, et c’était avec un sourire que les deux femmes avançaient d’un bon pas. Traverser la forêt comme elles le faisaient actuellement n’était pas désagréables, après les paysages parfois désertiques de Seika qu’elles avaient quittés seulement au début de cette semaine, et l’expression « une promenade » de santé prenait presque tout son sens aux yeux de l’hybride, pour qui cet effort physique soutenu, mais peu exigeant faisait des miracles. Bien sûr, le soir, elle serait fatiguée, et se sortirait probablement de son voyage avec un lourd sac sur le dos avec quelques courbatures, mais c’était un prix qu’elle était très largement prête à payer … Et comparé à la plaie qu’elle avait au ventre, ou à l’état de son bras, ce n’était franchement rien. Ceci dit, elle en profiterais, dès qu’elle serait de retour dans sa demeure, pour nettoyer un peu, surveiller la cicatrisation et s’assurer que de nouveaux bandages viendraient remplacer les anciens et assurer la protection de ses blessures … Parfois peut-être, contre l’hybride elle-même. Ses mauvaises habitudes à ne pas se ménager avaient la dent dure, et si Testbug en faisait peut-être un peu trop pour la couver, sans elle, nul doute que la blonde se serait d’elle-même mise dans un état bien pire sans trop y réfléchir … Mais ce n’était pas le cas, sa guérison était en bonne route, et bientôt, tout ceci ne serait qu’un mauvais souvenir.

Ce n’est qu’à quelques dizaines de minutes de marche de la capitale Minshujin que l’ambiance changea. Toujours en forêt, les trois acolytes notèrent, chacun à leur manière, que quelque chose n’allait pas. Oor’ka se mit à humer l’air de façon un peu trop régulière, semblant chercher une piste qu’il ne partait pourtant pas suivre en courant dans l’instant. L’elfe de brume entendit des sons suspects, à la fois trop lourd pour un animal sauvage, et pourtant trop discrets pour un imposant prédateur, même si ce dernier voulait surprendre ses proies au dernier moment. Se tournant vers Testbug, elle compris sans avoir besoin d’un mot qu’elle avait également perçu que quelque chose clochait, et qu’elles étaient toutes les deux suivies. Pratiquement au moment où Testbug ouvrit la bouche cependant, quelque chose se dévoila à elle. La chose en question n’avait, ceci dit, en réalité pas bougé d’un pas : il s’agissait d’un homme, bras croisés, et adossé à un tronc d’arbre. Ce dernier, qui maintenait une partie de sa chevelure longue sous un bandeau qui couvrait toute la moitié supérieure de son crâne, exhibait des cicatrices d’une largeur audacieuse, ainsi que des muscles épais et bien formés. La traqueuse plissa les yeux en l’observant. Il n’avait nullement la tête d’un honnête homme … Et pourtant, son visage était bien la dernière chose indiquant que la situation était actuellement des plus louches.

Belle journée pour une longue promenade, n’est-ce pas ?
Mh. Mais vous n’êtes pas dans les environs pour vous promener.
Oh, vraiment ? rétorqua l’homme avec un large sourire, se décollant de son arbre en ouvrant les bras. Et qu’est-ce qui vous fait dire cela, ma jeune amie ?
Oh, simple. La douzaine de pipelettes bruyantes et mal organisée qui nous surveille et piste « discrètement » depuis quelques instants. Sans parler de celui qui, lui, marche non loin de nous depuis la sortie de la mine. Voyant qu’elle avait subitement fait disparaître l’air confiant du guerrier, Val’ eut l’envie de sourire. Testbug ne laissa pas non plus échapper ce détail, renchérissant.
Vos amis, si on peut les appeler comme ça, sont quasiment aussi mauvais pour effacer leurs présences que pour se tenir à carreau … Rien que maintenant, je pourrais facilement vous en pointer environs 7 du doigt, et je sais que j’en manquerais.
Maintenant, si vous voulez bien nous dire pourquoi vous êtes vraiment ici …

