Le Deal du moment : -50%
-50% sur le Hub 4 ports USB 3.0 de KabelDirekt
Voir le deal
6.99 €

Partagez
Purger les corrompus
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Purger les corrompus Left_bar_bleue1/6Purger les corrompus Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Purger les corrompus   Purger les corrompus EmptyVen 12 Jan 2018, 19:04

quête du mois de décembre:
 

[HRP=contexte]Ce rp fait suite au RP « Aller miner du fer blanc », sans lequel la compréhension du premier post (au moins) va être difficile. (avis aux amateurs)
Valentine est de niveau 56sachant que deux ou trois RPs « encore en cours » se déroulent chronologiquement bien avant celui-ci. (donc elle serait plus vers les ~60 voir 65)[/spoiler]

… Valentine … Depuis que je vous connais, même si je n’ai pas toujours été très enjoué par votre caractère, j’appréciais en revanche votre sérieux. Mais là, vous êtes totalement ailleurs … Quelque chose ne va pas ?

L’hybride releva les yeux uniquement. Son menton, lui, restait pratiquement collé à sa poitrine. Elle fut tentée de lâcher une remarque acide … avant de renoncer. Comme … Très régulièrement, depuis 3 ou 4 ans maintenant, elle était de nouveau ici, dans ce poste de garde de la capitale minshujin. Et comme d’habitude, elle s’adressait aux mêmes personnes lorsqu’elle voulait gagner sa croute et filer un coup de pouce à sa nation : en l’occurrence, le commandant Tazuma. Un homme jeune, mais à la carrière militaire pourtant assez brillante pour lui fournir ce grade élevé. Une de ses plus grandes trouvailles ? Une hybride blonde qui, malgré les coups physiques et moraux qu’elle accusait régulièrement, revenait à chaque fois comme un brave petit soldat se battre pour le serpent. Sauf que visiblement … Le dernier « coup » en question avait laissé des traces. Et on ne parlait pas ici du bras de la semi-vampire, qu’elle gardait toujours bandé et collé à son torse pour l’empêcher de s’en servir. Elle avait l’air maussade … Morte, quelque peu. Son familier ne recevait pas les caresses habituelles. Elle était presque rentrée dans le bureau en traînant des pieds. Ne disait pas bonjour. Et même à l’instant, elle semblait totalement perdue dans ses pensées, alors pourtant qu’il avait commencé à expliquer que, une nouvelle fois, on avait besoin d’elle. Soupirant longuement, elle préféra répondre à la question posée par … une autre question.

Commandant ... Quelle a été la plus grande douleur … émotionnelle que vous ayez jamais ressenti de votre vie ?
Le jeune homme plissa un œil, perplexe. Pourtant, la question étant sérieuse, il haussa les épaules, inspirant avant de répondre. Le jour où mon frère aîné m’a fait comprendre d’un coup de sabre que nos liens de sang ne valaient plus rien, à ses yeux.
Votre frère … Le Fuyujin ? Celui contre qui je me suis battue il y a un an ?
Celui-là même. Nous avons grandi ensemble, comme deux garçons, à jouer comme des amis, à nous battre comme des rivaux, à apprendre … Des conflits « mineurs » agitaient la région des territoires neutres où nous nous trouvions. Lorsqu’une bataille de trop a coûté la vie à nos deux parents, nous avons fui … Et il a rencontré une guilde d’assassins, directement aux ordres du roi du froid. Il a été séduit. Je ne le voyais pas d’un très bon œil, mais … Il partageait ses leçons avec moi, m’enseignait également à me battre. Il fut mon premier formateur aux arts militaires, en quelques jours … Mais un jour, l’homme qui le formait me prit à part, et me posa plusieurs questions. Nombreuses, à vrai dire. Et le lendemain … La formation de mon frère était finie. Il partait pour Fuyu. Et lorsque je fis mine de vouloir le suivre … Il m’entailla le torse entier d’un coup de sabre. Et avec une voix que je ne lui connaissais pas, il m’expliqua qu’on m’avait jugé « faible », et que je ne serais qu’un poids, pour lui. Je pouvais bien continuer à croupir dans les territoires neutres, ou rejoindre une des deux autres nations, d’idiots, ou de lâches … Qu’importe. Mais s’il me voyait à Fuyu, il me tuerait. Plus que la blessure en elle-même … Ce sont ses mots qui m’ont fait souffrir, je pense.
… J’ignorais que votre relation était ainsi.
Le temps permet de cicatriser. J’ai accepté l’idée, désormais … Nul besoin de vivre dans le regret, ou l’envie de vengeance. Faire preuve de … « faiblesse d’esprit » d’une telle manière serait lui donner raison, quelque part. Le jeune homme attendait visiblement une réponse à cette phrase, mais n’en obtint aucune. Soupirant, peut-être légèrement déçu, il pencha la tête. Pourquoi cette question ?
Hm … Votre plus grande source de souffrance a été la trahison d’un être proche. Pour moi … ça a été de laisser quelqu’un que j’aimais, et qui m’aimait en retour … Mourir, afin que je puisse vivre.
Oh … Je ne savais pas que depuis votre arrivée, vous vous étiez mise … en …
Couple ? Fut un temps, une époque plusieurs vies humaines avant même le début de la vôtre … mais non, cette fois ce n’était pas cela … Plutôt un genre de … « fraternité affective » ?
C’était … un ou une amie que vous considériez à l’égale d’un frère ou d’une sœur, sans avoir le moindre lien de parenté ?
« Le sang versé pour le serment est plus épais que les eaux perdues durant la couche ». Les liens les plus inébranlables sont ceux que l’on tisse … Pas ceux que le destin nous a attribué un peu au hasard lors de la naissance.
… Ce n’est pas une philosophie à laquelle j’ai beaucoup eu l’occasion de réfléchir … Mais elle le mériterait.
Certes. Inspirant une nouvelle fois en se redressant enfin sur sa chaise, l’hybride s’approcha, observant la carte. Mais ce n’est pas ce pour quoi vous avez besoin de moi aujourd’hui … Et nous avons passé suffisamment de temps à parler de mes sentiments. Quel est le problème ?
Les habitants corrompus de l’île volante.
La traqueuse eut un petit rictus sans joie. Bah voyons.
Je connais votre position sur le sujet … s’allier à Tenshi était une erreur, nous en payons les frais. Et avec l’état actuel du président … Bref. Pendant que le pays entier récoltait du fer blanc pour purifier ceux qui en avaient besoin, eux se sont organisés. Visiblement, les corrompus se regroupent par dizaines environs, formant des groupuscules à la fois mobiles et dangereux. Nous ne comprenons pas le schéma d’ensemble … Mais il semble qu’ils veuillent juste répandre le chaos et la misère. C’est là que vous intervenez … Et pour vous, la cible a déjà été marquée. Levant une main gantée, le capitaine se saisit d’un lourd pion plombé, et le posa sur une position, assez peu éloignée de la capitale. Vous n’êtes probablement pas sans savoir que Kansei a besoin de l’eau de plusieurs rivières environnantes pour subsister : la ville, comme toute grande cité, en consomme énormément. Nous avons régulièrement des convois ne transportant que de l’eau qui passent en ville afin de nous « irriguer », si l’on peut dire … Le problème est que nos éclaireurs ont constaté la présence d’un certain nombre de corrompus dans ce secteur, qui est en amont de la zone d’une de nos principales sources de ravitaillement.
Et vous avez peur qu’ils ne fassent quoi que ce soit à cette eau, je comprends … Comme quoi, les problèmes les plus simples sont parfois réellement les plus importants. D’autres informations ?
Heureusement. Nos éclaireurs ont découvert un campement d’importance, qui n’appartient à aucune armée connue, au niveau de ce coude de la rivière : il est situé dans une cuvette, et entouré sur deux de ses flancs de collines relativement boisées. Difficile à trouver, mais pas à attaquer. Tous les occupants ne semblent pas être forcément tenshin : un certain nombre sont des natifs de Minshu, parfois Seika ou Fuyu, qu’on a … « charmés » pour en faire des pantins obéissants. Le chef du groupe est un mage tenshin assez talentueux en manipulation. Lui écarté du chemin, une bonne partie de son groupe devrait pouvoir revenir à la raison et se rendre, voir nous aider.
En clair, il faut que je coupe la tête du serpent …

Il y eut un instant de silence, durant lequel l’hybride réfléchit au déroulement de l’opération. Cependant, ne recevant aucune réponse à sa question – même si cette dernière était de pure forme – elle finit par relever la tête vers le commandant. Ce dernier fronçait les sourcils de manière quelque peu exagérée, et il fallut bien quelques instants à l’hybride des brumes pour saisir pourquoi. Riant un peu, elle se redressa, hochant négativement la tête.

Pas ce serpent-là, voyons. Si je voulais attaquer notre président ou notre dieu, ce n’est certainement pas avec vous que j’en discuterais … Détendez-vous, ce n’est qu’une expression de chez moi. Enfin. Autre chose ?
Humf. Oui. Se redressant également pour même totalement se relever, le commandant s’approcha d’un des placards de son bureau, l’ouvrant et l’observant quelques instants du regard. Il finit par en sortir une épée courte, pour l’instant encore à l’intérieur de son fourreau noir comme la nuit. Vous aurez probablement besoin de ceci pour faire votre mission convenablement.
Prenant la lame qu’on lui tendait, l’hybride fronça les sourcils, et l’observa, la soutenant d’une main sous son centre de gravité. La posant sur le bureau, et tirant un peu sur le pommeau pour dévoiler la lame après avoir confirmé visuellement avec le commandant qu’elle avait son accord, elle révéla une partie du métal brillant … Et hocha la tête. Ah … Du fer blanc.
Je ne sais pas si celui que vous avez récolté personnellement a servi pour cette lame, mais de ce que je peux en dire, elle m’a l’air de très bonne qualité … Et facture. Elle est peut-être moins solide qu’une lame classique … Mais elle sera parfaite pour briser les cristaux des tenshins et les rendre inoffensifs.
… Pardon ? Il ne s’agit pas simplement de les supprimer ? Ou du moins, leur chef ?
Je comptais y venir. Le fer blanc n’a pas comme unique propriété de briser les cristaux que portent invariablement les natifs sur le corps : il le « purge » également, permettant de chasser l’influence du dieu corrompu qui manipule ces natifs. Vous n’aurez donc besoin de tuer personne … En théorie, hélas. Mais frapper leur cristal de cette lame devrait laver les individus possédés par le dieu sombre de leur maléfice.
Très bien … Rengainant totalement la lame avec un soupire, la blonde écarta le pan de son manteau, et accrocha le fourreau à son ceinturon, n’ayant par défaut pas d’arme à cet endroit. S’ils planifient quoi que ce soit vis-à-vis de l’eau de la ville … je ferais mieux de me dépêcher. Qui sait lorsqu’ils passeront à l’action.
Il est fort possible qu’ils aient déjà commencé à introduire des substances dans l’eau, mais j’en doute. Nous avons vu plusieurs habitants et « visiteurs » de la capitale se mettre en route vers le campement directement, sans raison particulière : tout semble indiquer qu’ils ont été « charmés » de façon récente. Ce ne serait pas idiot de la part de leur chef de vérifier s’il peut en encore renforcer ses troupes …
Puis d’empoisonner directement toute la ville … Je vois.
Un escadron d’environ 5 soldats à nous a été mobilisé, et vous accompagnera. Il nous faudrait sûrement peu de temps pour mobiliser un plus grand contingent de soldats et réagir si tout trouble majeur devait se produire … Mais pour parer à absolument toutes les éventualités, je ne vois guère de condition plus importante que votre succès dans cette opération. A vous, et à « vos » hommes, cette fois.
Oh, parfait … je rêvais d’avoir qui que ce soit sous mes ordres.

Les deux adultes levèrent le nez de la carte pour s’observer un instant. Et chacun put voir le petit sourire amusé de l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Purger les corrompus Left_bar_bleue1/6Purger les corrompus Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Purger les corrompus   Purger les corrompus EmptyVen 12 Jan 2018, 19:04

L’inspection des troupes, si on pouvait l’appeler ainsi, se déroula relativement bien. Les hommes qu’on avait confiés à l’hybride des brumes étaient expérimentés, que ce soit en combat, ou en travail d’équipe : ils se connaissaient d’ailleurs visiblement bien, et savaient composer avec les forces et faiblesses de leurs camarades. L’un d’entre eux, Ichikaru, se porta garant de l’autorité de la traqueuse sur le groupe, et si problème il y avait, il ferait tout son possible pour lui venir en aide. Un ou deux « lèche-bottes ! » fusèrent du côté de ses collègues, mais les rires qui les accompagnaient prouvaient bien qu’il ne s’agissait que de boutades. La blonde accepta cependant volontiers son aide, et laissa également entendre aux hommes qu’elle était probablement moins forte physiquement qu’eux, et assez peu rompue à l’exercice de commandement, même si elle saurait faire des efforts. La chose fut balayée d’un geste de la main d’un des soldats, qui lança avec un grand sourire que de toute façon, les soldats du rang étaient rompus à devoir faire tout le boulot pendant que les officiers se la coulaient douce. Là encore, de larges sourires naquirent sur les visages, y compris celui de la blonde, même s’il était partiellement caché par son masque. Au moins, ils ne risquaient pas de s’ennuyer. Mais elle détrompa cependant assez vite l’homme sur le côté « ne rien faire » … En grande partie pour le plan qu’elle avait concocté.

Les entretenant de ce dernier, la traqueuse eut le plaisir de constater que les soldats, malgré le rôle un peu « ingrat » qu’ils avaient à y jouer, semblaient tous d’accord pour opérer selon les dires de leur nouvelle supérieure. Cette dernière reçu même un ou deux conseils stratégiques supplémentaires, que seuls des militaires de carrière auraient pu réellement prendre en compte : on lui fit d’ailleurs la remarque que pour quelqu’un n’étant pas du milieu et n’aimant pas diriger, elle avait tout de même le bon style de réflexions, et sur les sujets qu’il fallait. Le groupe, se mettant en marche vers les écuries, continua à discuter du plan pendant encore quelques minutes, jusqu’au moment où les soldats s’approchèrent chacun de leurs montures. Valentine fit de même, mais alors qu’elle allait pour chevaucher une jument à la robe grise, elle vit brusquement quelque chose se mettre entre elle et sa future monture. Quelque chose d’assez gros pour faire peur aux chevaux, et au palefrenier qui vérifiait une dernière fois l’état des bêtes. Oor’ka.

