-17%
Le deal à ne pas rater :
TOSHIBA 43UA3A63DG TV 4K UHD – 43″
305.99 € 369.99 €
Voir le deal

Partagez
Le temps se fige
Messages : 23
Yens : 360
Date d'inscription : 30/01/2019
Localisation : Dans le froid

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé:
Exp:
Le temps se fige Left_bar_bleue0/6Le temps se fige Empty_bar_bleue  (0/6)
Teresa
Teresa ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Le temps se fige   Le temps se fige EmptySam 02 Fév 2019, 23:00

« Le Soleil est un astre froid. Son cœur, des épines de glace. Sa lumière, sans pardon. »
Depuis son réveil, plus rien ne tournait rond.

Entre nous, Teresa aurait amplement préféré qu'il ne s'agisse que d'un mauvais rêve... parce que ne pas disposer du moindre indice pour retrouver sa chère petite Clare, voilà qui la tracassait légèrement ! Avec le terrible éveil de Priscilla et la curieuse situation actuelle (cette lumière blanche par exemple, d'où venait-elle ?), pas grand-chose ne pouvait se vanter d'être sûr (mis à part le fait que, foi de Claymore, Teresa retrouverait coûte que coûte sa protégée en bonne santé !).

Allons bon, pas d'inquiétude, l'heure d'éclaircir un peu la situation sonnerait bientôt... mais tout d'abord, comme son corps empestait le Yoma (probablement suite à son dernier combat riche en événements, bien que brumeux dans son esprit), Teresa avait décidé de faire une brève halte à proximité d'un lac histoire de se laver rapidement (la guerrière ne possédait, certes, pas le moindre intérêt pour le confort, mais l'odeur de ces monstres lui tapait souvent sur le système ; encore plus aujourd'hui).

Quelle ne fut pas sa surprise lorsque la blonde découvrit une étrange marque (qui ne s'effaçait guère, évidemment, ce n'était pas faute d'avoir essayé !) à l'intérieur de sa cuisse droite : une créature d'un bleu profond qui courait sur sa peau exhibant des airs de reptile... un dragon, peut-être ?

Aucune certitude puisque ses propres prunelles ne s'étaient jamais posées sur un spécimen de cette espèce, toutefois la soldate avait entendu parler de ces fameux lézards ailés lors d'une mission dans un énième village reculé ; on ne se l'imaginait pas forcément à l'observer comme ça, mais ne nous y trompons pas : Teresa of the faint smile écoutait toujours rigoureusement le monde qui l'entourait de son oreille attentive. En tout cas, en cet instant précis, il s'agissait de la seule chose que ce symbole mystérieux parvenait à lui évoquer...

Voilà de quoi ajouter une nouvelle interrogation aux nombreuses déjà existantes ne cessant de la tarauder.

Enfin, passons ! Quelques heures (probablement trois, voire quatre) seulement de marche après cette courte escale à braver un air qui se refroidissait de plus en plus (sûrement se dirigeait-elle vers le Nord ?), que Teresa s'engagea dans ce qui ressemblait à un imposant bois enneigé. Mieux valait continuer tout droit que de revenir sur ses pas ; après tout, elle finirait bien par atteindre quelque chose.

Cling cling cling.

Ses chaussures métalliques sonnaient délicatement contre le sol, narguant le silence...

Jusqu'à pénétrer à l'intérieur d'une clairière qui laissait filer quelques rayons de soleil s'amenuisant au creux de cet emplacement. Sa main se posa quelques instants sur un des troncs glacés qui bordaient le coin, s'offrant le luxe de contempler cette scène :

— Hum... ce serait donc une forêt de givre ?

Quel lieu particulier !

Jamais la belle n'aurait pu s'imaginer tomber sur un tel tableau des plus insolites... dans son monde, du moins ; mais ça, encore fallait-il ne pas en avoir été arrachée, hein ?

Ses bras se croisèrent sur sa poitrine tandis que son regard d'argent examinait rigoureusement son environnement : ne sachant pas vers où se diriger, ses pas l'avaient menée jusqu'ici, mais cet endroit n'était visiblement pas le meilleur pour trouver des réponses à ses questions. Tant pis, on ferait avec !

Teresa of the faint smile ne manqua pas de lâcher un petit soupir d'agacement, unique signe de son habituel flegme présentement perturbé ; ça l'ennuyait un chouïa quand même, cette histoire.

Bien, maintenant... une nouvelle pause (quoi, même son endurance exemplaire lui faisait défaut désormais ?) s'imposait : d'un mouvement de main coutumier, elle dégaina sa claymore avant de la planter bien droite dans le sol. Ceci effectué, la guerrière s'assit en tailleur le dos contre le plat de sa lame, posture de repos commune chez toutes ses camarades d'armes.