L’homme avait définitivement cessé de sourire. Mais pas comme quelqu’un ayant peur, comme l’aurait préféré Valentine. Car si cela avait été le cas, cela aurait voulu dire qu’il se reposait majoritairement sur l’avantage de la surprise, ce qui arrangeait beaucoup l’hybride, vu que cet avantage, il ne l’avait plus. Mais ici, non. Son expression était celle de quelqu’un faisant face à un problème pénible … Aisé à gérer, mais pénible néanmoins. Et cela voulait dire qu’il avait dans sa manche une autre manière de se charger des deux femmes et du quadrupède. Soupirant, il finit par faire un signe, levant le poing au ciel. Le poing en question était peut-être assez gros pour assommer un bœuf. Aussitôt qu’il fut levé, environ douze personnes, dont un certain nombre bien mal froqués, sortirent des fourrés environnants. Certains vinrent se placer autour du gros costaud, dont la silhouette faisait presque le double de certains de ses compagnons ( en largeur), tandis que d’autres restaient dans les angles morts et derrière, empêchant toute fuite facile. Se remettant subitement à sourire, le grand type passa une main derrière l’arbre auquel il était adossé … Et en tira, à une main, un katana d’un genre des plus particuliers. D’une part, car ce dernier était bien plus long que les modèles normaux, mais également parce qu’il semblait plus épais et lourd qu’une épée normale, et de loin. Le posant côté plat sur son épaule, il se tourna de nouveau vers la paire de demoiselles, s’approchant de quelques pas.

Vu que vous êtes visiblement plus douées que la moyenne, voilà mon offre … Et faites très attention, car je n’en réaliserais qu’une. Nous savons que vous êtes parties chercher du fer blanc, dans cette mine … Et à l’heure actuelle, ce métal peut se vendre cher à ceux qui sont prêts à payer pour avoir une sorte de … Protection contre les tenshins maudis qui se baladent un peu partout et agressent les gens à vue, entres autres. Le marché est simple …Vous nous remettez le minerai … Et je ne vous découpe pas en morceaux. Et croyez-moi … Le fait que l’une d’entre vous soit blessée ne fera que m’avantager, n’allez pas croire que j’aurais le moindre scrupule ou une quelconque hésitation.
… Valentine ?
Mh ? Se tournant vers sa compagne de route, l’hybride fut presque surprise. Elle ne vit sur son visage qu’une détermination farouche, bien loin des sourires joyeux, ou de l’inquiétude à laquelle elle aurait pu s’attendre dans une telle situation… … Tu veux donner le signal du départ pour leur tomber dessus ?
Non. Je veux donner le départ pour que tu prennes la fuite pendant que je les affronte.

Il y eut un instant de silence, seulement ponctué par les bavardages à vrai dire incessants de certains des roublards. Mais la traqueuse n’y portait pas attention. Elle regardait celle à côté d’elle pour savoir si cette dernière était sérieuse. Et elle le semblait. Elles n’avaient pas échangé assez fort pour que leurs opposants puisse entendre, mais la traqueuse était presque prête à réduire les résultats de cet effort en cendres en lui répétant un peu plus fort ce qu’elle venait de lui dire, histoire d’être certaine. Mais cela n’avait pas lieu d’être fait. Elle n’avait pas vraiment de doute. Et cela énerva encore plus la chasseuse de monstres.

Excuses-moi, mais est-ce que tu as perdu la tête ? Tu es peut-être aussi forte que lui, à ta façon … Mais cela n’empêche que contre tant de personnes, tu n’as aucune chance.
Je n’ai jamais dis que j’allais tous les vaincre … Mais le temps que tu partes et revienne, je devrais pouvoir les retenir facilement. Et quand tu seras revenue … Ce sera avec des renforts, n’est-ce pas ?

Ce plan était idiot et risqué à un point tel que la semi-vampire n’arrivait même pas à répondre. Elle ne connaissait pas la proximité de la prochaine ville, s’il ne s’agissait pas de la capitale en elle-même, mais même en sachant que la traqueuse pouvait courir à des vitesses très élevées, elle ne parviendrait pas à se rendre au prochain endroit habité, mobiliser des gens, et revenir en moins de … 20 minutes, peut-être ? 20 minutes … 1200 secondes. 1200 secondes à passer dans un combat où chacune d’entre elles comptaient … Si la native parvenait à ne pas se faire tuer durant ce laps de temps, cela relevait probablement du miracle. Etre capturée était également une possibilité, tout aussi loin d’être agréable … 20 minutes. Au mieux.