Hey, hey … Du calme mon grand, ce n’est pourtant pas la première fois que tu me vois monter à cheval …
Il est du style jaloux, votre … Petit compagnon ?
Et bien … … à la réflexion, c’est vrai qu’il n’aime pas spécialement que j’approche d’autres animaux, mais … Voyant que son familier se tournait vers le cheval pour gronder, ce dernier s’écartant par peur de recevoir un coup de crocs, elle lui mit une tape sur le crâne. Vu la taille du familier, le geste pouvait sembler dérisoire, mais pourtant, les grondements cessèrent aussi sec, et il se tourna de nouveau vers elle. C’est pas vrai … C’est pas le moment de faire ta crise de jalousie.
Ichikaru, qui était déjà sur sa monture, s’approcha en se frottant le menton. Vous avez déjà essayé de le monter, lui ?
Quoi ? Non, bien sûr que non …Il faisait la taille d’un chien, il y a quelques semaines à peine, je ne …
Et bien maintenant, il fait la taille d’un poney … Vous pourriez essayer, non ?

La chasseuse de monstres eut quelques instants de réflexion … Puis finit par lâcher un soupire. Il avait vraisemblablement raison. Mais qu’en pensait l’animal ? C’était probablement ce qui la retenait le plus, à vrai dire … Lui caressant pensivement la fourrure, l’hybride se laissa surprendre lorsqu’il passa à côté d’elle, faufilant son museau sous son manteau, et passa entre ses jambes pour relever la nuque et la soulever ainsi. Poussant un petit cri, la traqueuse chercha instinctivement des prises, repliant les jambes pour serrer le corps puissant entre ses pieds. Le familier, lui, releva la tête vers elle, l’observant d’une telle manière que son mutisme pouvait presque paraître anormal, tant l’intelligence semblait briller dans ces grands yeux bleus … La chasseuse de monstres s’assura simplement qu’elle n’était pas assise sur son aileron dorsal, mais selon toute vraisemblance, ça ne faisait absolument ni chaud ni froid au quadrupède, qui laissa un courant électrique le parcourir du museau à la queue. A sa grande surprise, la traqueuse n’en ressentit aucun effet négatif … Mis à part peut-être que ses cheveux se hérissèrent très légèrement, mais passer un coup de main dessus et évacuer avec un crépitement toute l’électricité statique qui s’y trouvait fut bien suffisant. Soupirant alors qu’elle posait les deux mains devant elle, entre les omoplates de sa « monture », l’hybride des brumes sentit les muscles puissants qui roulaient sous la fourrure épaisse et la peau de cet animal qu’elle avait avec elle depuis désormais presque un ans, voir plus … L’idée qu’il ait grandit à ce point avait quelque chose d’impressionnant. Pourtant, l’hybride avait le sentiment qu’il n’avait pas encore terminé sa croissance. Soupirant, alors qu’Oor’ka faisait quelques pas, elle se tourna vers le palefrenier, qui tenait une selle et des mors, et lui fit signe de la main de ranger cela. Ce n’était pas une simple bête, aussi brave soit-elle, qu’elle voulait diriger … C’était presque un ami. Hors de question de lui dire de freiner en lui mettant une barre de fer dans la gueule. En prime, ce dernier était bien trop étroit pour les mâchoires du prédateur unique et étrange qui accompagnait la traqueuse.

Vous êtes certains qu’il pourra suivre les chevaux ?
En temps normal ? La blonde eut un petit sourire, alors qu’elle brossait de ses doigts le pelage de son compagnon. Elle commençait à bien aimer cette position … La question aurait plutôt été de savoir combien de temps les chevaux auraient pu le suivre … Maintenant, avec mon poids sur le dos, je ne sais pas … Mais ça n’a pas l’air de le déranger plus que cela.

La réponse fit rire bon nombre de soldats, mais cela importait peu. Faisant signe à son groupe de se mettre en route une fois tous les équipements mis en place sur les montures, l’élue et ses 5 hommes sortirent du poste de garde, et passèrent rapidement dans les rues pour se diriger vers la sortie de la ville. En tête de file, l’hybride ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’elle laissait une impression un peu marquée à ceux qui la voyaient … Mais cela ne perturbait pas le moins du monde sa monture, et dans la mesure où cette dernière faisait preuve d’une totale absence de signes de faiblesses ou autres, visiblement, rien n’était à changer. La démarche de la créature bleutée, par rapport à d’habitude, était peut-être un peu plus lourde, mais son rythme restait le même, et la semi-vampire n’avait pas à un seul instant l’impression d’être secouée sur les côtés, ou handicapée par l’absence de selle. Au contraire même : elle ressentait une plus grande aisance à « contrer » les déséquilibres causés par les muscles de son destrier lorsqu’elle pouvait littéralement les sentir remuer sous elle en temps réel. Navigant entre les piétons intrigués, les charriots à l’allure lente et les étales parfois un peu encombrants, l’hybride (et son groupe) rejoint rapidement la grande porte de la ville, qu’on la laissa franchir sans poser de questions. Passé cette étape, elle sortit de son sac de voyage le plan qu’on lui avait confié, et l’observa un instant … Avant de pointer une direction au groupe, et de sonner le départ. Il ne fallut qu’une minute à Oor’ka pour déjà distancer sévèrement les montures « classiques », après un départ éclaire (littéralement, il avait émis un bruit de foudre lorsqu’il s’était élancé) qui s’était suivi par une cavalcade endiablée. Le temps que l’élue ne réalise et ne se concentre sur autre chose que de se maintenir en place, les soldats étaient déjà loin derrière, et il avait fallu complètement arrêter son fougueux compagnon. Il avait ensuite fallu 30 secondes au soldats, au galop, pour pouvoir rattraper leur retard … Le quadrupède aux yeux bleus, en comprenant qu’il devrait ralentir le rythme, avait lâché quelque chose s’apparentant étrangement à un soupire humain.

Et beh ! Vous mentiez pas en disant qu’il était véloce, le bougre ! Lâcha Ichikaru en arrivant à portée de voix. Le compliment fit quelque peu ricaner l’hybride, qui se contenta de hausser les épaules. Mais est-ce qu’il tient le coup longtemps, à ce régime ?
D’habitude, lorsque je monte à cheval, il s’amuse à faire des allers retours entre le canasson, et n’importe quelle proie qu’il puisse trouver. Et relativement plus vite que cela, je dirais. Dooonc … sur la distance, je pense qu’il tiendra le coup.
Et beh et beh ! Si c’est pas des animaux utiles … Vous en auriez pas un pour moi en réserve, par hasard ? Ma jument commence un peu à se faire vieille.

Le commentaire fit de nouveau éclater de rire l’ensemble du groupe … Alors que Val’, elle, se contentait de brosser tendrement le pelage bleu électrique et électrisé se trouvant au niveau de ses branchies. Elle ne le disait pas à voix haute … Mais elle se sentait aussi fière qu’une mère, devant les prouesses de son enfant. Un sentiment qu’elle pouvait cependant difficilement identifier … Justement parce que mère, elle n’avait jamais été.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Purger les corrompus Left_bar_bleue1/6Purger les corrompus Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Purger les corrompus   Purger les corrompus EmptyVen 12 Jan 2018, 19:04

Index:
 

La nuit s’était progressivement couchée sur la plaine verdoyante, dans une de ces régions un peu limitrophe où la forêt venait marquer une des fin de cette pourtant immense étendue. Aplatis au sol, Han Ryu scrutait avec des yeux expert ce qui se trouvait face à lui. Ni plus ni moins qu’un campement, qu’il était difficile de qualifier de « de fortune », vu les quelques fortifications et l’aménagement dont il bénéficiait. Si quoi que ce soit, cette mission ne lui inspirait rien de bon. Combattre une bête sauvage, ça passe. Poignarder un type dans le dos, c’est moralement discutable, mais il pouvait vivre avec. Se battre avec un soldat ennemi, c’est dangereux, mais c’est le boulot. Mais ça … Des « corrompus » ? Il y avait quelque chose d’étrangement dérangeant pour l’ancien malfrat, à l’idée de venir ôter la vie à quelqu’un qui n’était pas responsable de ses actes. Et ici, ce n’était pas une manipulation comme celles, par exemple, d’un politicien véreux protégeant avec des gardes le pensant honnête ses sales petits trafics. Non, c’était … de la magie. Une magie ancienne, complexe, et fort désagréable … mais juste de la magie. Une explication si simple et enfantine qu’elle en devenait énervante, à pouvoir être utilisée si souvent et dans tant de contextes. Han Ryu n’aimait pas la magie. Et pourtant … il était forcé d’avouer qu’elle pouvait être pratique. Même si elle ne faisait pas tout, bien sûr. Heureusement.

Avec un soupire, il finit par pousser, de ses mains, dans la terre et l’herbe grasses pour se relever, et revint à petites foulées vers les 4 autres soldats qui attendaient non loin, regroupés autour d’un arbre dont la base, à force de pourrir, avait fini par faire s’écrouler tout le tronc sur le sol. Comme d’habitude, Ichikaru donnait des directives de dernière minute, Kanjin faisait des blagues, et Ikrael rigolait. Et comme d’habitude, il riait trop fort au goût du malfrat. Pourtant, ce fut sans commentaire qu’il rentra dans le cercle formé par les autres, attirant aussitôt l’attention sur lui.

Du nouveau ?
Rien de très excitant pour le moment. Valentine mettra encore au moins quelques minutes. Ceci dit, même s’il affirmait cela, le malfrat n’en était pas certain. Le familier de l’hybride avait tout de même d’excellentes jambes … Peut-être qu’elle aussi ?
Et sur le plan arcanique ? Le chef du groupe se tourna vers leur mage attitré, qui brisa sa concentration pour répondre simplement.
Une mer d’huile. Les renseignements n’étaient pas faux pour les capacités du dirigeant ceci dit, il est vraiment puissant. Et son sortilège l’est tout autant. Mais pourtant, il n’y a aucune protection de type magique sur le campement, aucune sorte de divination pour reconnaître les alentours …
Peut-être fait-il beaucoup confiance à ses sentinelles ? Hasarda le soldat de loin le plus lourd du groupe.
Kanjin ?
Possible. Ou bien il ne peut pas conjurer trop de sorts en même temps, ce qui serait une bonne chose … Ou il est très confiant, et ne pense pas ça nécessaire, ce qui est moins bon pour nous. Ou bien il n’est pas très féru de stratégie. Ou alors ça sort de son domaine de compétences. Impossible à dire, dans tous les cas.
Continues de surveiller les échos que tu pourrais percevoir à ce niveau-là. Si quoi que ce soit bouge, fais-le savoir. Vous autres, rappelez-vous : nous sommes supposés faire le moins de victimes possibles.
On les laisse avec un ou deux membres cassés pour ceux qui montrent trop les dents.
ça veut dire que tu vas t’attaquer qu’aux chiens ?
La plaisanterie sembla faire pouffer le grand soldat, qui secoua la tête sur les côtés alors que son chef conservait son sérieux. On applique le plan. Ne jouez pas les héros : si ça sent trop le roussi, alertez, et repliez-vous.

Kanjin s’était déjà approché de Han Ryu, et avait levé une main devant son front, psalmodiant quelques paroles inaudibles et incompréhensible, à part pour lui-même. L’ancien voleur ne se détourna pas, mais il suffisait d’observer son visage pour comprendre que la chose ne lui plaisait que très moyennement. Relier son esprit à celui d’un autre … La chose était probablement bonne pour les individus qui se faisaient confiance, et qui n’avaient rien à se cacher parce qu’ils étaient honnêtes. Mais pour lui … enfin. La seule chose qui faisait qu’il se soumettait à ce procédé, à part le fait qu’il s’agissait d’un ordre d’Ichikaru, était que Kanjin se liait à trop de monde en même temps pour pouvoir fouiller les pensées de chacun. Dans la violence du combat, le mage devait s’assurer, en permanence, de pouvoir communiquer toute information importante aux 5, tout en écoutant ce qu’eux-mêmes avaient à dire par la pensée. C’était à cause de la difficulté de ces multiples tâches à gérer en même temps qu’il n’avait pu faire la même chose pour Valentine … Enfin. En théorie, il aurait probablement pu le faire tout de même, bien que la tâche aurait vu sa difficulté augmenter encore. Mais l’hybride, devant ce problème, avait préféré décliner pour travailler seule. Et le mage de combat était loin de lui en vouloir. Plaçant le même style de « charme » sur tous ses compagnons tour à tour, il termina avec Ichikaru, qui le regarda dans les yeux lorsqu’il les rouvrit.

Tu vas tenir le coup ?
Je vais avoir besoin d’un bon café lorsque tout sera terminé.

Le chef hocha la tête, puis se tourna vers le camp de corrompus. Ce dernier semblait paisible … Semblait. Mais à l’est, le signal que ralliement que l’hybride avait indiqué à ses hommes fut rapidement visible. Une tente avait pris feu. Et les flammes étaient d’un bleu étincelant … Avait-elle jeté du sel dessus, le feu était-il magique ? Le leader n’en savait rien. Mais ce n’était pas l’heure de poser des questions.

Escouade Tesla … En avant.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Purger les corrompus Left_bar_bleue1/6Purger les corrompus Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Purger les corrompus   Purger les corrompus EmptyVen 12 Jan 2018, 19:05

Mizu n’aimait pas certains de ses sorts. Son répertoire, très vaste, lui permettait de toucher à une pléthore de disciplines – sans pour autant réellement en maîtriser une – et lui offrait une très bonne capacité d’adaptations aux situations que son groupe affrontait. Pourtant, certains sortilèges, malgré leur utilité pratique, n’étaient clairement pas ceux qu’il aimait le plus employer. La magie runique, par exemple, dont l’exécution demandait une minutie et une patience qu’il n’avait pas forcément, lorsqu’il s’agissait de graver un motif sur un petit objet. Ou certains philtres, dont les ingrédients étaient parfois particulièrement nauséabonds. Ou encore, dans le cas présent … Son sort d’invisibilité. Point de puanteur, point de minutie, point d’accessoire farfelus, et la formule à psalmodier (il préférait cette méthode) n’était même pas bien complexe. Mais lorsqu’on l’appliquait à 5 personnes à la fois … La dépense d’énergie le laissait temporairement dans un état de faiblesse qu’il détestait tout particulièrement. Heureusement d’ailleurs qu’il connaissait ses limites à ce sujet … La première fois qu’il avait lancé ce sort pour beaucoup de monde à la fois, se surestimer légèrement l’avait très mal desservi. Enfin … L’heure n’était pas aux souvenirs désagréables. Joignant ses mains, il se concentra fortement, laissant uniquement ses lèvres sèches remuer pendant quelques secondes. Puis, « jetant » ses mains vers l’avant et le ciel, il donna un instant l’impression de déployer un genre de drap dans les airs … « drap » qui, en retombant sur le groupe devant le mage, les fit plus ou moins disparaître, en un clin d’œil. Il s’écoula quelques secondes de silence, avant qu’une voix ne s’élève, semblant sortir du vide.