Parfait ! Bon, il faisait un peu froid (pas de quoi trop abîmer la soldate, sinon son infernal entraînement n'aurait définitivement servi à rien), mais nulle raison de se plaindre : il ne faudrait tout simplement pas demeurer ainsi éternellement, juste prendre le temps de souffler un peu, puis repartir aussitôt.

Ses paupières se fermèrent tranquillement, son esprit se risquant à sonder la zone (vainement, cela dit qui ne tente rien n'a rien !) : la no.1 ne ressentait définitivement pas la moindre once de Yoki à l'horizon... alors ceci signifiait probablement que personne ne viendrait la déranger, pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1586
Yens : 562
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : Caché

Progression
Niveau: 197
Nombre de topic terminé: 97
Exp:
Le temps se fige Left_bar_bleue5/12Le temps se fige Empty_bar_bleue  (5/12)
Uchiha Rinkyu
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Le temps se fige   Le temps se fige EmptyDim 03 Fév 2019, 05:56




feat.Teresa

Arme imposante

Ambiance

Depuis les cieux infinis, tombaient des billes blanches, douces et légères. Elles suivaient le mouvement du vent, dansant à sa musique pour doucement venir se fondre dans le sol, enrichissant ce dernier d’une couche de neige supplémentaire aux couleurs du décor. Ce spectacle, répétitif et plaisant à la vue pour qui voulait s’y perdre en réfléchissant, était le quotidien de la forêt de givre. Elle faisait d’une part sa splendeur, et d’autre part la source de la réticence de la grande population qui refusait parfois de venir s’installer dans ces bois. Mais loin des histoires et fables liés à la vie de ces bois, un être venait faire tâche dans cet environnement blême. De loin, on le voyait, emboîter le bas de gauche à droite, sans toutefois perdre de sa droiture dans le processus.

Cratch… cratch… cratch…



Ses bottes d’un noir ciré écrasaient la neige au fur et à mesure qu’il avançait, alors même que la silhouette qu’il laissait transparaître était aussi droite qu’imperturbable. Le spectre de l’être évoluait continuellement, sans agacement jusqu’à ce que ce qu’il sortit de l’ombrage de la forêt. Et là, le soleil illumina son être en entier, faisant apparaître au grand jour cet être longtemps oublié. On pouvait bien le reconnaître. On pouvait bien me reconnaître. Un élu oublié, mais qui avait toujours été là, d’une certaine façon : Uchiha Rinkyu.

Le temps se fige 1549093555-apparence

Cheveux d’un bleu nuit, qui semblait grisé sous l’éclairage de ce soleil, ma veste à la cape longue et bleue me gardait au chaud, même si mon corps ne semblait plus affecté par la morsure du froid. Mon cache-œil présent, ce n’était que de mon œil droit que je pouvais apercevoir le monde avec froideur. Mon visage ne laissant transparaître aucune émotion, je savais que mon katana se trouvait minutieusement rangé à ma taille, dans mon dos. Si besoin de combattre se faisait sentir, je n’aurais pas hésité une seule seconde à dégainer, à combattre pour tuer.

Loin de ce lieu, j’étais devenu un barbare plongé dans la torpeur du mal. J’avais pris une nouvelle identité et amorcé un plan dont l’accomplissement aurait permis un changement radical. Mais cette facette-là de mon être, je n’allais pas l’afficher sur les terres de Fuyu. La renommée de Uchiha Rinkyu devait croître aussi vite que celle de Shiro Shinigami. Et j’allais y travailler dès à présent.

À un moment donné, je m’arrêtai, sortant quelque peu de mes réflexions infinies, avant d’observer à gauche puis à droite. Quelque chose semblait se préparer. Mon flair de combattant percevait quelque chose qu’il m’était difficile de spécifier. Mais qu’importe. Je me savais tout-puissant en ces lieux. Par de nombreuses fois, j’avais combattu et aucune bête n’avait survécu sous le joug de ma lame. Rien ne pouvait m’arriver ici.

-

Reprenant mon pas, il ne me fallut pas un long moment pour apercevoir une large épée plantée dans les bois. Je ne la vis que de dos, avec une possible bête qui se terrait derrière elle. À cette distance, je ne distinguais pas encore clairement les traits que j’apercevais.

Toutefois, une chose était certaine. La lame, large et belle, reflétant autour d’elle sa nature, m’attirait comme un excellent phénomène attirait un scientifique fou. Si personne ne savait quoi faire d’une arme d’une telle splendeur, j’allais simplement me l’approprier.