D’un autre côté, il fallait se montrer réaliste. Valentine n’était pas lâche, mais pas non plus totalement stupide. C’était quasi suicidaire de combattre à un bras et avec une plaie au ventre à peine refermée. Sans parler de sa fatigue … ou, encore une fois, du surnombre d’opposants. Testbug n’était pas entièrement dans le faux … La traqueuse serait plus un handicap, quelque chose qu’elle devrait protéger malgré elle, qu’une alliée capable de faire la différence. Et elle ne voyait pas très bien comment expliquer à Oor’ka de rester et combattre au côté de la rousse, alors que l’elfe de brume, elle, prenait ses jambes à son cou. La chasseuse ne savait pas quoi faire. Tous les choix lui semblaient mauvais. D’un côté, la peur de mourir … De l’autre, celle de perdre une amie. La traqueuse ferma les yeux un instant, voulant se donner quelques instants, quelques précieuses secondes supplémentaires pour réfléchir …

Val’.
Elle rouvrit les paupières quasi instantanément. Testbug avait, un instant, abandonné son expression guerrière. Elle la regardait au contraire avec un de ces sourires, à la fois si chaleureux, mais en même temps amusés de quelque chose … Un sourire qui permettait, mieux que le plus robuste des boucliers, de faire face à toutes les épreuves et les craintes. Un sourire qui effaça les doutes de la traqueuse.
Go.

Avant même que ses réflexions et pensées cohérentes ne l’aient compris, les muscles de ses jambes s’étaient actionnés. La blonde avait fait voler des mottes de terre du sol rien qu’avec son impulsion de départ, et avait pris de cours tous ceux qui observaient la scène. L’épéïste au nodachi fut probablement le seul à un tant soit peu tenter de réagir, mais avant qu’il n’ait pu porter un coup décisif ou même finir d’armer complètement son attaque, la semi-vampire l’avait dépassé, courant à côté de lui. L’idée de foncer droit dans ce qui leur bloquait le passage était loin d’être la moins risquée, mais couplée à l’effet de surprise et à la vitesse d’action, la pluricentenaire se sentait comme entourée d’un bouclier invisible, dont l’effet se lisait sur les visages hébétés des bandits qu’elle dépassait.

Qu’est-ce que vous faites !? Arrêtez-la !
Hey, gros balourd !

Elle ne perçu plus qu’un cri guerrier, suivi du choc d’une lame contre une autre. En l’espace de quelques secondes seulement, elle n’eut plus personne devant elle. Prenant des appuis solides, mais étranges, elle se mit plus à bondir et rebondir sur les côtés, progressant de manière irrégulière et imprévisible sur le plan latéral, alors qu’elle s’éloignait. Deux carreaux vinrent se planter, sans conviction, dans des arbres non loin d’elle, la ratant à chaque fois d’une bonne mesure. Au bout d’une dizaine de seconde, les bruits des combats s’étaient estompés. Au bout d’une vingtaine, ils avaient disparu. Et au bout d’une trentaine, l’hybride des brumes n’entendait plus que les palpitations de son cœur dans ses oreilles, alors qu’elle cherchait à courir encore plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Aller miner du fer blanc ... Left_bar_bleue1/6Aller miner du fer blanc ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Aller miner du fer blanc ...   Aller miner du fer blanc ... EmptyJeu 30 Nov 2017, 20:32

Oor’ka rejoignit sa maîtresse quelques instants à peine après le début de sa fuite. Si l’animal n’avait visiblement pas de mal à courir aussi voir plus vite qu’elle, il n’avait en revanche pas eu la capacité de comprendre qu’il fallait partir de là où ils se trouvaient un peu plus tôt, et en conséquence, il avait dû faire tout son possible pour rattraper celle qui s’occupait de lui depuis qu’il était bébé. Le duo se déplaçait à une vitesse presque dangereuse dans les bois, devant parfois plus esquiver les arbres que simplement « passer à côté ». Mais chaque seconde comptait. Et la traqueuse n’était très certainement pas prête à en gaspiller ne serait-ce qu’une seule. Rejoignant la route, elle accéléra encore le rythme en voyant qu’elle se déplaçait sur quelque chose de stable et régulier, et sur lequel le chemin était assez dégagé pour que sa progression se fasse sans encombre. Et en prime … Au bout de toute route, il y a une ville.

Il ne lui fallu que quelques minutes pour rejoindre cette dernière, à une vitesse qui surprit atrocement les habitants qu’elle croisa. Mais sans s’en préoccuper, la chasseuse de monstres fonça directement vers le poste de garde, dans lequel elle rentra en tempête. 3 hommes en armure qui se trouvaient dans le hall d’entrée du petit bâtiment sursautèrent à son irruption, se tournant vers elle d’un seul homme. Avant qu’ils n’aient pu prononcer le moindre mot cependant, l’hybride avait abaissé son masque pour prendre la parole.