Je dirais qu’on est bons.
]Je confirme, soupira Ikrael à travers son lourd heaume de fer aussi peu visible que lui. Il était d’usage, pour ce genre de sortilège, que les membres du groupe vérifient bien que tous leurs partenaires étaient entièrement soustraits à la vision de quiconque. Et ici, chacun le savait et le mettait en application, même si Mizu avait bien sûr la confiance de tous.

Tapant sur son bouclier avec sa masse d’arme, Ikrael donna le signal de départ, et les 4 se mirent à courir, invisibles mais pas réellement silencieux, vers leur objectif et cible du moment. Le jeune mage, quant à lui, se plaçait en tailleurs sur le sol, et fermait les yeux pour méditer. Dans un premier temps, cela lui permettrait d’encaisser le contrecoup de fatigue de son sort, qu’il devait un minimum maintenir pour que ce dernier reste efficace, et d’autre part, il serait ainsi plus à même de gérer les différentes informations qu’on lui ferait remonter télépathiquement. Accessoirement, son absence totale de mouvements ou d’action dans son environnement immédiat rendait ce dernier silencieux : en même temps qu’il assistait magiquement ses camarades, il devrait se concentrer sur ses sens afin de prévenir toute attaque par surprise. Une gestion de plusieurs tâches de la sorte était-elle compliquée ? à n’en pas douter. Beaucoup ne parvenaient même jamais à faire cela correctement. Mais c’était bien pour cette raison qu’il s’était entraîné, des années durant. Il lui restait encore de très gros progrès à faire avant de « maîtriser » - dans le sens premier, à savoir « en devenir un maître » - son art, et il en était conscient … Mais pour l’instant, ses capacités étaient déjà parfaitement assez développées pour qu’il puisse assister ses compagnons au combat. Et ce fait, seul, lui donnait la motivation nécessaire pour faire son boulot.

Le quatuor, de son côté, ne maintint pas très longtemps la formation. Nul besoin de cela : chacun était un peu trop spécialisé dans son domaine pour que l’assistance des autres soit réellement recommandée, et de toute manière, vu qu’ils ne se voyaient pas, ils ne pouvaient que spéculer sur la position de leurs compagnons, ce qui était une très mauvaise chose s’ils voulaient se reposer un tant soit peu dessus. Kanjin fut le premier à s’arrêter, et poser genoux à terre. Faisant pivoter la manivelle de son arbalète pour en bander la corde, il soupira, cherchant quelques instants ses carreaux pour en charger un à l’emplacement prévu. Il était parfaitement capable de faire ces manipulations les yeux bandés, et à vrai dire, il préférait presque cela plutôt que de voir son environnement, mais pas son corps et son équipement. Ce fut donc les yeux fermés qu’il prépara son arme tout en la laissant pointée vers le sol, ainsi que plusieurs sets de carreaux qu’il posa à côté de lui. Il n’était qu’à une vingtaine de mètres du camp, et devrait bouger dans peu de temps, mais la première offensive devait être la plus terrible : posséder des munitions et recharger rapidement était essentiel.

Ikrael, quant à lui, ne s’handicapait pas d’une telle subtilité. Son pas lourd faisait presque trembler le sol à chaque fois que ses pieds touchaient terre, et même s’il l’ignorait, son chef connaissait sa position quasi exacte rien qu’à l’oreille. Les deux continuaient de courir sur des trajectoires parallèles, parvenant bientôt entre les premières tentes. Le seikaijin de souche ne ralentit pas d’un pas en voyant sa première cible de la soirée : un groupe de 3 personnes qui transportaient des tonneaux remplis d’eau en les faisant rouler au sol. Logique : s’ils comptaient empoisonner le fleuve, mieux valait au préalable faire des réserves d’eau potable. En tout cas, il savait qui il allait frapper en premier. Et par « il ne ralentit pas », la chose était à prendre au premier degré : levant simplement le bouclier, il percuta le premier homme du groupe, qui ne s’y attendait pas le moins du monde, avec une violence telle qu’il l’éjecta sur quelques mètres, le déraper sur le sol. Au moment de l’impact, le fin voile d’invisibilité qui recouvrait le soldat se déchira dans une myriade de petites particules couleur d’arc-en-ciel, dont qui que ce soit aurait probablement trouvé la teinte magnifique, s’ils avaient pu les observer. Cependant, la beauté visuelle de la chose fut largement ignoré, puisque les corrompus, nullement affectés émotionnellement par la surprise ou la peur, tirèrent chacun une arme blanche. Des couteaux, pour être exact. Le fantassin lourd, protégé par son armure de plaque, se gaussa ouvertement une seconde, avant de bloquer une des lames, et d’expédier un coup de masse d’arme dans l’attaquant, visant l’estomac afin de ne pas lui faire trop de dégâts tout en le mettant hors-combat.

Le troisième homme aurait bien sûr été pris en compte rapidement, mais avant qu’il ait pu faire quoi que ce soit, quelque chose lui tapa avec violence sur la main, lui faisant lâcher son couteau. Le pommeau d’une épée. Tenant la sienne par la lame, Ichikaru, de la même manière que son confrère un peu plus tôt, venait de rompre le sort d’invisibilité : avant que le tenshin maléfique n’ait pu réagir, un bras musclé lui passait autour du cou, et serrait avec force, lui coupant la respiration. L’homme résista quelques instants, tentant de se dégager, griffant les protections, mais lorsqu’Ikrael vint lui saisir les mains pour l’en empêcher, ce ne fut qu’une questions de secondes avant que le cerveau, par manque d’oxygène, ne décide de rendre les armes, et que l’homme ne perde conscience. Gardant la pose bien 5 à 10 secondes supplémentaires afin de s’assurer que ce n’était pas qu’une ruse, le leader finit par relâcher sa prise, laissant l’homme s’écrouler sur le tonneau devant lui tel une poupée de chiffon. Roulant des épaules pour les échauffer, les deux soldats minshujins se regardèrent un instant dans les yeux … Puis, balayèrent les environs. Leur « petite entrée » avait été remarquée par plus d’un, et de petits groupes commençaient déjà à se former, s’approchant de façon menaçante.

Je dois avouer que je suis un peu déçu … Je m’attendais plus à ce qu’ils résistent tout de même un peu plus avant d’être mis à terre.
On s’en « contentera ». Reste focalisé Ikrael, ils sont nombreux … Et n’oublies pas. Le but n’est pas de les tuer.
Ouais, ouais … T’inquiète pas, chef.

Alors qu’un des corrompus s’approchait du leader, qui avait tiré son épée et se tenait prêt, un sifflement se fit entendre. Pas par tout le monde, mais le soldat Minshujin le perçu très bien. Un sifflement qui se conclut par un carreau d’arbalète dans la jambe de son agresseur, qui s’écroula au sol à quelques mètres de lui. Se tournant vers là d’où ils venaient, il perçu Kanjin, qui rechargeait avec empressement, et remettait déjà en joue. L’avoir en support mit du baume au cœur du soldat, mais il n’avait pas le temps de se réjouir : l’homme qu’il avait vu chuter au sol, malgré la probable douleur et l’entrave que devait être le carreau, se relevait déjà, tournant vers lui des yeux noirs et vides d’émotions. Si la douleur ne les handicapaient pas assez pour qu’ils cessent le combat en cas de blessure graves, leur objectif de « mettre hors combat sans tuer » serait plus compliqué que prévu. Retenant un soupire, le soldat para le coup de hachette que tenta de lui mettre l’homme de son épée, et le déstabilisa d’un coup d’épaule puissant pour l’envoyer à terre, avant de fondre sur un autre ennemi. Au cœur du combat, il était optimiste de songer qu’il aurait le temps d’établir une nouvelle stratégie. Au contraire … Mieux valait s’en tenir au plan, et agir.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Purger les corrompus Left_bar_bleue1/6Purger les corrompus Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Purger les corrompus   Purger les corrompus EmptyVen 12 Jan 2018, 19:05

Han Ryu soupira. Il détestait lorsque la terre était humide, comme aujourd’hui. Beaucoup plus facile d’y laisser des traces. Beaucoup trop. Malheureusement, il devait composer en fonction du terrain, et non l’inverse. Soupirant, il se redressa de son couvert actuel, un simple arbuste, pour se déplacer furtivement, et s’accroupir derrière une petite pille de caisses de tailles moyennes. La zone du camp dans laquelle il se trouvait était peu fréquentée, ce qui l’avantageait clairement … En revanche, il n’aimait clairement pas le comportement des corrompus. Il en avait vu certains, lorsque les hostilités avaient commencé, se diriger sans la moindre trace d’émotion ou de volonté propre vers l’origine des perturbations, sans qu’un mot soit échangé ou quoi que ce soit. S’il se fiait à ce que Mizu lui avait transmis télépathiquement un peu plus tôt, il était plus que probable que le sort de contrôle utilisé par le chef du camp dote les corrompus d’une « conscience collective », à la fois passive et soumise. Si un individu recevait un ordre, il le suivrait sans rien dire, jusqu’à ce qu’il ait fini sa tâche ou qu’il y ait contre-ordre. Mais si un problème se posait pour un membre, selon sa gravité, toute la collectivité pouvait être avertie en un instant … Et visiblement, une attaque de soldat était une raison suffisante pour motiver presque tout le camp. Ce qui, en soit, était parfaitement logique. Est-ce que celui qui contrôlait le camp complet était lui-même impliqué dans les réflexions du groupe ? Impossible à dire dans l’état actuel des choses. Il était vraisemblable que oui.

Laissant de côté ces réflexions, le jeune androgyne remarqua non sans un certain soulagement que le palefrenier qui prenait soin des montures avait enfin terminé sa tâche, et pouvait se rendre ailleurs. Le fait qu’il n’ait pas bougé en même temps que le reste du groupe pouvait faire se questionner sur s’il était relié aux autres de la même façon que le reste ou non, mais que ce soit le cas ou pas, l’ancien malfrat espérait simplement une chose : que si une conscience « s’éteignait » sans avoir le temps de s’en rendre compte, le reste du paquet n’en était pas mis au courant dans l’immédiat. Glissant silencieusement, ou en donnant en tout cas l’impression, au-dessus de l’herbe et de la terre battue, il fondit sur le jeune homme, dans son angle mort. Sautant lorsqu’il arriva à peut-être un mètre de sa cible, il « dégaina » une courte matraque de bois, qu’il abattit sur le crâne du jeune homme avec force. L’attaque, nette et précise, fut suffisante pour assommer la cible sans même un cri : retenant sa tunique pour l’empêcher de bêtement s’effondrer au sol dès qu’il eut pieds à terre, Han Ryu regarda les environs avec de brefs coups d’œil sur les flancs. Personne. Chargeant son « poids » sur l’épaule, il fit demi-tour, et se mit à progresser, encombré, vers son véritable objectif.

Il ne lui fallut qu’une minute pour l’atteindre … Et le reconnaître ne fut pas dur. Un peu à l’écart du camp, et en aval de ce dernier vis-à-vis de la rivière, se trouvait une petite zone dans laquelle plusieurs jarres épaisses avaient été entreposées. Il n’y avait pas vraiment besoin d’être très futé ou d’observer beaucoup pour comprendre ce qu’elles contenaient : rien que l’état du sol, ou même de l’air témoignaient de la toxicité du produit contenu ici. La boue avait progressivement tourné du brun sombre au violet, et des fumeroles lourdes et à la couleur peu rassurantes s’élevaient paisiblement dans l’air nocturne, sublimées par la lueur des quelques torches qu’on avait laissé autour de la zone. Aucun couvert pour accéder à cet endroit … Au final, il n’y avait même pas besoin de placer quelqu’un en surveillance « directe » : il suffisait d’une personne gardant un œil sur le poison, tout en restant à distance. Tout ce qu’il fallait espérer, c’était que la sentinelle aussi était partie du côté du groupe d’Ichikaru. Encore que … Tant qu’elle ne réagissait pas immédiatement, sa présence n’était qu’une gêne mineure.

* *
*

Oor’ka reniflait l’air avec une certaine nervosité. Au cours de sa courte vie, il avait à plusieurs reprises eu l’occasion d’être confronté au feu. Le plus souvent, c’était sa maîtresse, Valentine, qui les causait. Rien de bien étonnant à cela : elle vivait en grande partie à la belle étoile, et connaissait tout ce qu’il y avait à savoir sur les feux de camps et autres, lorsqu’elle daignait faire des pauses ici ou là. Mais lorsque d’habitude, elle allumait un feu, ce dernier sentait « bon ». Bien sûr, certains facteurs, comme le bois qui brûlait, son humidité, la présence ou non de mousse ou de pourriture à l’intérieur pouvaient grandement influencer cette donnée … Mais « la plupart du temps », il sentait bon. Mais cette fois … Les narines du « requin terrestre », si on pouvait l’appeler ainsi, n’étaient pas flattées d’une bonne odeur. Ce que la traqueuse avait fait brûler puait, une fois pris au cœur des flammes. Qu’avait-elle incendié ? Des tentes. Des vivres, probablement. Du matériel, des armes. Profitant de son invisibilité, elle n’avait pas eu grand-mal à tromper la vigilance des gardes, laissant son familier derrière elle. Toujours sans se faire voir, et en maintenant le pas de brume durant un certain temps, elle avait méticuleusement répandu une longue traînée d’huile de très bonne qualité, qu’elle avait à la base acheté pour aller dans les mines, quelques semaines plutôt … Mais ici, en fait de lampes, les flammes auraient le plein air pour toute enceinte, et tout le matériel du camp de corrompus pour nourriture. Lorsqu’elle avait lancé sa torche sur le sol, la traînée qu’elle avait laissé derrière elle était partie sur le sol, courant d’un emplacement à un autre dans des lignes plus ou moins droites, crépitant là où la boue était la plus humide, et enflammant simultanément trop de points à la fois pour que l’incendie puisse être maîtrisé. Cette action effectuée, elle ne chercha pas à sortir de l’invisibilité, mais sortit prestement du camp afin de ne pas être bousculée par accident par un corrompu passant par là. Rejoignant le point isolé où elle avait laissé son familier, elle relâcha enfin l’effet du sort, sentant une certaine fatigue due à la magie consommée s’emparer de ses membres. Quelque part, « cela tombait bien », puisque selon son plan, elle allait avoir quelques minutes pour se reposer.