Changeant ma trajectoire d’origine, je m’approchai de l’arme, ne remarquant seulement que trop tard, qu’une personne aux cheveux dorée s’y cachait. Une jeune femme. Mais faisant fi de sa présence – comprenant qu’à sa silhouette, elle ne pouvait manipuler une telle puissance – je tentai d’empoigner le manche de l’épée. Si jamais je réussissais, j’allais ôter l’arme du sol avant de la poser sur mon épaule.

Mais pour cela, il aurait fallu que sa propriétaire me laisse faire.




Revenir en haut Aller en bas
Messages : 23
Yens : 360
Date d'inscription : 30/01/2019
Localisation : Dans le froid

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé:
Exp:
Le temps se fige Left_bar_bleue0/6Le temps se fige Empty_bar_bleue  (0/6)
Teresa
Teresa ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Le temps se fige   Le temps se fige EmptyMar 05 Fév 2019, 23:51

« Le Soleil est un astre froid. Son cœur, des épines de glace. Sa lumière, sans pardon. »
Bien sûr, si les choses se déroulaient toujours telles qu'on les prévoyait...

la vie se révélerait beaucoup moins intéressante, pas vrai ?

Tu vois, en temps normal, rien ne parvenait à surprendre la belle ou la voilà qui ferait bien pâle figure à son titre et aux innombrables exploits qu'on lui attribuait légitimement ! Ses sens attestaient d'une justesse bien supérieure aux Hommes et l'excellence de sa lecture du Yoki rigoureusement plus poussée que ses camarades lui offraient un avantage indubitable sur son environnement.

Sur le papier, du moins... car ici et maintenant, la fameuse Teresa of the faint smile n'en menait pas vraiment large !

Heureusement que ses paupières se décillèrent intuitivement à temps pour se planter sur l'individu qui se situait largement à l'intérieur de son périmètre de sécurité. Quoi ! Il essayait de lui dérober sa précieuse épée, là, non ?

Se redressant aussi sec, sa bouche cracha les mots suivants :

— Arrière, humain.

Une remarque qui s'échappa probablement un peu trop brusquement dans l'atmosphère cinglante, mais là d'où venait Teresa, le monde se scindait en trois groupes uniquement : les Hommes, les Yomas (ou dérivés) et les Claymores ; n'ayant ressenti aucun Yoki, cet énergumène appartenait forcément à la première catégorie – ah, si seulement elle savait dans quel genre d'univers elle venait d’atterrir !

Ses deux mains empoignèrent fermement la garde de son arme (évitant que le mal ne se produise !) pour la déloger du sol et la pointer vers son interlocuteur, voire son ennemi – bien qu'il faudrait attendre de constater ses réactions avant de se positionner sur le statut qu'il emprunterait à son égard.

Enfin, patience et Teresa ne fonctionnaient (étrangement) pas très bien ensemble, alors celle-ci enchaîna sans la moindre cérémonie :

— Dis donc, n'as-tu jamais appris que toucher aux possessions d'autrui était une bien vilaine habitude ? Tu as du cran pour t'en prendre à ce que vous passez votre temps à craindre comme les « sorcières aux yeux d'argent » ou... attends, c'est quoi déjà ? Ah, oui : les « Claymores » ; c'est aussi comme ça que vous aimez grossièrement nous surnommer, me trompe-je ? lâcha-t-elle un brin dédaigneuse, mais d'une voix froide. Peu importe, c'est un coup à se faire trancher les bras ce que tu viens de tenter, sache-le.

La lame représentait une partie essentielle et indissociable des guerrières de L'Organisation, nul ne l'ignorait ; quel culot de tenter de ne serait-ce que l'effleurer, encore plus tandis qu'elle se reposait !

Décidément, les humains ne cessaient de l'importuner pour de vulgaires raisons ; peut-être qu'il s'agissait pour eux d'une belle fierté à étaler d'avoir traité avec une femme mi-monstre ? – fantastique.

Sans pour autant baisser son impressionnante claymore qui le menaçait (ou lui témoignait de son intention de ne pas se laisser faire aussi facilement), son regard gris étudia l'homme : une tignasse sombre, des yeux céruléens (le gauche dissimulé), voire même une arme ou de l'expérience en combat (cela dit, ce n'était pas comme si un simple mortel pouvait lui faire quoi que ce soit... n'est-ce pas ?) ; inconnu au bataillon, en tous les cas.