J’ai besoin d’aide … Dans la forêt … Environ 15 bandits … Ils ont …hhhh … Acculé mon amie … Venez avec moi …
Attendez, madame … Calmez-vous. Vous avez été attaquée par des bandits dans la forêt ?
Oui ! Testbug est toujours là-bas … Elle se bat contre eux … Venez m’aider !
… ça pourrait être la bande à Dulor.
Je préviens les autres ?
Mhhh … Nous allons avoir besoin d’un peu plus de nous trois, oui.
Bon, et bien …
VITE, IL Y A QUELQU’UN EN DANGER DE MORT PENDANT QUE VOUS VOUS POSEZ DES QUESTIONS !

Le fait d’avoir hurlé assez fort pour que tout le pâté de maison – littéralement – puisse entendre n’était peut-être en soit pas le moyen le plus poli ou diplomatique de presser les gardes, mais vu le stress évident que subissait la blonde, on ne lui en tint pas rigueur. En quelques instants, une vingtaine d’hommes furent préparés et en selle, et le groupe reparti vers là où les dirigeait l’hybride, les chevaux peinant presque à suivre le rythme de sa course. Elle « profita » du chemin pour lui expliquer sa situation d’élue, le fait qu’elle était dans les environs pour du fer blanc, et face à qui elle et testbug étaient tombées. Apparemment, « Dulor » était un criminel recherché dans la région, dont les pillards, peu courageux mais persistants, n’avaient eu de cesse de dérober ce qu’ils pouvaient aux voyageurs, convois et autres. Un tueur de sang-froid, dont l’arme impressionante avait déjà bu le sang d’innombrables personnes … Le garde qui faisait sa description cessa tout de suite en comprenant qu’il parvenait à faire encore accélérer la blonde, à un point auquel plus personne n’arriverait à la suivre, à l’exception de l’animal bleuté qui courait à côté d’elle.

En tout, le calcul de Valentine fut relativement correct : il ne fallut au groupe que 17 minutes, partant du moment où elle avait quitté Testbug, pour rejoindre le lieu où avait pris place l’agression. Sans grande surprise, ils n’y trouvèrent absolument personne … Pourtant, la blonde parvint à garder la tête relativement froide, et se mit presque tout de suite à analyser la scène du combat. De nombreuses traces de coups de sabres, ou projectiles plantés dans les arbres prouvaient que la rousse, malgré son infériorité numérique totale, était parvenue à donner du fil à retordre à ses opposants. Et c’était sans prendre en compte les nombreuses traces de sang visibles ici et là … Détail morbide, un des hommes de loi tomba même sur plusieurs doigts coupés, non loin d’un poignard recourbé dont la lame était vierge de tout liquide carmin. Mais aucun cadavre … du moins, aucun visible. Pas de trace non plus du fer blanc, mais ce n’était pas très étonnant. En réalité, la seule trace visible du passage de Testbug était son katana, qui fut retrouvé à l’écart des lieux du combat … Planté dans le sol. Il y avait une trace noire sur le sol, autour, comme si quelque chose avait … fondu ? Perplexe, l’hybride des brumes retira l’arme de là où elle se trouvait. Aucune trace de la propriétaire … elle retourna instiguer sur les lieux de l’affrontement même, à la recherche de quelque chose, un indice … Il fallut quelques minutes pour le remarquer, mais la traqueuse, plus qu’habituée à suivre des pistes animales et autres, nota bientôt des traces de pas partant dans une direction précise, accompagnées de traces de sang régulière … Les bandits, blessés, étaient rentrés soigner leurs plaies.

Le groupe ne se remit pas en mouvement à la même vitesse qu’avant… c’était inutile. Les chevaux ne pourraient pas galoper dans les sous-bois, et de toute manière, ceux qu’ils poursuivaient – en grande partie grâce à la blonde – ne devaient pas non plus aller bien vite. Il fallut peut-être une demi-heure de marche, en vérifiant plusieurs fois la piste et en faisant preuve de prudence vis-à-vis des animaux sauvages, pour trouver finalement ce qu’ils cherchaient. Une grande hutte, du toit de laquelle sortait un filet de fumée noire. Même de l’extérieur, l’elfe de brume entendait parfaitement les sons de discussions et le remue-ménage qui avaient lieu à l’intérieur. Le chef du groupe de gardes, prenant la tête, s’approcha de la porte. Des gouttes de sang étaient visibles jusque sur le pas de cette dernière, de plus en plus larges et nombreuses. De trois coups de poing fermes, l’homme frappa le battant, parlant d’une voix claire.

Au nom de la république de Minshu ! Ouvrez cette porte immédiatement !