S’asseyant sous un arbre, l’hybride, dont un bras était toujours solidement bloqué contre son torse à l’aide de bandages, caressa de sa main libre le cou de son familier. Elle sentait très bien sa nervosité face à ce qu’elle avait déclenché. Mais pourtant, elle savait qu’il ne fuirait pas, et même se jetterait dans les flammes, si elle le lui demandait. Elle n’aimait pas le savoir avec elle pour une quête, de peur qu’il ne soit blessé … Et pourtant, elle appréciait l’idée que ses puissantes mâchoires puissent lui venir en aide, au cœur de la mêlée. Lorsqu’il décida de retirer sa – désormais grosse – tête de ses genoux, elle le laissa faire quelques pas, et s’éloigner quelque peu, observer de nouveau le camp en proie aux flammes et, semblait-il, aux combats, désormais. Exposer des soldats au danger pendant qu’elle se reposait ici n’était pas non plus quelque chose que la blonde aimait faire, mais la situation différait d’avec son familier. On parlait d’hommes entraînés au combat, de volontaires, et surtout de professionnels. Elle comptait sur eux pour prendre mesure des risques encourus, frapper quand nécessaire, et se retirer lorsque cela le devenait aussi.

Tendant le bras devant elle, la chasseuse de monstres se concentra un instant. Elle avait très bien senti, le temps passant, que ses forces lui revenaient progressivement, même si elle restait loin d’être une élue particulièrement puissante … Et si elle savait de source sûre que nombre de ses capacités lui étaient revenues, elle n’en avait pas utilisé certaines depuis des années. Comme, par exemple … le déploiement de son acide. Le liquide corrosif, qu’elle avait appris à « naturellement » sécréter auprès d’une sorcière, n’était pas sorti de ses doigts de lui-même. Tout au contraire … Il avait fallu plusieurs jours à la blonde pour parvenir à, comme de par le passé, réussir à imbiber ses griffes osseuses tranchantes de cette matière, grasse et luisante, dont les reflets verts inquiétants et le fumet toxique avaient quelque chose de fascinant. Pourtant, elle savait parfaitement qu’elle ne devait surtout pas y toucher. L’acide était capable de ronger les chaires et les armures … Et les siennes, en tout cas celles « naturelles », n’étaient pas une exception. Soupirant en observant le liquide toxique qui recouvrait ses doigts pointus, elle planta ces derniers dans le sol, ne prêtant pas attention à la légère fumée qui sortait de la terre. Retirant ses doigts après les avoir « nettoyés » ainsi, elle s’essaya à un autre de ses tours : ses griffes « projectiles ».

Bien qu’elle ait eu la capacité de transformer ses mains pendant des siècles, ce tour-ci ne s’était révélé que quelques décennies plus tôt … Et de façon relativement impromptue. Pourtant, la chose était pratique. Elle déployait ses griffes. Allongeait, d’une pensée, ces dernières pour leur faire atteindre presque le double de leur longueur … Et les cassait à peu près à la moitié, formant 4 projectiles droits particulièrement tranchants, et qu’elle pouvait ensuite lancer avec autant de facilité que des couteaux bien équilibrés. Rangeant ceux qu’elle venait de former dans une poche, elle lâcha un petit soupire, laissant l’arrière de son crâne taper contre l’arbre auquel elle s’était adossée. L’espace d’un instant, elle se demanda ce qui se serait bien passé si, dans sa prime jeunesse, lorsque son ancien amoureux était encore en vie, ils s’étaient tous les deux installés dans une petite ferme à la campagne pour y cultiver la vigne et y élever des enfants … Mais ce bref instant de rêverie prit très rapidement fin, lorsqu’un point précis, un peu à l’écart du camp, explosa. Se redressant, et se relevant pour se décoller de l’arbre, la semi-vampire soupira. Il était temps de passer à l’action pour elle.

techniques:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Purger les corrompus Left_bar_bleue1/6Purger les corrompus Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Purger les corrompus   Purger les corrompus EmptyVen 12 Jan 2018, 19:06

Se déplacer avec un corps inconscient sur les épaules n’était pas facile. Le faire vite et discrètement ? Un calvaire. Mais un calvaire que l’ancien malfrat avait su apprivoiser, depuis le temps, et avec l’habitude. Encore un souvenir de son « ancienne vie » … Qu’il acceptait cependant parfaitement. Ajustant la position du corps sur ses épaules, il reprit son souffle avec patience. Il avait tout vérifié : le matériel qu’il avait pris, la distance qui le séparait de l’objectif, le fait que l’individu sur son dos ne se réveillerait pas de si tôt … Normalement, tout devrait bien se passer. Soufflant profondément, il se releva, et se mit à courir. La boue ne facilita pas réellement son entreprise, et il faillit trébucher à cause d’appuis instables à deux reprises, mais il parvint pourtant à maintenir sa trajectoire sans trop perdre de vitesse. A quelques mètres des jarres de poison, il réalisa la pleine mesure de la toxicité de ces dernières : il suffit d’une ou deux respirations ou deux à peine pour que sa gorge ne le brûle déjà quelque peu. Laissant son « paquet » tomber à terre alors qu’il était environ à 5 mètres de l’objectif, il s’accroupit, plus proche du sol et de l’air pur qui se trouvait à ce niveau. Par chance, les sécrétions volatiles flottaient sans réellement « retomber », réduisant ainsi la gêne qu’il ressentait à une simple puanteur.

Fouillant l’intérieur de sa tunique, il ne prit pas garde au grognement du jeune homme à terre à côté de lui, alors qu’il sortait une sorte de pierre plate, épaisse et large comme une bouse, sur laquelle un symbole particulier avait été gravé avec minutie. Saisissant de force le bras de l’adolescent à côté de lui, il tira également de sa tunique un genre de stiletto particulièrement fin, dont le manche en bois poli d’un seul tenant trouva sa place sans hésitation dans sa paume. Le retournant vers le bas, le soldat le planta dans l’avant-bras du jeune homme, le traversant sans mal. Plaçant en dessous la rune, et ignorant cette fois le cri haut et clair de douleur que sa victime venait de pousser, il attendit qu’une, deux, trois gouttes ne tombent au centre de sa rune, qui s’illumina brièvement, signe qu’elle était activée. Sans attendre, il retira sa lame en provoquant une giclée de sang, et se saisit de l’objet magique pour le jeter vers les jarres empoisonnées.

Vous êtes fous ? Qu’est-ce qui vous a pris !?
Le soldat, en tournant son visage vers le corrompu, contempla une authentique fureur sur les traits de ce dernier. Celui-ci était peut-être également un tenshin natif dont le cristal avait été corrompu, plutôt qu’un minshujin contrôlé mentalement. Un travail, gamin. Et si tu veux vivre, tu ferais mieux de courir.

Sans même lui laisser le temps de répondre, le soldat se releva et repartit au pas de course. Bien sûr, si son « détonateur » ne s’était pas éveillé, il serait reparti avec, et il avait normalement largement la marge de manœuvre pour le faire, mais ça, l’autre gamin l’ignorait. Pourquoi une rune dont l’activation requérait du sang « extrêmement fraichement versé » pour fonctionner, plutôt qu’une activation classique ? « Pour la puissance », lui avait-on dit en la lui remettant. Et si cela était vrai, il avait tout intérêt à dépasser, et de loin, la distance de sécurité qu’on lui avait indiquée. De toute manière, sa partie était faite … Rester dans les parages n’était pas dans ses projets. Se retournant, il constata que le jeune avait eu la brillante idée de lui emboiter le pas et de courir également, plutôt que de tenter de sauver le poison ou quelque chose de stupide du genre.

Quelque secondes plus tard, une détonation impressionnante, ainsi qu’une profonde vibration dans le sol, lui firent perdre l’équilibre, et presque tomber à terre en plein milieu de sa course. Se redressant et reprenant en sprint, il commença à tourner, se dirigeant vers le point où devait encore se trouver Mizu. Le mage, d’ailleurs, fit connaître sa présence en lui parlant directement via la pensée.

A ce que je vois, l’objectif est rempli ?
Affirmatif. Tu peux confirmer la retraite pour les autres.
Parfait. Bon boulot.

* *
*


Le mage du groupe d’intervention n’avait pas établi de contacte télépathique avec Valentine … Mais en soit, elle n’en avait pas vraiment besoin pour savoir que tout était conforme au plan. Elle avait vu, sur le flanc, les trois soldats de la « diversion principale » quitter le camp après avoir réussi à disperser les bêtes et montures des corrompus en brisant leur enclot et en enflammant la queue de deux ou trois des chevaux. L’un d’eux semblait blessé à la jambe, mais pas au point que ses camarades l’abandonnent. Elle avait vu l’explosion, et repéré sans trop de mal, depuis le point surélevé où elle se trouvait, une ou deux silhouettes fuir les lieux sans demander leur reste, et sans être poursuivies. Elle ne doutait pas que, parmi ces dernières, se trouvait le soldat chargé du sabotage … en théorie, tout semblait bien se passer. L’hybride ne se voyait clairement pas purger – tous – les tenshins corrompus de l’endroit : entre les natifs manipulés, ceux qui possédaient un cristal bien caché, et le fait qu’elle se lançait seule à l’assaut de la position, elle n’avait que très peu, voir aucune chance de réussite. Même si elle parvenait à vaincre le chef des opérations sur place – chose dont elle ne doutait pas, mais qu’elle préférait ne pas considérer comme déjà faite – il y aurait toujours du monde pour prendre la fuite, se regrouper plus loin et plus tard … Mais au moins, leur plan initial d’empoisonner la rivière ne pourrait plus être mené à bien, leur matériel était en miettes, et il y avait peu de chances qu’ils restent un danger … Du moins, dans un futur proche. Mais ces individus corrompus étaient une conséquence, pas une cause … Le problème plus global se règlerait d’une autre façon, et ultérieurement.

Soupirant en laissant de côté ce sujet auquel elle ne pouvait rien dans l’immédiat, la traqueuse faisait le point. Elle avait enflammé la majeure partie du matériel ennemi. Les soldats s’étaient chargés de disperser les éventuelles montures ou têtes de bétail, et de détruire les réserves de poison. Les corrompus avaient également désormais des blessés dans leurs rangs, même s’il ne s’agissait que d’un quart ou d’une moitié de la trentaine de personnes qui devaient se trouver là. En soit, tout avait été question de stratégie … « combattre sans chercher à tuer », « ne pas hésiter à se replier dès que nécessaire », « attaquer le matériel et provoquer des dégâts sans se laisser piéger ». Telles avaient étés les consignes qu’elle avait donné, en substance. Un assaut frontal direct aurait été stupide et voué à l’échec. Mais désormais, elle avait vraisemblablement provoqué à la fois assez de désordre et de panique dans les rangs de ses ennemis pour provoquer deux choses.

Premièrement, libérer la capitale de la menace de l’eau empoisonnée. Vu les quantités qui étaient toujours entreposées à côté du camp, ils n’avaient pas mis leur plan à exécution, ou n’étaient en tout cas pas encore à grande échelle. Et ensuite, affaiblir, disperser et désorienter la « piétaille » pour qu’elle puisse plus facilement se glisser entre les opposants à la recherche de leur chef. Dégainant l’épée qu’on lui avait confiée, elle en observa la lame avec une moue. Elle aurait de loin préféré ses griffes. Et elle aurait également préféré pouvoir se servir de ses deux bras. « On a pas tout ce qu’on veut », lâcha-t-elle entre ses dents … Elle regarda Oor’ka. Ce dernier, prêt, et impatient lorsqu’il avait compris qu’il allait enfin agir, se ramassa presque sur ses pattes à son regard. Il lui tira un sourire … Un instant, le souvenir fugace de testbug revint hanter les pensées de la traqueuse. A regret, elle le chassa. Elle n’avait pas le temps ou la possibilité de ressentir du chagrin … Pas maintenant.

Commençant, d’ors et déjà, à émettre bien plus de brumes que d’ordinaires, la semi-vampire sentit une bourraque de vent traverser la zone où elle se trouvait, soulevant derrière elle les pans de son manteau, faisant claquer le cuir dans l’air frais du crépuscule. Elle souffla par le nez … Se laissa tomber vers l’avant … Et partit en courant vers le camp de corrompus, à une vitesse surnaturelle.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Purger les corrompus Left_bar_bleue1/6Purger les corrompus Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Purger les corrompus   Purger les corrompus EmptyVen 12 Jan 2018, 19:06

Avec, d’un côté, les chevaux et bêtes de trait à regrouper, des blessés à prendre en charge, et de l’autre, l’incendie qui gagnait chaque seconde du terrain et demandait de plus en plus de main d’œuvre pour être éteint, les corrompus avaient du mal à réagir correctement à cette attaque. Le départ de feu les avait empêché de proprement submerger les quelques soldats qui étaient venus se battre : nombre de possédés n’étant que des paysans ou de simple jeunes hommes sans réelle formation martiale, une fois dépossédés de leurs libres arbitres et consciences, ils avaient étés relativement aisément défaits, même si un ancien garde avait réussi à planter sa lance dans la cuisse d’un des hommes opérant au corps à corps, et que nombre de « petites blessures » leurs avaient étés infligées. Les agresseurs n’avaient cependant tué personne, et avaient attiré nombre de leurs adversaires hors du camp : lorsqu’ils avaient atteint une certaine limite, la conscience collective avait rappelé la plupart des poursuivants au camp. Certains avaient étés trop blessés pour pouvoir rentrer d’eux-mêmes : ils seraient pris en charge en temps voulu. Comme l’avait suggéré Mizu, la magie qui manipulait tous ces pantins à la fois n’était pas dotée d’une intelligence profonde, et celui qui en était à l’origine la laissait la plupart du temps contrôler les faits et gestes de ses marionnettes, en suivant bien sûr quelques directives simples. Même lorsqu’il intervenait directement, le mage ne pouvait pas, en même temps, gérer absolument tous les pantins à la fois pour les faire réagir de façon précise et efficace à chaque problèmes qu’ils rencontraient individuellement.