Évidemment, au fond, ce qui agaçait le plus la no.1 déchue dans tout cette affaire, c'était son incapacité flagrante à ne pas avoir pu réagir comme elle l'aurait amplement fait auparavant... ainsi, ne perdant pas de vue son objectif actuel suite à cet événement, un sourire fendit son visage perpétuellement affublé d'airs marmoréens et Teresa termina sur une note un peu moins (injustement) atrabilaire, haussant vaguement les épaules :

— … enfin, tu tombes bien, alors je fermerai l’œil sur ton acte ; où sommes-nous ?

Un peu trop court pour témoigner l'amplitude de ses interrogations depuis son arrivée, mais la blonde ne souhaitait manifestement pas trop divulguer les difficultés qui l'assaillaient ; question de protection !

S'il se dévoilait strictement hostile envers sa personne ou ne possédait aucune utilité, Teresa se monterait sans pitié – à moins qu'elle ne décide de tout simplement s'en aller, après tout pourquoi se dérangerait-elle plus que nécessaire ?

Au contraire, s'il lui offrait aimablement ce que la soldate désirait, il pourrait bien la sauver d'un terrible inconfort et de son incertitude handicapante – de grâce !
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1586
Yens : 562
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : Caché

Progression
Niveau: 197
Nombre de topic terminé: 97
Exp:
Le temps se fige Left_bar_bleue5/12Le temps se fige Empty_bar_bleue  (5/12)
Uchiha Rinkyu
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Le temps se fige   Le temps se fige EmptyMer 06 Fév 2019, 06:00




feat.Teresa

crinière dorée, regard argenté


La lame n’était pas aussi dépourvue de surveillance que je ne le pensais, bien au contraire. Une personne semblait être là, tout près, mais suffisamment dissimulée pour que je ne puisse pas la voir avec aisance. De ce fait, ça ne fut que l’écho d’une voix ferme qui m’interrompit dans mon action. Peu de temps après, une jeune femme aux cheveux d’or et aux yeux d’argent apparût de l’autre côté de la large épée. Son apparence n’avait rien de routinier. Et son accoutrement ne ressemblait à rien que ce monde, ou encore mon monde d’origine ne pouvait connaître. En moins de temps qu’il ne fallut pour le dire, j’avais déjà reconnu en cette femme une élue.

Par la suite, elle s’accapara de sa lame avant de la pointer dans ma direction. Au vu de la distance initiale qui nous séparait, j’étais beaucoup trop proche d’elle. Ainsi, pour éviter la morsure violente de l’épée, je reculai de deux pas, dans un déplacement qui semblait naturel, instinctif, mais qui témoignait toutefois d’un entraînement intense dans les mouvements furtifs en combat. À bonne distance de mon interlocutrice, je l’écoutai s’adresser à moi, sans rien laisser transparaître sur mon visage si ce n’était que la froideur et l’indifférence. Inepties après inepties, des paroles s’enchaînèrent sans que je n’en comprenne forcément le sens profond. Et il ne faisait aucun doute qu’elle parlait de son importance au sein de son ancien monde.

Par la suite, elle s’annonça comme se faisant appeler ‘’Claymore’’ dans son monde d’origine. Et ainsi, ma tentative de saisie de son épée, m’aurait valu une séparation définitive avec ma main bien-aimée. Un monde qui ne devait pas forcément être très joyeux, à entendre ce qu’il se passait. Mais en un sens, cela était plaisant de savoir qu’une élue à l’esprit combattif était venu au sein de notre monde. Une apparition intéressante arrivait bien trop rarement. Quoi qu’il en soit, mon visage n’affichant toujours rien, j’absorbais les paroles qu’elle énonçait avec confiance et fierté. Et d’ailleurs, cela ne se limita pas là. Elle semblait prête à me pardonner pour peu que je lui offre une information au sujet de là où nous sommes.

Sa réaction était donc compréhensible, du fait qu’elle ignorait totalement où elle était, et quelles étaient les châtiments dont elle était victime. Le poids de cette faiblesse qu’elle était condamnée à porter, la loyauté qu’elle devait avoir envers sa patrie d’origine. Fermant un instant ma paupière avant de dessiner sur mon visage un sourire aussi bref qu’un courant d’air, je me redressai à nouveau avant de commencer à énoncer mes premières paroles, de sorte à graver ma voix dans l’esprit de celle qui m’écoutait.

- Vous êtes loin de votre monde ici… Femme. Vos lois et règles ne s’appliquent plus ici. Vous avez été retiré de là où vous étiez. Ainsi voilà votre bien-aimé honneur inconnue et inexistante. Votre puissance dont vous semblez si fière est également réduite à néant. Ici, comme tous ceux qui sont dans votre condition, vous êtes aussi insignifiant qu’un… humain. Rappelez-vous-en, toujours, quand vous vous adressez à quelqu’un. Votre mort pourrait être aussi immédiate que votre extraction d’épée. Le combat serait terminé avant même d’avoir commencé.