Du bruit se fit entendre de l’intérieur du bâtiment, mais personne ne prit la peine de répondre distinctement. La semi-vampire faillit ouvrir d’elle-même, mais le capitaine la retint. Lorsque ses yeux gris croisèrent les pupilles de la traqueuse, il eut énormément de mal à garder son calme, impressionné – dans le mauvais sens du terme – par toute la négativité qui s’exprimait dans les deux pupilles d’or. Il parvint pourtant à reprendre la parole presque sans faillir, après un soupire.

Nous savons qu’ils sont là, mais nous ne savons pas dans quel état. Mieux vaut les laisser se dévoiler d’eux-mêmes que leur donner un avantage. De plus, même si les chances sont infimes, nous ne pouvons prendre le risque de simplement défoncer la porte d’un groupe de chasseurs. Haussant le ton alors qu’il se retournait vers la porte, le soldat haussa le ton. S’ils ne répondent pas dans les instants qui suivent en revanche, c’est une autre histoire.
Une minute …

La voix, venant de l’intérieur de la bâtisse, n’était pas bien gaillarde. Patientant encore quelques instants, le groupe vit finalement le battant s’ouvrir lentement … et révéler un adolescent. Valentine reconnut, à ses yeux, qu’il faisait partie du groupe de plus tôt … Il avait une marque violacée à la joue, et cette dernière était fort gonflée. Un coup de pommeau. Pas un coup tendre.

On se rend. Et si vous avez le moindre médecin avec vous …
Qu’est-ce qui est arrivé à Testbug ?
… Je ne sais pas. La dernière fois que je l’ai vu, elle m’a laissé ce souvenir … Il pointa sa joue du pouce, avant de se détourner, retourner à l’intérieur de la hutte. Je n’ai repris connaissance qu’ici … Venez.

Une fois passé le pas de la porte, étrangement … tout sonnait très différemment. Les « discussions » étaient soit des échanges pressés vis-à-vis d’un besoin, tel que de l’eau chaude, des bandages, du fil et des aiguilles … soit des complaintes de blessés plus ou moins graves, dont un certain nombre ne se remettrait peut-être jamais totalement. Et les bruits de la vie de tous les jours … Des instruments qu’on se passait, des plaies qu’on soignait, des moyens d’alléger les souffrances des plus mal en points qu’on mettait en œuvre. Les hors-la-loi ne commentèrent, pour la plupart, même pas l’arrivée de la garde : certains au contraire semblaient soulagés … Après tout, il y avait de plus fortes chances pour quelques-uns de survivre en prison qu’ici …

Pourtant, cette vision pitoyable ne calma que très peu l’esprit de la chasseuse de monstres. Une très rapide inspection lui indiqua que celle qui lui avait dit de fuir, un peu plus tôt, n’était pas ici. Et l’incertitude totale dans laquelle cela la laissait était tout, sauf bonne. Pour qui que ce soit ici.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Aller miner du fer blanc ... Left_bar_bleue1/6Aller miner du fer blanc ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Aller miner du fer blanc ...   Aller miner du fer blanc ... EmptyJeu 30 Nov 2017, 20:37

Il ne fallut pas bien longtemps pour retrouver Dulor, le fameux chef de la bande. Et il suffit d’un coup d’œil à l’hybride des brumes pour comprendre que, s’il s’était agit d’un duel, il ne l’aurait définitivement pas emporté … Une large incision, légèrement courbée, partait d’un de ses trapèzes, courait presque verticalement l’extérieur de son pectoral gauche, et se terminait le long du flanc. Le bras était presque parfaitement inerte, posé sur l’accoudoir du fauteuil où il attendait qu’on apporte de quoi le recoudre. La plaie avait été lavée, et bien qu’elle continue toujours un peu de saigner, il n’y avait pas besoin d’un œil – très – expert pour voir qu’elle était d’une netteté qui témoignait de la maîtrise de celle qui avait infligé cette blessure.

Qu’est-ce qui est arrivé à Testbug ?
Testbug … ? Tel était donc le nom de cette Shinigami …
Poussez-vous. Ya des blessés, ici, ‘zont b’soin de soin.

L’homme qui avait prononcé cette phrase désagréable avait tenté de bousculer Valentine pour passer : l’elfe, dont presque chaque muscle était crispé à un point insupportable, ne bougea pratiquement pas. Le « toubib » lâcha donc un juron, renversant un peu de l’onguent qu’il était en train de touiller, mais poursuivant tout de même jusqu’à son chef, sur la plaie duquel il se mit à appliquer la mixture grasse à l’aide d’une petite spatule.