C’est probablement pour cela que, même s’il était sans doute en train de tenter, en ce moment même, de gérer cette crise, il ne put pas réellement faire réagir correctement certaines de ses marionnettes vivantes à un problème qui débarqua à grande vitesse par l’est du camp. Et par « grande vitesse », il fallait comprendre la chose suivante. Un des hommes de l’île volante et corrompue repéra Valentine, et ce presque dès la sortie de la forêt. Lorsqu’ils avaient établi le camp, ils avaient estimé que l’espace dégagé entre ce dernier et le couvert des arbres était d’à peu près 200, peut-être 210 mètres. Il s’écoula environ 4 secondes entre le moment où la traqueuse entra dans son champ de vision, et celui où, du plat de sa lame droite, elle le frappait à la tête, faisant voler son casque dans les airs et le déstabilisant totalement. D’un second coup, presque aussi adroit que le premier pour ne surtout pas le blesser grièvement tout en le touchant, elle frappa de sa lame le cristal que le natif tenshin portait au front, faisant exploser purement et simplement ce dernier sous l’impact. Délaissant, dès lors, cette « cible » pour passer à la suivante, la traqueuse pivota vers les deux hommes qui accompagnaient celui qu’elle venait de mettre hors combat. Impossible de déterminer s’il s’agissait de tenshins ou de continentaux. Leur faire faire un petit somme semblait une bonne solution.

Le premier, qui avait dégainé son couteau, n’eut que le temps de voir la traqueuse bondir et lui expédier son genou dans le front, lui faisant perdre conscience avant même qu’il n’ait rejoint le sol. Le second eut le temps de parer son premier coup d’épée, lorsqu’elle toucha de nouveau terre. Le suivant, également. Il parvint même, en déviant sa troisième attaque, à la déséquilibrer de façon suffisante pour pouvoir répliquer. Mais lorsqu’il parvint, d’une fente, à presque glisser son épée dans la poitrine de la semi-vampire … Cette dernière, à la dernière seconde, se déporta sur le côté, levant le bras en faisant deux pas en avant, puis l’abaissant de nouveau pour bloquer le poignet de son agresseur. Pivotant sur elle-même pour le déséquilibrer et l’entraîner vers l’avant, elle releva le genoux, lui percutant le ventre avec assez de violence pour le faire décoller du sol. Elle n’avait pas menti en se disant probablement plus faible que les soldats qui l’accompagnaient : lorsqu’il s’agissait de force physique pure, elle était aisément surclassée par nombre de personnes, dans cet univers comme dans le sien. En revanche, lorsqu’il s’agissait de savoir se battre, elle était très loin d’être dernière … Et elle agissait avec une vélocité pouvant la rendre mortelle. Son adversaire désormais à terre en avait fait les frais … Voyant qu’il avait lâché son arme et ne semblait pas en mesure de se relever, elle se détourna, et se remit en marche, cherchant Oor’ka du regard. Elle savait très bien que ce dernier avait, dans un crépitement de tonnerre, réussi à pénétrer le camp encore plus rapidement qu’elle : la question était de savoir où il s’était rendu. Elle ne resta « statique » qu’un instant à peine, et alors que son dernier adversaire peinait à ne pas perdre connaissance, ce dernier eut l’impression de voir ses jambes … subitement disparaître, ne laissant que des volutes de brumes derrière elle.

Oor’ka n’était peut-être pas un animal intelligent au point de pouvoir saisir toutes les nuances du conflit auquel il prenait part. Dans sa version plutôt simpliste des choses, il y avait sa maîtresse, ce qui était du côté de sa maîtresse, et ce contre quoi elle se battait. Et s’il ne distinguait généralement les membres de ce dernier groupe qu’au moment du combat, il sortait crocs et griffes sans hésitation ou pensée pour la sécurité de ses adversaires. De coups de boule puissant, il envoyait certains hommes plus léger voler vers l’arrière, laissant le champ électrique qui parcourait et entourait son corps leur administrer une bonne décharge au passage. Un autre, derrière lui, se fit fouetter au visage par sa queue : tant le voltage qu’il reçut que l’attaque en elle-même désynchronisèrent tout à fait ses gestes et réflexes, et il tituba un instant, sonné, le corps envoyant des signaux impossibles à interpréter, sans défense … avant de finalement s’écrouler sur le sol, et d’y frémir, convulsant légèrement. Un autre homme, qui tenta de placer un coup d’épée sur le quadrupède, vit sa tentative être simplement esquivée, avant que le quadrupède ne lui grogne dessus, et ne lui saute à l’épaule pour le mordre et le presque foudroyer sur place. Electrisé, et à la limite d’électrocuté à vrai dire, il s’écroula également à terre, ayant perdu connaissance, alors que l’animal lui tombait à moitié dessus, cherchant une nouvelle cible de ses yeux bleus.

La fumée de l’incendie ne le dérangeait pas plus que les brumes qui entouraient bientôt les tentes et les environs, même si en soit, son odorat ultra performant passait de « inutile » à « inutilisable ». Voyant un nouveau groupe de cibles s’approcher de lui, dont une bonne partie portaient des plastrons métalliques, il ne réfléchit pas bien longtemps : ouvrant la gueule, il concentra l’énergie que produisait son corps dans sa gueule, et l’expédia sous la forme d’une boule vers le groupe, sur lequel elle explosa, touchant de multiples cibles d’un seul coup. L’humidité de l’air amplifiait la facilité de ses éclairs à toucher les adversaires … Et cela, même sans qu’on lui ait dit, le quadrupède l’avait en quelques sortes compris. Il savait également que les fumeroles qui couraient dans la zone étaient liées – sans qu’il puisse dire comment – à sa maîtresse. Et en reliant les deux, il pouvait en conclure que sa propriétaire augmentait ses capacités de combat … Et sans savoir pourquoi, la chose l’emplissait de satisfaction. Et cette dernière ne faisait que renforcer sa détermination à se battre. Il vit, en tournant la tête, l’hybride des brumes qui, déviant habilement une lame de la sienne, expédiait un coup de pied dans un ancien paysan, l’envoyant percuter la toile d’une tente et s’enfoncer dedans. La belle et la bête croisèrent un instant leurs regards … Puis, cherchèrent chacun quelqu’un d’autre à frapper.

En soit, cette violente série d’affrontements n’avait pas pour unique but de mettre hors-combat tous ceux et celles qui se jetteraient sur l’élue du serpent et son compagnon : le but était surtout de faire sortir de l’endroit où il se trouvait le mage qui contrôlait ce camp, et ces hommes. Même en observant la zone pendant des jours, les éclaireurs n’avaient pu l’identifier avec clarté, et il était improbable qu’il ne daigne se mêler à la masse et effectuer les tâches basiques … Il fallait donc, en provoquant suffisamment de chaos dans ses troupes, l’attirer et le pousser à se montrer. Ce n’était en soit pas différent de certaines chasses que l’hybride avait dû conduire de par le passé, où elle avait eu à se montrer inventive pour les appâts à employer pour débusquer ses proies … Simplement, elle n’avait encore jamais passé d’humain à tabac pour en faire sortir d’autres. La réflexion lui tira un « sourire » voilé par son masque, alors qu’elle éjectait un homme d’un coup de pied dans le plexus, l’envoyant percuter et faire éclater deux tonneaux remplis d’eau derrière lui. Elle tentait au maximum de ne pas infliger de blessures graves à ceux qu’elle confrontait, et pour l’instant, elle avait réussi à n’utiliser son épée que sur les cristaux de quelques tenshins qu’elle avait pu identifier au sein des corrompus : ces derniers perdaient presque immédiatement conscience pour une durée indéterminée … De ce que la semi vampire savait, leurs cristaux repousseraient dans les deux jours, quelque chose de ce genre. Il n’y avait qu’une chose à espérer : que ce soit vrai. Cependant, alors qu’elle observait à travers les différents types de fumés recouvrant l’endroit pour chercher un nouvel adversaire, elle sentit soudainement quelque chose de très étrange. Comme une subite pression sur son corps, qui l’enserrait, comme une main géante se refermant sur elle … Une main géante, et invisible. Se sentant soulevée du sol, luttant pour reprendre sa liberté, la semi-vampire eut une ou deux secondes de battement … Avant d’être brutalement propulsée dans une tente.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Purger les corrompus Left_bar_bleue1/6Purger les corrompus Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Purger les corrompus   Purger les corrompus EmptyVen 12 Jan 2018, 19:06

Il s’écoula plusieurs secondes durant lesquelles l’hybride tenta plus ou moins de comprendre ce qui venait de se passer. Le fait que son cerveau ait prit un coup, et peine rien qu’à analyser exactement ce que ses sens perceptifs lui indiquaient à l’instant, n’aidait pas. L’hybride s’extirpa avec difficulté des débris de toile et de bois dans lesquels elle avait été piégée lorsque la tente, dont elle avait purement et simplement défoncé la structure en la traversant, s’était effondrée sur elle. Soufflant un peu, et grimaçant à cause de son bras bandé qui lui avait fait mal lors du choc, elle tenta de voir d’où était venue l’agression … La source ne fut pas compliquée à trouver. Non loin derrière elle, portant une tunique qui l’identifiait sans aucun doute comme mage, un homme approchait, les yeux brillants, et la main droite tendue vers elle et enveloppée d’une aura bleutée. Subitement, la traqueuse sentit la pression se refermer de nouveau sur elle, et fut soulevée du sol comme une plume …Avant d’être projetée dessus de nouveau, brutalement. Elle voyait double lorsqu’elle fut soulevée de nouveau, puis une nouvelle fois écrasée à terre. La troisième fois, ses yeux voyaient rouges. Et la quatrième, elle ne chercha pas à rouvrir les paupières, souhaitant que le mage ne cherche pas à compenser son manque d’originalité par de la persévérance. « Par chance », ce fut le cas : elle ne compta pas combien de fois elle fut violemment claquée contre le sol, mais elle était encore à peu près consciente lorsque finalement, la main trouva autre chose à faire. Flottant doucement vers le mage, elle ouvrit un œil dont certains vaisseaux avaient éclatés pour l’observer … Ce dernier frottait sa fine barbe ave un air particulièrement peu satisfait.

Ainsi donc … L’instigateur de tous ces dégâts est une femme. Elue, je suppose… Vu les capacités déployées et la fumée, ce ne serait pas étonnant. Tsss … Un visage qui aurait pu être si charmant, si sa propriétaire avait sût rester à sa place aux fourneaux.

Si aucun trait d’esprit ne vint à l’esprit de l’hybride, ce n’était pas seulement parce qu’elle était trop profondément consternée par ce style de commentaire dans ce genre de situation pour répondre, ni parce qu’elle se doutait que se montrer impertinente n’allait servir à rien … C’était en réalité surtout parce qu’elle sentait quelque chose de chaud couler lentement le long de ses tempes, et qu’elle avait encore un peu de mal à forcer les muscles de ses yeux à faire la mise au point. En clair ? Elle n’était pas en état. En prime, la manière dont elle était tenue était inconfortable, mais lui permettait de respirer parfaitement, voire de légèrement remuer … Elle pouvait bien le laisser tenter de la rabaisser le temps de reprendre des forces. D’ailleurs, il semblait d’humeur bavarde … Pivotant, il regarda un point derrière lui, un sourire sur les lèvres. L’hybride le suivit … Et eut du mal à en croire ses yeux. Oor’ka était à terre, allongé sur le flanc. Il respirait lourdement : elle pouvait très clairement voir sa cage thoracique se soulever et s’abaisser de là où elle se tenait. Mais un homme était à côté de sa tête, main sur le côté de celle-ci … Et semblait …Infuser un flux magique dans son crâne ? Quelque chose de ce genre. Quelque chose qui ne pouvait pas être bon.

Une fois que mon frère aura terminé de rallier la bête à nos rangs, soit sûrement dans moins d’une dizaine de minutes, nous verrons pour la belle … Je n’ai pas de doutes que nous vous trouverons une utilité.
Que …quoi ? Le rallier à vos rangs ? Vous … êtes en train de le corrompre ?
De le rallier à ce que j’appelle « la conscience primaire » … En tant que néophyte, vous ne seriez probablement pas à même de saisir toutes les subtilités de ce qu’est cette chose, mais pour le faire simplement, c’est une sorte d’entité magique imitant dans son fonctionnement celui de l’esprit d’un être vivant … Un esprit capable de diriger de multiples corps à la fois, et soumis à notre volonté, cela va de soit.
Mais c’est un animal …
Un animal ayant des capacités arcaniques, vu la foudre qu’il semble pouvoir émettre avec aisance. Il doit probablement faire un formidable destrier, vu sa carrure … Ou un « chien » de chasse, peut-être. Quant à vous … D’ailleurs, pourquoi masquez-vous votre faciès ? Maladie ?
Reculant légèrement le torse, ou autant que faire se pouvait avec ses restriction, l’hybride eut une grimace en le voyant avancer la main. Je serais vous, je ne toucherais pas ça …
Voyons, s’il s’agit d’une affliction médicale, je suis certain qu’il y a tout à fait moyen de le soigner …

L’hybride aurait bien répondu quelque chose, mais avant qu’elle n’en ait eu l’occasion, le mage avait rabaissé son masque de tissus, et dévoilé sa bouche fine et le piercing qui ornait sa lèvre inférieur. Tirant une expression satisfaite, il hocha lentement la tête, fier de sa « trouvaille ».

Et bien, c’est ce qu’il me semblait … Un joli minois. Parfait … Je commençais à me sentir seul dans ma couche, parfois.
Vous devez plaisanter …
Oh, mais vous serez toujours consciente de vos actes, nous n’allons pas juste vous effacer l’esprit …Simplement, ce sera moi, le maître de vos actions. La perspective n’est-elle pas réjouissante ?

La traqueuse des brumes ne répondit rien. Plus les secondes défilaient, et moins elle se sentait capable de répondre. Car à chaque seconde, quelque chose, qui noyait son cerveau telle un goudron en ébullition, un liquide poisseux et puant, l’empêchait de réfléchir. Quelque chose que la corruption que subissait la semi-vampire en permanence amplifiait à un point dangereux. Quelque chose qui noirci légèrement le rebord de ses pupilles … Et qui lui fit prendre une grande inspiration, gonfler le torse à bloc, et remplir ses poumons jusqu’à n’en plus pouvoir … Avant de hurler.