Sachant que ce terme semblait pour elle péjoratif – humain bien évidemment –, je lui rappelai dès le départ que les choses étaient bien différentes de ce à quoi elle s’attendait. Si toutefois, elle venait à tenter de m’attaquer, elle se ferait à l’instant désarmer. Cette mesure était bien évidemment pour les personnes impulsives, qui ne savaient rien faire d’autre que cogner, cogner et encore cogner. Pour le reste, faire face à quelques paroles méprisantes ou presque insultantes n’étaient en rien un drame.

- Votre candeur me laisse sans voix… Toutefois, le monde où nous nous trouvons se nomme Kosaten. C’est un continent unique, entouré d’îles répartit en plusieurs zones. Mais ce n’est pas en son nom que vous devez votre présence ici. Et sachez que vous n’êtes pas ici par hasard, femme.

À ces mots, je fis volte face pour me rapprocher d’un arbre dont les branches semblaient dépourvues de feuilles. Ma main droite se posa délicatement sur le tronc de ce dernier avant que, mon énergie se concentre en plein cœur de ma paume, libérant ma puissance en des faisceaux lumineux mouvants. Ces rayons parcoururent le tronc d’arbre, foudroyant chaque parcelle de ce dernier à une intensité si élevée que le corps de l’arbre semblait plus sec et dépourvu de toute eau. Du bois, en bonne quantité et d’excellente qualité pour faire un feu.

Le spectacle terminé, je dégainai mon épée, avant de bouger rapidement mon bras droit, si bien qu’il aurait été difficile d’en percevoir chaque mouvement. Cela fait, je rangeai mon katana à l’arrière de ma taille, obliquement, profitant de l’éclatement du tronc en petites barres de bois pratiquement équivalentes. J’en pris quatre que je rassemblai en un point avant de me retourner à nouveau vers mon interlocutrice :

- Vous désirez en apprendre plus de ce monde, femme ? Alors venez et aidez-moi.

Annonçais-je en continuant mon ouvrage. Rien n’était gratuit en ce monde, pas même les données cruciales qui serviraient à sa survie. Cela était simple et clair. Et pour lui servir ces informations, elle allait devoir se forcer à ramasser et entasser les bois, de sorte à ce qu’un feu de bois puisse être fait.

Si jamais elle venait, j’allais continuer. Mais dans le cas contraire, je n’irai pas plus loin. J’attentai alors ses questions au sujet de ce qu’elle savait déjà de ce monde. Même si, c’était proche du néant.



Revenir en haut Aller en bas
Messages : 23
Yens : 360
Date d'inscription : 30/01/2019
Localisation : Dans le froid

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé:
Exp:
Le temps se fige Left_bar_bleue0/6Le temps se fige Empty_bar_bleue  (0/6)
Teresa
Teresa ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Le temps se fige   Le temps se fige EmptyVen 08 Fév 2019, 23:56

« Le Soleil est un astre froid. Son cœur, des épines de glace. Sa lumière, sans pardon. »
Pour être parfaitement honnête, l'idée qu'au départ toute cette affaire ne soit qu'un plan mis en place par L'Organisation (et encore, vu les zones d'ombre) dans le but de prendre sa tête tant convoitée (tous les moyens étant bons pour parvenir à la condamner) trônait, cela dit rendue ici cette éventualité ne sonnait plus si plausible... à croire qu'il lui faudrait accepter tout ce qu'on lui expliquerait sans tiquer avant de pouvoir se décider sur ce qu'elle considérerait comme vérité ;

même s'il avait l'air de raconter n'importe quoi !

Non, ne nous hâtons pas... d'abord : écoutons.

Ses yeux d'argent ne lâchèrent pas une seule seconde son interlocuteur, tandis que son oreille attentive s'accrochait au moindre de ses mots : son discours ressemblait en tout point à une petite leçon de morale, ma foi. Ah, bien sûr, rien chez lui ne témoignait d'une once de la crainte usuelle à son égard ou de l'illégitime outrecuidance propre à celui qui, incapable de mordre, aboie beaucoup... ce qui la poussa vraisemblablement à avaler ses paroles un peu plus facilement.

À terme, son décès arriverait en moins de temps qu'elle n'en userait pour dégainer son épée, qu'il disait...

mais n'étais-tu pas morte une fois déjà, Teresa ?

Hum. Difficile de se souvenir avec exactitude de ses derniers instants avant cette étrange lumière blanche, toutefois ce que son intériorité vaporeuse lui murmurait pointait en ce sens.