J’ai posé une question, et j’aimerais qu’on me réponde.
Mh. Finissant ce qu’il était en train de faire, le vieil homme reposa sa spatule dans son bol, et se tourna vers l’hybride. Ses cheveux gris et sales étaient si fin qu’ils donnaient l’impression qu’une araignée les avait tissé sur son crâne, et à chacun de ses mouvements de tête, ils étaient agités d’imperceptibles mouvements qui donnaient quelque chose d’hypnotique à cet homme, dont le visage était pourtant émacié, mal rasé, au teint jaunâtre et somme toute passablement laid. Son œil mort n’arrangeait absolument rien à ce portrait quelque peu pathétique. Tu veux que j’te dise ce qui lui est arrivé ? Il lui est arrivé qu’elle a réussi, en l’espace de quelques minutes, à blesser la quasi intégralité du groupe, même si elle a pris bien cher pour ça.
Elle a été blessée ? à quel point ?
Bien sûr qu’elle a été blessée ! J’vais même partie de ceux qui ont réussi à lui tirer dessus. Un beau carreau d’arbalète comme ça, dans le rein droit. Ça lui apprendra à se balader à moitié à poil, à c’t’espèce de putain. Ouvrant la bouche pour se racler la gorge, le malfrat dévoila des dents tordues et noires, avant de cracher par terre, aux pieds de la vampire. A la fin elle saignait comme un porc. Et tu veux que j’te dise ? Bah j’espère qu’elle en a crevé, parce que c’est vraiment tout ce qu-

Valentine tenait le katana de Testbug en main depuis désormais quelques dizaines de minutes. La lame, privée de son fourreau, était nue dans sa main, mais elle savait parfaitement comment la maintenir sans s’entailler bêtement. Lorsque le malfrat avait, une fois de trop, voulu se montrer provoquant en insultant son amie, l’hybride avait levé la main, et lancé la lame en l’air. Pas bien haut, pas bien vite, et pas de façon agressive : juste de quoi lui faire monter un mètre ou deux, puis redescendre. Mais dans le temps où le katana était en l’air, elle avait transformé sa main toute entière. Cette dernière s’était amincie, durcie : les doigts s’étaient effilés en griffes osseuses aux reflets métalliques menaçant. Et de cette main, elle avait collé au vieux qui lui faisait face un mélange entre un coup de poing et une claque qui avait fait pousser un hurlement de douleur à ce dernier, qui fut jeté à terre par le coup, se tenant le visage en hurlant. De ses doigts ensanglantés, la blonde récupéra la lame au vol, n’ayant que du mépris dans le regard en regardant cet homme, un instant plus tôt si fier, ramper et gémir. Le capitaine, en revanche, lui posa tout de suite une main sur l’épaule dans le but de l’empêcher de faire plus, mais il avait visiblement compris la futilité de son geste, car la traqueuse ne bougea de toute façon pas, et la main se posa sans force.

Ca suffit !
MON ŒIL ! ELLE M’A ARRACHE L’ŒIL ! AAAAH ! ELLE M’A ARRACHE L’ŒIL !

La scène provoqua un silence général dans la hutte – à l’exception bien sûr de celui qui hurlait – et tous les regards se braquèrent vers le quatuor, et en particulier la seule femme qui en faisait partie. Cette dernière, regardant l’homme à terre jusqu’à ce qu’il ne cesse de crier pour simplement gémir et pleurer, se tourna ensuite vers le chef. Le visage de ce dernier était toujours aussi impassible.