Mais s’il existe des cris qui, de par leur intensité ou tonalité, peuvent vriller les tympans de façon très désagréable, celui de Valentine, en revanche, était si puissant qu’elle renversa littéralement le mage à terre, le repoussant en arrière et le faisant aussitôt se tordre de douleur, lui, et son frère qui se trouvait quelques mètres plus loin. Ce dernier, lâchant l’emprise qu’il avait sur Oor’ka, vit ce dernier, dès le hurlement terminé, se redresser et lui bondir dessus, le mordant en lui infligeant de cruelles décharges énergétiques qui firent crépiter l’air. La semi-vampire, quant à elle, vit la « main » qui la manipulait s’évanouir, et tomba souplement à terre : sans même laisser au mage le temps de se redresser complètement, elle sauta pour lui prendre appuie sur son ventre d’un pied, et lui frapper le menton d’un coup de botte bien ajusté de l’autre. Descendant aussitôt, elle lui prit le col, le soulevant de terre à une main pour le regarder dans les yeux. Il était presque aussi sonné qu’elle quelques instants plus tôt, mais la terreur se dessina sur ses traits lorsqu’il vit les globes occulaires de l’hybride, devenues presque entièrement noires sous l’effet de la corruption.

Vous trouvez toujours que j’ai de jolis yeux ?

Avant même qu’il n’ait pu répondre, elle l’avait amené à lui, et avait sauvagement planté les huit crocs de vampire dont elle disposait dans son cou. Un flot de sang lui éclaboussa la bouche et légèrement le cou, mais elle n’en tint pas compte, alors qu’elle s’abreuvait presque sauvagement, satisfaisant des soifs qu’elle avait –peut-être un peu trop bien- réussi à ignorer, qu’il s’agisse de sang, ou de revanche. Elle ne maintint la position que quelque secondes cependant, avant de relâcher le cou de sa victime, d’arracher d’un coup de griffes un morceau de sa tenue, et de lui plaquer sur le cou. Avec des mains tremblantes, il fit de même, regardant l’hybride dont les pupilles dorées parvenaient peu à peu à chasser autour d’elles le noir qui les avait un instant masquées.

Tenez ça fermement. Vous êtes calés en médecine, vous pouvez bien soigner une hémorragie, non ?

Avant même qu’elle ait eu une réponse cependant, une décharge d’énergie magique la percuta, la renversant en arrière. Lâchant un grognement de fatigue à être ainsi attaquée, la traqueuse leva les jambes en l’air, et mit une impulsion pour se relever, observant aussitôt ses environs immédiats. Une décharge similaire vint percuter Oor’ka, le mettant à terre et lui faisant probablement perdre connaissance : même s’il avait profondément mordu le bras de l’homme qui avait voulu le corrompre, il s’était ensuite contenté d’appuyer dessus et de le maintenir au sol, menaçant … Mais le jeune mage était toujours conscient et vivant, et il se releva presque aussitôt. S’assurant aussitôt que le familier était hors-combat, il se tourna vers la traqueuse, qui plissa les yeux. Un adversaire à côté d’elle était à terre … Et pourtant, il lui en restait toujours deux à abattre. Plisser les yeux lui permit rapidement de déterminer que le nouvel intervenant était probablement également le frère des deux autres mages … Côte à côte avait ce qui devait être son benjamin, la ressemblance était aisée à remarquer. Sans parler des tuniques accordées … Ou de l’air enragé du mage. Soupirant un peu, l’hybride remua lentement l’épaule, jusqu’à faire craquer l’articulation … Et laissa lentement ses poumons se vider par un fin interstice entre ses dents, alors qu’elle observait ce nouveau duo d’adversaires.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Purger les corrompus Left_bar_bleue1/6Purger les corrompus Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Purger les corrompus   Purger les corrompus EmptyVen 12 Jan 2018, 19:06

Ne le touche plus. Recule.
Je ne suis pas à tes ordres, gamins, et encore moins si tu les poses sur ce ton.
ELOIGNE-TOI DE MON FRERE, ESPECE DE PUTE !
Soupirant, l’hybride murmura pour elle-même un « … ça venait du cœur … » avant de s’accroupir à côté du blessé. Ce dernier, pressant toujours le tissu sur sa nuque, était déjà bien pâle, mais il réagit lorsqu’elle lui passa une main devant les yeux, se tournant vers elle. Vous entendez lorsque je vous parle ? Ou quoi que ce soit ?

Le voyant plisser les yeux et mettre sa main libre en cône sur le côté de son crâne, elle comprit que les filets de sang qui coulaient de ses oreilles n’étaient pas juste signes qu’il s’était un peu ouvert le cuir chevelu en tombant. Soupirant, elle se retourna, observant les deux mages. Celui qui avait été blessé par Oor’ka avait placé sa main sur celle du plus jeune, l’enjoignant à modérer ses ardeurs. De là où elle était, Valentine n’entendit pas tout correctement, mais elle saisit les termes suivants : « un risque de pouvoir le toucher », « n’est pas venue pour tuer » et « bandage de fortune ». En clair, il la défendait … Du moins, tant qu’elle cherchait à empêcher l’homme qu’elle avait blessé de se vider de son sang. Heureusement pour ce dernier, la traqueuse de monstre causait peut-être des plaies profondes avec ses crocs vampiriques, mais ces dernières n’étaient cependant pas très larges, et ne demanderaient pas énormément d’attention pour être traitées. Ce fut ce à quoi s’employa d’ailleurs l’hybride, déchirant une bande de tissus un peu plus large et correcte dans la tenue de l’homme, et l’enjoignant à retirer ses mains pour lui faire un bandage un peu plus correcte, qui le dispenserait d’avoir à faire les gestes lui-même : une bonne chose, vu son état de faiblesse …

La corruption, la magie noire qui rongeait Valentine, était une chose étrange. Elle n’avait pas de volonté propre. Pas de « but », à proprement parler. Encore moins ici, en Kosaten, où le dieu qui en était à l’origine n’était pas présent. Et à vrai dire, la plupart du temps, l’hybride pouvait vivre sans y penser, tout simplement. Mais au cœur d’un combat, et dans le feu de l’action, sa haine y avait instinctivement fait appel … Et maintenant que la sombre influence s’était éveillée, la calmer n’était pas chose aisée. Boire du sang avait aidé à tempérer ses ardeurs, certes … Mais pas à la faire disparaître totalement. Et si la grande demi-elfe avait un peu plus tôt parfaitement senti cette saleté un peu prendre le contrôle … Elle ne s’était pas rendue compte qu’elle influençait toujours ses gestes. C’est ainsi que, alors qu’elle finissait de serrer les bandages de sa victime, ses lèvres se mirent presque d’elles-mêmes à murmurer.

Odolstua … etum terrok’non.

Coupant une dernière bande d’un coup de griffe, elle se releva lentement … Alors que le dégagement de fumée de son corps, déjà extrêmement important, s’amplifia encore plus, rendant presque trouble sa silhouette au milieu des fumeroles grises et magiques. Observant dans les yeux le mage qui était resté à genoux devant elle … Elle prit l’arrière de son crâne dans sa main libre, et lui tira brusquement vers l’avant, levant en même temps un genoux pour lui percuter le front avec violence. Le choc ne fut pas assez brutal pour faire craquer quoi que ce soit, mais lorsque le mage retoucha terre, il était cette fois clairement hors-combat. La traqueuse monstrueuse l’observa un instant, un sourire pour une fois visible sur ses lèvres … Avant qu’elle ne bondisse brusquement en arrière, évitant de peu un jet de lumière bleutée qui l’aurait sinon percuté de plein fouet. Le jeune mage avait poussé un hurlement, et attaqué sans attendre. Se tournant vers lui, elle l’observa devenir une silhouette trouble à travers la fumée qui, non contente de s’épaissir chaque instant, semblait tourner autour d’elle, tel un cyclone dont elle représentait l’œil.

ELLE L’A TUE, LEBANENE ! ELLE L’A TUE, ET POUR CA ELLE VA PAYER PAR LE SANG !
Cesses donc de hurler, petit humain immature … Le seul bruit de la peur faisant battre ton cœur comme un fou m’assourdit déjà bien suffisamment.

Lorsqu’elle avait lancé la seconde partie de sa phrase, la traqueuse n’était déjà plus au niveau du sol, auquel elle avait été visée par un nouveau jet d’énergie. Ayant bondit plusieurs mètres au-dessus de l’énorme nuage de brume qu’elle avait elle-même produite, elle profita d’une ou deux secondes d’apesanteur pour observer les deux silhouettes qui représentaient ses ennemis dans la brume … Mais elle ressentait d’autres présence encore, et pouvait d’ici aisément les voir. Certains des corrompus n’étaient pas hors combat … Une bonne partie, même. Et ils convergeaient vers elle. Tant pis pour eux.

Retombant à moins de cinq mètres du jeune mage, la blonde fit une roulade pour amortir le choc, avant de se jeter sur son opposant. Ce dernier n’érigea une protection magique qu’au dernier moment : les griffes de la traqueuse crissèrent de façon étrange contre un « mur » d’énergie bleutée solide, qui dévia son attaque, même s’il ne l’empêcha en rien de se déporter immédiatement sur le côté pour éviter le jet d’énergie qui, lui, aurait pu lui frapper le crâne. Se baissant, elle pivota sur elle-même pour lui envoyer un coup de pied rotatif dans le genoux, là où elle était quasiment certaine de briser quelque chose : son tibia rencontra de la même façon un mur d’énergie au dernier instant, et elle fut obligée de se propulser en arrière du bras et de la jambe qui lui restaient. Se réceptionnant avec souplesse, elle se mit à bondir, esquiver, frapper, et danser avec son jeune adversaire, qui témoigna une résistance bien supérieure à celle de son frère aîné. La génération et manipulation de champs de forces était probablement une discipline demandant beaucoup de temps d’apprentissage et de concentration, mais la façon dont ce homme pouvait faire surgir de ses paumes de puissantes vagues d’énergie magique, ou modeler dans le vide des protections qui n’y étaient pas l’instant d’avant, avait quelque chose de fascinant pour la vieille chasseuse. Cette dernier découvrait une proie en même temps qu’elle l’affrontait … Ce genre de choses ne lui était pas arrivé depuis un bon bout de temps. Et c’était grisant.

Cependant, même si elle avait des échanges rapides et intenses avec le jeune mage, elle n’oublia pas le moins du monde les deux autres, repérant le manipulateur s’éloigner pour aller rejoindre son aîné inconscient. Presque aussitôt, elle bondit vers l’arrière, se réceptionnant devant lui pour le bloquer. Le mage, qui trébucha en tentant de s’arrêter, esquiva de ce fait un coup de pied qui l’aurait fauché au ventre, tout en s’étalant à terre. Presque aussitôt, une nouvelle décharge énergétique vint frôler l’hybride, qui sauta purement et simplement par-dessus. Cependant, alors qu’elle se trouvait en l’air, elle nota sur sa gauche que quelque chose déplaçait sa fumée … Quelque chose « d’invisible » en temps normal, mais que les fumeroles qui l’entouraient permettaient parfaitement de discerner. Quelque chose qui avait la forme d’un rocher de la taille de l’hybride. Et quelque chose qui, profitant du fait qu’elle n’avait aucun appui dans les airs, vint la percuter avec violence pour la jeter à terre. Roulant sur quelques mètres, la blonde se releva presque aussitôt, et avisa le mage, allongé sur le sol, dont la main venait de s’illuminer. Ils pratiquaient la même discipline que son frère ? ça, c’était problématique. Car aussitôt qu’elle fut en mesure de comprendre ce fait, deux attaques différentes mais synchronisées se dirigèrent vers elle en même temps, lui bloquant à la fois le haut, le bas, et les flancs … Elle ne parvint à glisser entre le rayon et le champ de force en forme de poing que grâce à une position étrange et légèrement contorsionnée qu’elle improvisa sur elle-même, se plaçant dans un tel déséquilibre qu’elle en chuta presque à terre aussitôt après. Ce qui était la meilleur chose à faire … Si elle voulait écourter ses jours.

technique utilisée:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Purger les corrompus Left_bar_bleue1/6Purger les corrompus Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Purger les corrompus   Purger les corrompus EmptyVen 12 Jan 2018, 19:06

Combattre un magicien qui lui-même était formé aux affrontements avait un côté pénible. La pratique magique par essence étant une discipline aux tenants et aboutissants aussi variables qu’étranges, on se retrouvait toujours avec ce côté … Incertain. Et parfois, injuste. Ici, l’injustice provenait du surnombre adversaire … Même en ayant plongé la zone dans les brumes où son organisme fonctionnait plus rapidement et efficacement, la traqueuse peinait à continuer d’esquiver ses adversaires en permanence, sans parler ne serait-ce que de répliquer. Bien sûr, elle avait pu tenter un jet de projectile ici ou là … Mais elle ne parvenait même pas à revenir au corps à corps, soit bloquée par des champs de force aux formes variables, soit brusquement stoppée dans son avancée par des vagues énergétiques. Elle accumulait les plaies, et la fatigue, sans voir ses deux opposants faiblir. En cet instant précis, leurs expressions démontraient d’ailleurs parfaitement la corruption dont ils « souffraient » : leurs visages exprimaient un sadisme mal contenu dans ce petit jeu du chat et de la sourie, où ils étaient impatients de planter leurs griffes dans la proie. Heureusement, songea d’ailleurs la blonde, qu’elle s’était débarrassée de l’un d’entre eux avant même le début du combat : elle n’aurait jamais survécu à la fratrie au complet.

Cependant, alors qu’elle bondissait, une nouvelle fois, pour passer par-dessus un « rocher » psychique qui s’enfonça dans le sol, elle se prit une vague énergétique en plein plexus, et bascula en l’air pour tomber lourdement sur le dos. Les idées embrouillées par l’impact, le souffle coupé, elle ne garda pas la position bien longtemps … Mais en fait des prompts rétablissements qu’elle avait déjà effectués à plusieurs reprises depuis le début du combat, elle ne parvint qu’à rouler sur le ventre, et pousser sur le sol de son bras pour finir sur 3 membres, exténuée. Le sortilège avait bien trop puisé dans ses réserves, couplé à toutes les esquives qu’elle venait de faire … Elle se sentait vidée. Et par conséquent, sans réelle défense. Tournant la tête sur le côté, elle vit les deux hommes avoir un sourire goguenard … Celui manipulant les champs de force leva la main. Brusquement, quelque chose, comme un genre de fer, vint lui enserrer le poignet, et tirer dessus : elle chuta de nouveau face contre le sol. Elle était trop fatiguée pour pousser un juron, mais le geste en soit la blessa presque plus mentalement que physiquement. Cependant, l’étreinte ne se stoppa pas là, et un instant plus tard, elle sentait qu’on la tirait vers le haut et la relevait, plus ou moins … Avant qu’un autre étau ne vienne s’enrouler autour de sa gorge, la forçant à se tenir droite et à les regarder dans les yeux. Quelque chose qu’elle détestait. Mais pas autant que la vision du plus jeune qui, levant à son tour sa main, et entourant cette dernière d’une aura bleutée particulièrement puissante, se préparait visiblement à l’achever. Elle tenta de tirer sur son bras, de se libérer en forçant sur ce qui l’empêchait de bouger … Sans succès. La colère, la peur, et l’appréhension qui ne cessaient de grimper en elle ne lui étaient d’aucune aide. Elle ne sut se résoudre à fermer les yeux lorsqu’elle vit le rayon d’énergie bleutée et pure partir tout droit vers elle.