Enfin ; la soldate savait rester mesurée, encore plus quand la situation le nécessitait ! Ce serait une grossière erreur que de la supposer bercée par une indécente fierté mal placée, car en réalité (malgré ce départ impétueux dû à sa légère frustration et, surtout, son cruel manque d'informations – ça, qui donc était apte à le lui reprocher ?) la blonde pouvait amplement briller par sa glaciale sérénité.

D'ailleurs, usant de sagacité (et comprenant bien qu'un affrontement résulterait certainement en son échec pour le moment, quiconque le devinerait bien aisément avec un peu de jugeote... faisant fi de ses propos parfois provocants), elle décida définitivement d'abaisser son arme, sans oublier de subsister sur ses gardes – savait-on jamais !

Ne s'imaginant pas trop à quoi s'attendre de sa part, la guerrière l'observa, l'allure désinvolte, s'approcher d'un arbre pour... l'assécher ? Le procédé lui échappa totalement ; quoi, c'était quelque chose de possible... vraiment ? L'humain (ou pas ?) défourailla ensuite un sabre... à vue d'œil, peu impressionnant en comparaison avec son fer fidèle, cependant ne tentons pas le Diable, ce serait malencontreux.

Il s'en servit pour couper ostentatoirement du bois et former un semblant de tas tout en lui énonçant une proposition donnant-donnant si la blonde voulait obtenir les renseignements qu'elle désirait...

Peu subtile cette démonstration, en tout cas ! Allons bon. Un rictus mi-moqueur mi-tendre se dessina promptement sur ses lèvres : de quoi devait-elle avoir l'air, hein ? Pitoyable, probablement... vivement qu'elle récupère de sa dignité et de sa puissance d'antan ! D'autant plus que force était de constater l'actuelle supériorité immanente de cet homme: admettons-le silencieusement.

Teresa posa sa claymore à terre (par souci de praticité) et son regard un brin désappointé demeura quelques secondes sur sa lame : le passage (selon les dires de l'homme) sur ses capacités anéanties ne risquait pas de se révéler mensonger, l’entièreté de son être le lui hurlait... mais ce serait fort dommage de sombrer ainsi dans l'inanité sans n'avoir rien tenté pour s'en extirper – il lui suffisait de les recouvrer !

Apparemment, la voilà qui passerait un peu plus de temps que prévu au creux de cette forêt éburnée... étant donné que la jeune femme se mit nonchalamment à l'œuvre et ramassa d'autres morceaux de bois et brindilles pour les ajouter au futur feu en répondant finalement d'un air assuré :

— Si nous partons du postulat que cette histoire d'autre monde est véridique, je souhaiterais en effet en savoir plus sur cet endroit et... sur le symbole du dragon ; je t'en serais gré. Aussi, si je ne suis pas ici « par hasard » : pourquoi donc ? Comment, voire même par ou pour qui ?

Lorsqu'elle jugea le foyer suffisant, la soldate attrapa une petite pierre de sa sacoche en cuir et deux ou trois bouts d'écorce qui traînaient, puis (utilisant son arme) frappa le métal contre son système de fortune pour produire quelques étincelles qui vinrent échauffer le tout. Ceci fait, elle planta sa lame (une seconde fois aujourd'hui) dans le sol à proximité du brasier, soufflant un peu sur celui-ci pour l'attiser, avant de se poser contre le plat de son épée.

— Et si je décide de le quitter, ce monde ? suggéra-t-elle de sa voix grave.

Oui... après tout, une fois que la fameuse se prédestinait à quelque chose,

rien ni personne ne l'arrêterait.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1586
Yens : 562
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : Caché

Progression
Niveau: 197
Nombre de topic terminé: 97
Exp:
Le temps se fige Left_bar_bleue5/12Le temps se fige Empty_bar_bleue  (5/12)
Uchiha Rinkyu
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Le temps se fige   Le temps se fige EmptyMar 12 Fév 2019, 06:10




feat.Teresa

Destinée


Si on m’avait dit par le passé, que j’allais passer plus de temps à discuter plutôt qu’à combattre, j’aurais ris de cette prédiction avant de décapiter le fou qui aurait eu la prétention de me cracher de telles débilités à la figure. Aujourd’hui pourtant, c’était ce que je faisais de mieux. Même mes combats, devenaient plus idéalistes. Ils transcendaient la puissance de l’épée pour aller toucher au siège sacré des convictions. N’était-il pas plus intéressant de vaincre une personne dans ses croyances plutôt que de blesser son corps ?