De tels actions sont intolérables, madame Weathley. En d’autres circonstances, ou si vous recommencez cela, vous pouvez être sûr que nous vous jetterons dans les mêmes cachots qu’eux.
Quelqu’un dans la salle manifesta plus qu’ouvertement son refus d’être enfermé « avec cette folle » : plusieurs voix suivirent, avant que les soldats ne rétablissent l’ordre. La blonde n’avait toujours pas détourné le regard.
Je passe l’éponge pour cette fois, pour avoir assisté à la scène, et en raison des … circonstances. Mais à partir d’ici, vous feriez mieux de partir prendre un peu l’air, nous nous chargerons de tout. Y compris du minerais que vous avez ramené.
Je n’ai toujours pas eu de réponse claire vis-à-vis de Testbug.
Le capitaine allait dire quelque chose, mais Dulor leva son énorme main. Soupirant, le bandit se pencha un peu en avant, et prit la parole d’une voix grave. Malheureusement, si les réponses de mes hommes étaient si évasive, c’est parce que nous n’avons aucune certitude. Après votre départ, votre amie m’a confronté directement, et s’est battu avec un talent qui m’a surpris. J’ai d’ailleurs payé cher de la sous-estimer … Suite à cela, blessée mais toujours capable de combattre, elle s’est jetée sur mes hommes, qui se sont défendus du mieux qu’ils pouvaient. Pour le résultat que vous voyez ici … Beaucoup rapportent cependant avoir eu le temps de lui infliger des blessures plus ou moins sévères, avant le plus souvent d’être mis hors-combat, ou pire. A un certain point, la situation  s’est calmée, et nous avons réalisé qu’elle n’était plus nulle part. Nous ne sommes pas partis à sa recherche, nous sommes tout de suite revenus ici avec le fer blanc. C’est tout ce que je peux vous dire.
… Donc … elle est peut-être toujours là-bas ?
Nous ferons des recherches dès que …

Le capitaine n’avait pas eu le temps de finaliser sa phrase que l’hybride avait déjà pivoté, et marchait rapidement vers la sortie de la hutte. Dès qu’elle en franchi la porte à vrai dire, elle partit en sprintant : son familier, qui s’était allongé à côté, dû se relever et la suivre avec empressement. Les soldats s’étaient un instant regardés les uns les autres, mais il fallait être réaliste : personne n’avait la capacité de la rattraper, dans l’état actuel des choses. Ils commencèrent plutôt à préparer brancards et civières, afin de pouvoir rapatrier tous ces blessés, et portèrent, pour ceux qui le pouvaient, aide aux différents soigneurs.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Aller miner du fer blanc ... Left_bar_bleue1/6Aller miner du fer blanc ... Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Aller miner du fer blanc ...   Aller miner du fer blanc ... EmptyJeu 30 Nov 2017, 20:38

musique:
 

Cela ne faisait que quelques semaines que la traqueuse et la rouquine étaient « ensemble », si l’on pouvait dire. Leur rencontre avait été des moins conventionnelles : alors que la chasseuse de monstres s’était fait battre à plate couture par un autre élu, la rousse était venue à son secours, et avait veillé sur elle dans un endroit sûr, après avoir pansé ses plaies. Lorsque l’hybride s’était réveillée, la sabreuse était restée, et l’avait aidé tant que durait la partie la plus dure de sa convalescence … Elle lui avait apporté à manger, à boire. L’avait aidé à laver les plaies dont son corps était orné, et même si elle n’avait pas toujours les bons gestes ou les bons mots pour rassurer ou réconforter sa protégée, il émanait toujours de ses paroles et actions une bonté, une intention qui ne pouvait que réchauffer le cœur de l’élue. Pour la première fois depuis qu’elle était arrivée sur Kosaten, cette dernière se sentait à la fois proche, et appréciée par quelqu’un.

Bien sûr, il y avait ce garde, avec lequel elle avait échangé un baiser avant qu’il ne parte à la guerre, Itachi … Elle le connaissait désormais d’assez longues dates, mais quand bien même elle savait avoir des sentiments pour lui, leurs entrevues étaient trop rares, souvent alors qu’il travaillait, et trop peu privées et personnelles pour que quelque chose de sérieux ne puisse s’établir. Bien avant cela, à peine lorsqu’elle était arrivée, elle avait passé plusieurs semaines en compagnie d’autres élues, faibles comme elle … Mais là aussi, la relation était quelque peu forcée par la nécessité, et si elles avaient commencé à former un équipage, puis un groupe de mercenaire, elles n’en étaient pas pour autant devenues des amies proches : la preuve en étant que sur le groupe de 4, une avait disparu en même temps que son navire sans même être pleurée, une seconde était partie lorsque le groupe de mercenaire s’était dissolu … Et la dernière, c’était la traqueuse elle-même qui avait mis fin à ses jours, car elle représentait une menace. Daliah Fortune, Akemi Tokugawa, et Madame … Pour le reste, ses rencontres avaient été certes assez nombreuses au final, mais jamais très poussées.