En soit, ce fut quelque peu une chance … Car cela lui permit de voir se dérouler devant elle ce qu’elle n’aurait sinon peut-être pas cru. En soit, les vagues énergétiques que projetait le tenshin corrompu n’étaient pas instantanés : à cette distance, elles étaient même « aisées » à venir voir, lorsqu’on disposait de la vélocité de l’hybride. Mais cela ne voulait pas dire qu’elles étaient lentes, presque au contraire. Pourtant, entre l’instant où le rayon parti de la main du mage, et celui où il allait toucher la semi-vampire, quelque chose se planta dans le sol en plein milieu de la trajectoire supposée de l’attaque, et l’encaissa de plein fouet, la faisant détonner sur place. Si l’hybride des brumes sentit un puissant souffle de vent la frôler, ce qui l’étonna fut surtout la forme de l’objet qui venait de la sauver … Il s’agissait d’une épée. Le style qu’un homme de taille normale ne peut manier, en raison de son poids. Le style dont l’acier était assez épais pour subir sans broncher une attaque pourtant théoriquement fatale. Un styl avec lequel elle n’était que peu familière, n’ayant vu que de très rares lames de ce genre dans son propre monde, et presque aucune ici. Mais la suite la surprit encore plus. Une silhouette, qui semblait tombée du ciel, se réceptionna littéralement sur la garde de la lame, s’accroupissant dessus pour encaisser l’impact. Tournant le dos à la traqueuse, elle n’offrit à cette dernière comme vision d’elle qu’un long manteau, dont la traîne pouvait presque passer pour le bas d’une robe faite de plumes grises défraichies. L’individu, probablement une femme vu sa corpulence, portait deux petites nattes dans une chevelure rousse de taille moyenne … Ces dernières firent cesser de fonctionner l’esprit de l’hybride. Elle les reconnaissait. De même que la voix qui s’éleva un instant plus tard.

Vraiment désolée pour le retard, j’ai fait aussi vite que j’ai pu ... Le ton monta légèrement, toujours jovial, mais assez fort pour être entendu des deux mages. Hey, les deux affreux ! On vous a jamais dit que si vous étiez obligés de vous y mettre à plusieurs sur quelqu’un, vous deviez être vraiment nuls !?

Un trait d’énergie pure tenta de faucher la silhouette, qui bondit et fit un saut périlleux pour esquiver avec aisance, avant, dans le même mouvement, de lancer une rangée de couteaux de lancers qui partirent parfaitement alignés vers les deux frères. Les deux durent se jeter à terre avec empressement, et presque aussitôt, l’étau autour de la gorge de l’hybride se relâcha, lui laissant reprendre son souffle et la pleine mesure de ses capacités motrices. Titubant légèrement et manquant de retomber à terre, la chasseuse de monstres regarda l’espadon toujours enfoncé dans le sol, alors que sa sauveuse fonçait tête baissée vers les deux mages, dégainant un étrange poignard à la lame particulièrement recourbée et usée. Une dague de parade … Mais ce n’était pas le point le plus intéressant de cette personne. Ce qui, en revanche, embrouillait et prenait toute la concentration de l’esprit de l’hybride …C’était que la personne était morte. Du moins … C’était la triste vérité qu’elle avait tenté d’accepter, ces dernières semaines. Cependant, le bruit des combats, et un laser passant non loin d’elle lui firent réaliser que l’heure n’était pas aux réflexions ou aux souvenirs. Se penchant en avant, elle prit une impulsion, rejoignant les deux mages et sa nouvelle alliée en quelques foulées rapides.

Si le plus jeune du duo, ses boucliers et ses rayons d’énergie pouvait représenter un certain défi à combattre, c’était majoritairement en raison de sa capacité à se protéger de presque toutes les attaques, ainsi qu’à se placer de façon judicieuse dans l’espace de façon à ce que l’adversaire soit forcé de changer régulièrement de posture ou de position pour pouvoir tenter de lui porter des coups. Ce qui, en revanche, constituait un défi chez l’aîné … La traqueuse ne l’avait pas réellement déterminé au moment où elle se jetta dessus. Mais ce problème se régla de lui-même passablement vite. C’était que les champs de force qu’il déployait formaient également une protection des plus efficaces, à tel point que lui-même ne combattait pas réellement : les bras croisés dans le dos et l’air concentré, il se contentait de générer autour de lui une barrière que les griffes projectiles enduites d’acide corrosif de l’hybride percutèrent de plein fouet sans sembler infliger de dégâts. Bondissant, et se réceptionnant elle-même sur ce « mur » qui ne ploya pas le moins du monde sous l’impact, la blonde se laissa reculer un peu et retomber à terre, avant de se mettre à réfléchir à un moyen de contourner, sinon pulvériser ce problème. Elle aurait pu céder à la tentation de regarder à côté d’elle, pour voir comment s’en sortaient son alliée et le mage qu’elle affrontait, mais elle ne voulait pas offrir une ouverture aussi évidente dans sa garde à son adversaire. Qui plus était, elle pouvait parfaitement surveiller rien qu’avec son ouïe. Soupirant par le nez, elle nota que les brumes sanglantes se dispersaient plus ou moins rapidement, à cause d’un léger souffle de vent et de la chaleur de l’incendie, toujours partiellement en cours.

Mon frère aura bientôt fini de s’amuser avec votre alliée. J’espère que vous êtes prête à rejouer la scène que cette interruptrice a empêché de s’exécuter normalement ?
Taisez-vous. Je réfléchis.
Bien sûr … Mais pour vous aider à cela : me hurler dessus ne servira à rien, si l’envie d’essayr vous tente … Au contraire : plus je me sens en danger, plus ce champs de force sera renforcé.
Je vous ai demandé de vous taire.
Et sinon qu’allez-vous faire ? Vous disputez un combat perdu, ma pauvre. Un combat perdu d’avance, duquel nous ne vous laisserons ni fuir, ni –
Bon, ça suffit.

Ses griffes s’étaient déployées en une demi seconde. Il avait fallu à peu près le même temps pour qu’elles ne doublent en longueur. Les briser n’avait pas pris de temps à l’hybride. Et pivoter pour les lancer sans pitié dans les jambes du jeune mage, qui poussa un cri de surprise et de douleur, ne fut pas beaucoup plus long. L’hybride eut le plaisir d’entendre un hurlement juste à côté d’elle, un « non » aussi frustré que triste. Elle n’eut pas besoin de plus pour pivoter une nouvelle fois et s’élancer sur le mage. Ce dernier tenta d’ériger de nouveau sa barrière, réalisant. Avant qu’il n’ai eu le temps de la rendre assez résistante cependant, l’hybride la fit éclater, comme une vitre à travers laquelle elle passait. Son genou percuta le nez du jeune homme. Rétractant ses griffes, elle enchaina presque aussitôt sur un coup de poing puissant, qui fit tituber l’arcaniste … Et un coup de pied, expédié directement dans le foie, brisa l’homme en deux, le laissant titubant un instant avant qu’il ne chute lourdement à terre, incapable de continuer à se battre, bras repliés sur son estomac. L’hybride ne prêta pas attention aux bruits de vomissements, et pivota aussitôt pour, en deux pas, rejoindre les autres combattants, et placer sa main – qui s’était de nouveau transformée en chose résistante et griffue - devant le visage du mage. Ce dernier était en effet la cible du poignard, qui vint rencontrer la paume de la traqueuse … Mais ne la pénétra pas. L’attaque n’était pas assez appuyée pour cela : la jeune femme avait brisé l’élan de son geste aussitôt que l’hybride s’était interposée. Ceci dit, la main de la traqueuse fut tout de même repoussée vers l’arrière, et percuta le visage du jeune mage, lui écrasant le nez et lui faisant pousser un gémissement douloureux.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Purger les corrompus Left_bar_bleue1/6Purger les corrompus Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Purger les corrompus   Purger les corrompus EmptyVen 12 Jan 2018, 19:07

Il y eut un instant de silence … Le jeune mage, dont les jambes blessées lui avaient aussitôt valu une série de coups plus ou moins brutaux, n’avait même pas cherché à se relever : après le coup dans le visage, il s’était contenté de « s’asseoir » sur ses talons, ne cherchant plus à se protéger magiquement ou à attaquer. L’autre, à terre, derrière eux, n’esquissait plus le moindre geste non plus. Le combat était terminé. Et pour la première fois, l’hybride vampirique pouvait regarder son alliée dans les yeux, la dévisager … Lentement, la rouquine recula sa lame, la serrant un peu dans ses deux mains de façon coupable avant de finalement la ranger. Ses yeux verrons scrutaient ceux de l’hybride avec une certaine dose d’incertitude.

… Pourquoi tu t’es interposée comme ça ?
Ma mission n’était pas de les tuer, mais de les libérer de la magie corruptrice de Tenshi. C’est faisable, avec du fer blanc.
Ah … Je n’étais pas au courant de cette partie-là, je … Aussitôt que j’ai appris où tu te trouvais, je me suis précipité pour prendre un canasson et venir t’aider, et je –
Testbug.
… quoi ?

Il y eut un instant de silence entre les deux … Et subitement, le bras de l’hybride se détendit, et la rouquine se prit une claque. Le son résonna avec force sur la plaine, et la rousse, en tournant de nouveau progressivement la tête vers la blonde, avait une expression où la surprise se teintait clairement de douleur. Se frottant la joue, elle balbutia quelque chose, comme si elle voulait prendre la parole … Mais referma les lèvres sans rien dire. Face à elle, la chasseuse de monstres, cette femme sérieuse, froide, et parfois terrifiante qu’elle avait pourtant appris à connaître pendant un certain temps … se décomposait de seconde en seconde. Et le spectacle, à la fois triste et pitoyable, fit subitement réaliser à la guerrière à quel point cette dernière était revenue « brutalement » dans la vie de son amie. Lâchant un soupire, elle tira une moue embarrassée … et ouvrit les bras en faisant deux pas vers l’avant, prenant sa chasseuse de monstre préférée dans ses bras, et lui enlaçant tendrement le torse d’un bras en lui frottant la nuque de son autre main. L’hybride fondit pratiquement en larme à son contact, mais vint promptement la serrer contre elle également de son bras valide, plongeant sans hésiter son visage dans son épaule et y étouffant ses plaintes. La native, qui conservait une expression embarrassée, ferma les yeux un instant … Cela ne fit qu’amplifier les sensations qu’elle ressentait. Les légers soubresauts, presque des tremblements causés par l’émotion, de l’être au creux de ses bras. Elle rouvrit les paupières pour tenter de penser à autre chose, ne voulant pas se sentir responsable … Pas à ce point ? Difficile à déterminer. Son regard accrocha le mage à terre, devant elle, qui était resté assis sur ses talons. Lui jetant un regard noir, elle formula sans même murmurer un « reste ici », qu’il sembla comprendre, puisqu’il hocha la tête … Sans cesser de regarder son frère à quelques pas, vérifier s’il allait bien.

Je t’ai crue morte …
Testbug eut l’impression de recevoir un nouveau coup de couteau en plein cœur en entendant le ton – elle parlait d’une voix beaucoup trop aigüe – qu’employait l’hybride … Mais finit par hocher la tête. Je te dois des excuses … et des explications, sûrement … Hey … ressaisis-toi, ma grande.

Forçant progressivement la blonde à la lâcher – ce qui s’avéra plus difficile que prévu – pour la regarder dans les yeux, la rouquine tenta de lui faire un timide sourire … Quelque peu décontenancée par le fait qu’elle la voyait peut-être pour la première fois bouche nue. Lui frottant une joue du pouce pour essuyer les larmes, elle finit par sourire plus franchement en la voyant souffler, et évacuer un peu son surplus d’émotions. La blonde finit par détourner un peu le visage, fuir ce geste de réconfort … Même si ses traits s’étaient légèrement détendus. Reniflant, elle ferma les yeux, se mettant à inspirer et expirer avec profondeur, lentement détendre son muscle et son corps … Laisser son visage faire face au ciel, relâcher la pression qu’elle ressentait. Se frottant ensuite le nez du dos de la main, elle se tourna vers la rousse, qui n’avait pas quitté son petit sourire compatissant.

Là … ça va mieux ?
Un peu. Mais tu as raison … tu me dois des explications. Juste … qu’on … verra ça à un autre moment. Plus approprié.

Le hochement de tête de la native témoignais à la fois de la joie de voir son amie de retour, et également de son soulagement. La semi-vampire ne sut lui en vouloir … Elle n’avait pas un instant ressenti quoi que ce soit de négatif envers elle, de toute manière. Se détournant, elle se dirigea d’un pas lent vers Oor’ka, s’accroupissant à côté de lui pour brosser en douceur son pelage. Il respirait, régulièrement, presque paisiblement … il aurait besoin de repos. Mais il n’avait pas l’air de souffrir de blessure grave.

Il va falloir que je t’aide à t’endurcir un peu, mon beau … ce n’était pas grand-chose … Mais déjà bien trop à mon goût.
C’est dingue ce qu’il grandit vite … je n’avais pas réalisé, la dernière fois … Mais … Tu ne t’en étais pas soucié plus tôt ? Je veux dire …
Je l’entendais respirer et crépiter. Il fait beaucoup ça quand il dort. Et puis … Je me suis dit qu’ils ne voulaient pas l’abattre, mais le convertir. Autant le laisser en vie pour ça … enfin, je suppose. De toute façon, je n’ai rapidement plus eu l’occasion d’y penser. Brossant le pelage de son familier et compagnon et lâchant un soupire, elle finit par se relever, continuant de l’observer. Tu veux bien m’apporter les deux zigotos qui sont inconscients à côté du troisième ?
Oh, heum … Très bien.

La traqueuse la remercia d’un ton égal, puis consenti enfin à décrocher son regard du corps couvert de fourrure couvert à ses pieds, pour se diriger vers leur « captif ». Ce dernier n’avait pas tenté le moindre mouvement : son envie de servir le dieu corrompue n’excédait visiblement pas celle de vivre … Ramassant juste au passage son épée, qu’elle avait fait tomber durant le combat, la chasseuse de monstres se rapprocha ensuite jusqu’à se trouver devant lui. Posant un genou à terre, elle l’observa pendant quelques secondes, avant de finalement lever légèrement sa lame.