Une perspective bien intéressante se dessinait peu à peu face à mes yeux, et comme à son habitude, mon visage inexpressif dissimulait cette exaltation interne, la célébration d’un destin – mon destin – plus funeste que jamais. Mais en ces terres glaciales jonchées ci-et-là d’arbres blanchis par le blizzard, il n’y avait rien de tout ça. Et la seule chose qui comptait plus que tout, pour l’instant, c’était de guider cette âme rebelle.

Cette dernière ne tarda d’ailleurs pas à m’assister dans les travaux qui, au final, se montreraient plus aussi bénéfiques pour moi que pour elle. Et c’est au sein de son assistance qu’elle souleva des interrogations. Nul doute qu’elle utilisait le peu de données qu’elle avait en sa disposition pour établir de premières analyses et interprétations. Mais ces dernières étaient d’autant plus faibles que les données à traiter étaient incomplètes. Et tout cela pour le moment, avait été fait intentionnellement.

Le feu fut prestement allumé, chose peu étonnante de la part d’une guerrière, suite à quoi le vent propagea le manteau de flammes avec contrôle et maîtrise. M’avançant donc vers le feu, je fis sortir du sol une pierre épaisse et large, dont le sommet se voulait légèrement creux, de sorte à pouvoir être assimilé à un siège sans dossier. Et c’est là, à quelques mètres du feu, que je m’assis avant de planter mon épée dans le sol.

Je fis jaillir un autre siège en face de moi, de l’autre côté du tas de bois enflammé, juste au cas où mon interlocutrice se lasserait d’aplatir son postérieur sur le plat de son épée.

Une fois au repos, j’entrepris alors de répondre à ses diverses questions, de la façon la plus originale qui soit :

- Il n’y a guère de postulat, ou de théories, ou je ne sais quel autre titre faisant description d’une chose incertaine. Nous sommes actuellement dans la forêt de Givre, au sud de la cité Nordique de Fuyu. Fuyu, encore appelée terre du dragon, est dirigé par un monarque, froid et cruel, mais surtout…

Je marquai une pause pour délier mon regard du feu qui était en face de moi. J’observai la jeune femme, tentant de lui faire comprendre d’une certaine façon, la terreur qui accompagnait le nom du monarque. Et dans mon regard inexpressif, et le silence pesant de quelques légères secondes que j’instaurai, mon seul œil visible chercha à lire sur son visage toute once d’émotions. Toute structure ou indice qui m’aurait permis de comprendre de quelle façon elle prendrait ce que j’allais dire :

- …Très puissant. Suffisamment pour mettre en terreur toutes les parties du continent. Il n’est fidèle qu’envers lui-même et selon les dires… il a été désigné par le dieu dragon, celui-là qui vous a aussi désigné pour venir au sein de ce monde et accomplir sa volonté.

En somme, tout comme Sul Hei le monarque, elle était également un pion désigné par le dieu dragon. Tous, quelque part, étions des pions et il nous était donné de choisir notre voie.

Les options étant de suivre une destinée déjà tracée, ou bien aller à son encontre. Mais ce choix-là, celui de sa voie… Mon interlocutrice n’était pas encore prête à le faire. Pour le moment, elle devrait comprendre le monde.

- Le tatouage que vous avez, est la marque du dieu qui vous a amené ici, vous a bridé de vos capacités et vous guide vers l’accomplissement de son objectif. Vous êtes une élue de Long, dieu dragon. Mais ne pensez pas qu’il n’y a au sein de ce monde que des élus marqués du signe de dragon… Bien au contraire. Le monde est vaste et ses dieux et élus sont abondants.

Sur ces mots, j’achevai la première partie de mon discours, avant de m’attarder sur sa deuxième question. Elle pensait à quitter ce monde. Et cette simple initiative, cette idée qui avait plus de particularité pour moi qu’avait un rêve fou de jeunesse, m’amena à fermer les yeux quelques secondes. Puis à les ouvrir à nouveau avant de me lever, observant de toute ma hauteur la femme qui apprenait les rouages de cet univers.

- Quitter ce monde ? Disons que vous ne seriez pas la première à penser à ça. Chaque jour, des élus apparaissent ci-et-là au sein même de ce continent, arraché de divers univers et répartit selon les dieux qui les ont appelés. Et une bonne partie de ces derniers… n’espère rien d’autre qu’un retour à la maison, pour retrouver ce qu’ils avaient perdus.

Laissant quelques secondes passer à nouveau, je repris en énonçant une petite anecdote :

- Il était une fois… Un jeune homme plein de fougue et d’énergie, qui avait une confiance absolue en ses compétences et ses capacités. Ce jeune impétueux avait pour rêve unique de quitter ce monde et battre les ailes de la liberté au sein de celui qu’il avait toujours connu. Mais bien vite, la réalité le rattrapa. Il a été abattu peu de temps après. Mais avant cela, sa tête a été mise à prix dû à une manigance des plus puissants. Et après avoir tenté vainement de se venger, il a été vaincu avant de subir de longues séances de tortures.