Même si la traqueuse était très vite de nouveau parvenue à s’occuper d’elle-même, Testbug ne l’avait pas laissé s’en aller comme cela … Au contraire même : elle lui avait emboité le pas, prétextant l’ennui que la région commençait à lui inspirer, et vantant le manque d’attache comme un motif pour partir … « manque d’attache », ou peut-être plutôt, le fait qu’elle était attachée non pas à un lieu, mais à une personne. La blonde ne savait pas d’où venait toute l’appréciation que la rousse lui témoignait. Elle ne se l’expliquait même pas : elle était quelqu’un de froid, de dur au quotidien, à l’humour rare et aux pensées moroses … D’autant plus après sa défaite face au marchemort. Et pourtant, à tout cela, Testbug était restée. Avec son sourire et son innocence. Et bientôt, l’affection de l’une pour l’autre était devenue mutuelle, la traqueuse était obligée de se l’avouer. Ce n’était pas de l’amour, mais quelque part … peu s’en fallait. Et c’était en ruminant ces pensées que la chasseuse de monstres, en l’espace de quatre minutes à peine, avait fait le trajet retour pour revenir aux lieux du combat. L’endroit n’avait pas changé d’un iota … Si ce n’était que le sang, s’imprégnant dans le sol et teintant la terre et l’herbe, charriait désormais une odeur encore plus forte qu’auparavant.

Une nouvelle fois, la traqueuse inspecta l’endroit. Faisant appel à ses compétences, à ces capacités qu’elle avait acquises des siècles plus tôt en pistant, évaluant,  en observant son environnement et en suivant son instinct, elle repassa sur chaque endroit où elle avait déjà posé l’œil, et ne laissa aucun endroit inexploré. C’est presque naturellement qu’elle finit, au bout d’un certain temps passé à fouiller les environs, par se retrouver à l’endroit où elle avait retiré le katana de sa jeune amie du sol. Mais presque aussitôt, elle fronça les sourcils. Quelque chose clochait. S’accroupissant, elle fouilla la zone du regard pendant un petit moment. Elle retrouva sans trop de mal la trace, dans la terre, de la lame qui s’y était enfoncée plus tôt. Mais … il … manquait quelque chose. Ramassant un peu de terre humide dans son poing, elle fronça les sourcils … Puis réalisa. La matière noire, qu’elle avait vue plus tôt. Le détail l’avait choqué lorsqu’elle avait observé la première fois, mais sur le moment, elle pensait que les brigands avaient vraisemblablement emporté la rouquine avec eux, puisqu’elle n’était nulle part. Mais maintenant …

Quelque chose d’autre attira son attention. Quelque chose qui se trouvait dans un buisson, et s’envola sous un subit souffle de vent. Vive, la traqueuse se releva promptement, et couru sur quelques mètres pour saisir la chose au vol. Ce n’était pas vivant. Ce n’était même pas réellement animé, juste assez léger pour se faire porter par un courant d’air. Serrant la chose entre ses doigts, l’élue réalisa ce dont il s’agissait assez lentement … C’était un bout de tissus. Vieux, gris, et usé. Un bout de tissus du même style que celui qui composait les loques que portait Testbug. Un bout de tissus tâché de sang, infime, et volatile …

C’est probablement à ce moment que la blonde eut cette pensée, très, trop précise, qui la fit tomber à genoux. Elle sentit son cœur se mettre à battre de façon irrégulière, et son souffle se raccourcir involontairement, alors qu’elle réalisait, lentement. De sa seule main valide, elle serra le morceau de vêtement de toute ses forces, alors que des larmes se mettaient à border ses yeux, les baigner. Tirant sur son masque pour dévoiler sa bouche, elle inspira un grand coup … Avant de pousser un cri ressemblant à un gémissement trop puissant. Son cerveau avait finalement digéré les faits …

Elle ne la reverrait plus jamais. Elle ne profiterait plus jamais de son contact, de son sourire. Elle ne sourirait plus à ses petites boutades, de même qu’elle ne la verrait plus jamais hausser les épaules avec un sourire d’enfant sans regret à ses petites piques ou avertissements. Elle ne passerait plus de longues soirées à discuter de tout et de rien avec elle, à s’intéresser à ce qu’elles avaient vécu toutes les deux dans la journée, même si c’était insignifiant. Elle ne serait plus rassurée par son souffle paisible, durant les heures les plus sombres, alors qu’elle-même ne trouvait pas le sommeil. Et elle n’observerait plus les deux yeux verrons de la jeune épéïste, dont le sabre était la possession la plus chère, et l’amitié la chose la plus précieuse. Testbug était morte dans cette forêt, pour la protéger.

Elle l’avait perdue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Aller miner du fer blanc ...   Aller miner du fer blanc ... Empty

Revenir en haut Aller en bas
Aller miner du fer blanc ...
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: Aller miner du fer blanc ... 190103103231202569 :: République de Minshu :: Forêt luxuriante-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.