Je ne vais pas frapper pour tuer. Ni toi, ni tes frères. Mais je vais tout de même le faire. Tout ce dont j’ai besoin, avant cela, c’est que tu me dises où se trouvent vos cristaux.
a tous les trois ? Pourquoi te dirais-je cela ?
ça m’éviterait d’avoir à les mettre à nu, ça ferait gagner du temps, et ça t’épargnerait un coup de poing dans le nez gratuit.
… Qu’importe, après tout … Nous portons tous les trois le cristal tenshin sur le dos de l’avant-bras gauche. Retroussant sa manche et exposant jusqu’à son coude, il leva l’avant-bras pour attester ses dires.
Je vois. Maintenant, c’est au dieu corrompu qui te manipule que je vais parler … Ecoutes-moi bien, immortel stupide. Je ne sais ni qui tu es, ni quelle est ton histoire, même si je me renseignerais dès que possible sur le sujet. Dans tous les cas, tu peux être sûr d’une chose. Tu n’as pas ta place en ce monde. Les autres dieux sont d’accord sur ce point. Tous les êtres vivants sont d’accord sur ce point. Tes soldats ne sont que des pantins, et tu n’as retrouvé ton pouvoir que grâce à une traitrise … Je ne sais pas où tu as séjourné durant une éternité, mais prépares-toi à y retourner, probablement bien plus tôt que tu ne le penses.

La traqueuse acheva la communication ici, d’un puissant coup de sa lame dans le petit cristal violet. Si elle avait continué son geste, elle aurait sans aucun doute tranché proprement l’avant-bras du jeune homme … mais tout était histoire de dextérité : il s’en sortirait avec à peine une coupure. Testbug ayant amené les deux autres mages à côté d’elle, et dévoilé leurs avant-bras en voyant faire l’hybride, cette dernière put frapper deux nouveaux coups en peu de temps. Les trois cristaux corrompus brisés, elle se releva totalement, rengainant « son » épée de fer blanc. Pourtant, alors que le vent dissipait progressivement les derniers vestiges de brume et de la fumée d’un feu qui s’éteignait déjà depuis un bon nombre de minutes, des silhouettes se mirent à se relever et à s’approcher du duo. Peu rassurée, Testbug tira à nouveau son poignard, se rapprochant de l’hybride.

… Encore de nouveaux adversaires ?
L’hybride observait elle aussi ces étranges apparitions … Mais finit par sourire, hochant négativement la tête. Je ne pense pas, non. De deux doigts, elle saisit son masque de tissus, le remettant en place sur son visage. Je dirais plutôt ceux que nous devions sauver.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 518
Yens : 1209
Date d'inscription : 19/09/2015

Progression
Niveau: 88
Nombre de topic terminé: 27
Exp:
Purger les corrompus Left_bar_bleue1/6Purger les corrompus Empty_bar_bleue  (1/6)
Valentine W.
Valentine W. ~ Vagabonde ~

-



MessageSujet: Re: Purger les corrompus   Purger les corrompus EmptyVen 12 Jan 2018, 19:07

Un grand feu avait été érigé au centre des débris du campement. D’un commun accord, il avait été décidé, autant par les soldats que l’élue ou ceux qui avaient étés libérés, que tous passeraient une nuit supplémentaire ici, et repartiraient le lendemain pour la capitale. Tous ici n’en étaient pas résidents, mais il fallait qu’ils témoignent de ce qu’ils avaient vu, vécu. Apparemment, la corruption ou le sort de contrôle n’empêchaient pas les gens d’être conscients de leurs actes : pour les victimes du sort des trois frères, leurs volontés résistaient parfois activement aux agissements de leurs corps … Sans effet, le plus souvent. Les trois mages eux-mêmes avaient repris conscience après tout le monde, mais avaient passé leur temps à se répandre en plates excuses pour leurs attitudes. Valentine les avait défendu lorsque plusieurs anciens manipulés avaient voulu chercher querelle : elle était trop fatiguée pour empêcher les arcanistes de tuer tous ceux qui les menaceraient, même si elle ne doutait pas de leur bon fond. Les débris des tentes restantes seraient assez pour loger tout le monde, et il y eut assez de nourriture pour faire un grand repas commun autour du feu, chose que ne déprécia pas foncièrement l’hybride, même si elle n’attendit pas la fin de ce dernier pour quitter un peu le camp, s’isoler et réfléchir sur les berges de la rivière. Il ne fallut que cinq minutes environs pour que Testbug, qui était suivie par un Oor’ka encore un peu endormi, ne vienne la rejoindre, et ne s’assois à côté d’elle. Elle regardait l’eau en silence.

Désolée pour la claque.
C’est déjà oublié va … Tiens, tu … ne portes plus ton bandage au bras ?
J’ai cicatrisé. Il était déjà presque guéri depuis un bout de temps … Mais mordre l’autre tout à l’heure a achevé la chose. J’ai à nouveau mes deux mains de libres.
Moui, mais tout à l’heure, si je n’avais pas ralenti mon attaque … Tu serais restée à une, vu que tu aurais perdu l’usage de celle qui allait bien.
Aurais-je vraiment eu le droit de me servir de cette main pour quoi que ce soit, si je n’avais pas été capable de faire confiance à une amie ?
Testbug se tourna avec un sourire vers la semi-vampire, qui l’observait déjà, et se frotta l’arrière du crâne. J’ai vu mieux, comme ami, tout de même …
Tu m’indiqueras où, alors … Parce que les gens prêts à se sacrifier pour d’autres, je n’ai pas entendu dire que ça courrait les rues. Sans parler du fait que tu viens encore de me sauver …
Bah … Disons qu’on est quittes ?
Dans tes rêves. L’hybride des brumes attendit que l’éclat de rire de sa voisine ne cesse, caressant toujours pensivement le crâne de son familier, qui depuis tout à l’heure s’était lui aussi bien remis. Mais qu’est-ce qui s’est passé, là-bas ?
Je ne sais plus très bien … Je t’ai dis de partir. Je me suis battue. Et bien ! Je leur ai collé une racle … Mais bon … J’ai récolté pas mal de blessures, et … quand la poussière est retombée … Je ne sais pas. Je crois que j’ai voulu courir dans la même direction que toi, mais mes jambes arrivaient à peine à me porter … J’ai fait quelques mètres, et puis … le noir complet. Quand je me suis réveillée, j’étais allongée sur le flanc à côté d’un feu. J’avais quelques bandages, je suppose que quelqu’un m’a ramassé et m’a soigné … Ou alors, j’ai eu la présence d’esprit de m’arrêter et de le faire moi-même, mais ça me semble improbable que j’ai réussi à faire ça, puis à tout oublier par la suite. Toujours est-il qu’il n’y avait personne … Je suis partie. J’ai trouvé l’épée et le poignard sur le corps d’un chevalier, dans la forêt … Je ne sais pas ce qu’avait vécu le pauvre bougre dans ses dernières heures, mais ça avait l’air intense. Je l’ai enterré avec son armure … Ensuite, j’ai lentement rejoint Kansei … Et là, on m’a dit que tu étais déjà partie, quelques heures plus tôt, pour un « nettoyage ». Un éclaireur m’a même donné son rapport avec ses annotations, pour que je me « brief » de moi-même durant le trajet. J’ai eu du mal à trouver honnêtement, mais quand j’ai vu l’énoooooorme nuage sur le sol, avec la fumée de l’incendie … ça m’a aiguillé.
Et tu m’as sauvé la vie … J’aurais fait moins spectaculaire, comme arrivée, mais bon.
Ouais ouais, c’est ça … Mais avoues que comme position c’était bien ! Ah, tiens … Sortant quelques papiers de sa poche, elle les déplia un instant, avant de hausser les épaules. Le rapport original dont je te parlais. Je peux le jeter tu penses, ou il vaut mieux que je le garde ?
Les officiers ont des copies, tu peux te permettre de … le … attends.

Tendant la main, l’hybride se saisit de la liasse de papier, parcourant les informations de ses yeux dorés. Son expression s’assombrit en peu de temps, et elle sortit de son sac plusieurs feuilles similaires, qu’elle plaça à côté, les tenant dans l’autre main alors qu’elle étudiait les deux documents … Testbug n’osant pas réellement commenter, jusqu’à ce qu’Ichikaru ne vienne interrompre les réflexions de la presque vampire.

Mesdames ? Nous avons un problème.
Mesdemoiselles. Quel genre de problème ?
Et bien … Conformément à ce que vous aviez demandé Valentine, nous avions demandé aux personnes libérées de se soumettre à une inspection, pour déterminer si jamais ils portaient un cristal sur eu ou non. Vous savez, des fois qu’un corrompu se soit glissé dans le lot et ne cherche à se faire passer pour un continental … Mais les femmes refusent que nous les examinions, et les hommes … Disons qu’il y a quelques couples avant des amants un peu jaloux.
Mh. La semi-hybride n’avait pas détourné ses yeux des deux rapports, mais finit par les poser l’un sur l’autre, posant une main à terre pour se relever. J’aurais préféré me coucher tôt, mais bon … Allons-y.
Tu penses que ça va poser problème si je révèle que tu aimes bien les filles aussi ?
… hein ? Comment es-tu au courant de ça ?
On … a pas mal fait de camps toutes les deux, tu te souviens ? Je t’ai entendu plusieurs fois parler dans ton sommeil … Des fois, il y avait des noms d’hommes, et des fois … Une fille avec « la douce » comme titre, si je me souviens bien. Et ça avait pas l’air d’être une relation amicale, vu ton expression. Réalisant qu’elles étaient toujours en présence d’Ichikaru lorsque Valentine se frappa le front du plat de la main, la jeune native devint pivoine, cherchant à regarder ailleurs. … Enfin, j’ai qu’à pas leur dire hein, ça posera pas de problème. Voilà. Je vais t’aider d’ailleurs …
C’est ça … Allons-y.

*     *
*

Et bien … S’il y a bien une chose que l’on peut dire, c’est que c’est un franc succès ! Le commandant, souriant assez largement, se laissa aller en arrière dans son siège. L’hybride ne semblait pas partager son enthousiasme, haussant les épaules.
47 personnes libérées sur près d’une soixantaine … Pas mal de blessés … Deux morts. Cela reste mitigé.
Certes, mais de l’autre côté de la balance, vous avez prévenu à la source même un attentat de grande envergure envers la capitale de Minshu tout entier. Je m’assurerais que l’exploit parvienne aux oreilles de mes supérieurs.
Je me contrefiche pas mal de la gloire, si vous voulez tout savoir … à vrai dire, ce qui me préoccupe le plus, ce sont nos éclaireurs.
Mh ? Vous avez eu une altercation avec un ou plusieurs d’entre eux ?
Non, non, j’ai même discuté avec l’un d’eux avant de venir … Mais … « 30 personnes environs, dirigées par un mage seul ». Il y avait deux fois plus de personnes à sauver, ou combattre selon les versions, et les mages étaient au nombre de trois : nombre de corrompus rapportent qu’ils se souviennent avoir vu leurs chefs expressément utiliser leurs pouvoirs en plein jour, pour assister la « main d’œuvre » pour certaines tâches comme le transport du poison.
Mh … Effectivement, un manque total d’info serait presque préférable à pas d’information du tout. Et il est vrai que si nous avions su, vous auriez probablement eu plus d’homme à commander.
Bah. L’équipe d’Ichikaru était très bien, et a remplis son rôle à la perfection. Mais je ne pensais ni combattre si longtemps, ni qu’il s’agirait d’ennemis si puissants.
Le commandant resta silencieux un instant, hochant lentement la tête … Puis lâcha un soupire. Je parlerais aux hommes ayant écrit le rapport. Nous ne pouvons pas nous permettre trop d’erreurs de ce style … Elles pourraient vous coûter, à vous ou d’autres, un peu trop cher pour être simplement pardonnées. Vous avez bien fait de soulever le point.
Ne soyez pas trop sévère, mais merci de vous en occuper. Oh, au fait …
Oui ?
J’ai … Un peu réfléchi, vis-à-vis de la situation, du président … D’un geste, l’hybride sortit un papier de sa veste, le tendant au commandant. Une lettre cachetée à la cire. Faites parvenir ça à quelqu’un qui gère les élections.
Vous voulez concourir pour la présidence ?
Disons plutôt … Faire passer un message vis-à-vis de cette dernière. C’est l’occasion ou jamais.
Vous savez qu’il y a d’autres moyens de faire parvenir vos doléances ? Que ferez-vous si vous êtes élues ?
ça m’ennuierait atrocement. Mais je ne me défilerais pas pour autant, bien entendu. Bon … Je vous laisse, j’ai une amie qui m’attend dehors.
Je ne vous raccompagne pas. A la prochaine fois, Valentine.
A la prochaine fois, commandant.

Sortant du bureau sans une parole de plus, l’hybride des brumes parcouru un couloir, descendit un escalier, passa deux autres couloirs en saluant poliment les gardes qui se trouvaient là, puis descendit un peu promptement d’une volée de marche lui permettant de quitter le poste de garde par l’arrière. Retrouvant en quelques instants Testbug et Oor’ka, qui patientaient tous les deux sous un arbre, elle leur fit signe de bouger de la tête, se mettant à marcher d’un pas raide.

T’as l’air crispé. Ça s’est mal passé ?
ça s’est très bien passé … Mais il y a juste quelque chose que j’aimerais comprendre.
Quoi donc ?
Pourquoi le commandant ment. L’éclaireur qui t’a remis son rapport avait bien vu plus d’une cinquantaine de personnes, et constaté de ses yeux la présence d’au moins deux mages. Mais la version qu’il t’a remise, et celle que moi j’ai reçu, diffèrent. J’aimerais savoir pourquoi.
… Et … Tu lui as demandé ?
Non. Mais je fouillerais un peu … On s’en chargera plus tard. On a juste un peu de temps pour passer chez moi.
… Tu as quelque chose sur le feu ?
On peut dire ça … J’ai entendu dire que l’élection se tiendrait dans quelques heures. Je pense que ce serait intéressant d’y assister.
Oh. Ce sera une première pour moi, je n’ai aucune idée de comment ça marche.
Honnêtement ? L’élue se tourna vers son amie avec un petit sourire. Moi non plus. Raison de plus pour essayer de ne pas en rater une minute.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Purger les corrompus   Purger les corrompus Empty

Revenir en haut Aller en bas
Purger les corrompus
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: Purger les corrompus 190103103231202569 :: République de Minshu :: Plaine verdoyante-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.