Dans toute son existence au sein de ce monde, le seul crime qu’avait commis ce jeune garçon, a été de croire que Kosaten - c'est le nom de votre nouvel univers - le recevrait aussi amicalement qu’il était venu. Et aujourd’hui, si vous le croisez, vous ne verrez en lui, rien d’autre qu’un monstre inexpressif, désireux de renverser l’ordre mondial qu’il juge inefficace. Et ça fait bien longtemps qu’il a même oublié ce rêve stupide et inexistant… d’un retour chez lui.


Mon regard sobre et dénué de toute forme de faiblesses se fondant bien au langage fort que dégageait ma posture, j’énonçai un compte bien sombre d’un individu qui n’était plus que l’ombre de lui-même. Mais ce compte alliait – comme la grande partie de ce que je disais – une vérité subtile et un fait grotesque. Vérité subtile étant ici l’erreur du jeune, fait grotesque étant la possibilité de croiser un être déjà mort.

- Pour le moment vous êtes en position de force, choisissez prudemment et avec intelligence. Oubliez votre passé, ou du moins gardez-le bien caché. Plus vite vous le ferez, plus vous serez apte à danser à la musique du jeu dangereux qui est permanemment présent au sein de ce monde.

Sur ces mots, je me retournai, décrochant mon épée du sol, pour le tenir fermement. Lors de mon arrivée sur ces lieux, j’avais bel et bien noté la présence des bêtes qui rôdaient silencieusement. J’étais persuadé qu’elles n’allaient pas tarder à nous attaquer. Raison pour laquelle j’avais pris le soin de rassembler les bois pour en faire un feu.


Pour les moins brillants intellectuellement… Je préparais un festin, en attendant la venue du plat principal : la viande de loups. Mais loin de se dissimuler, ils ne tarderaient pas à sortir du feuillage prêt à nous mettre à mal :

- J’espère pour vous… que vous n’avez pas oublié comment tenir une épée, femme...






For Teresa:
 

Contextuelle utilisée:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 23
Yens : 360
Date d'inscription : 30/01/2019
Localisation : Dans le froid

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé:
Exp:
Le temps se fige Left_bar_bleue0/6Le temps se fige Empty_bar_bleue  (0/6)
Teresa
Teresa ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Le temps se fige   Le temps se fige EmptyDim 17 Fév 2019, 12:03

« Le Soleil est un astre froid. Son cœur, des épines de glace. Sa lumière, sans pardon. »
D'un maîtrisé acte invisible, deux « sièges » jaillirent du sol. Cet homme... manipulait aisément son environnement par le biais d'un stratagème qu'encore jamais la soldate n'avait rencontré. À sa taciturne proposition, elle courba inconsciemment l'échine en guise d'un pondéré remerciement qui indiquait par la même occasion que la Claymore préférait honnêtement son fidèle fer à un tas de terre ; question d'habitude, sûrement !

Teresa of the faint smile (d'un naturel peu bavard) écoutait toujours les dires d'autrui ridiculement bien : ils bénéficiaient perpétuellement de sa plus haute attention, et ce, à raison, car seuls les sots se révélaient incapables de considérer le savoir comme une force parfois bien supérieure aux autres ; en tout cas, il demeurait non-négligeable, surtout en ce nouveau monde.

Ainsi, la voilà qui notait consciencieusement la moindre des paroles riches en renseignements de cet inconnu.

D'abord, il lui expliqua les rudiments du Royaume auquel elle appartenait désormais : glacial, dirigé par la main de fer d'un homme impitoyable reconnu pour son imposante puissance et craint par le Continent entier... dangereux, en somme, cependant un rictus mi-amusé mi-intrigué s'insinua silencieusement sur son visage ; oh, que ce roi l'intéressait ! Certainement qu'un jour la blonde tentera de s'y frotter... patience le lui permettrait.

Apparemment, le Dieu Dragon légiférait tout ce qui concernait son territoire gelé, celui-là même qui soi-disant avait décidé de l'enrôler (par la contrainte) pour gonfler ses rangs. Hum. Les divinités ne constituaient-elles pas simplement de piètres croyances que les humains utilisaient pour alléger leur quotidien troublé ? Quoi qu'il en soit réellement, cette créature désirait de la jeune femme une certaine destinée, fait qui lui provoqua une pointe de curiosité :

— Accomplir « sa volonté » ?

Malheur ; ici aussi ne constituerait-elle qu'un outil, un objet de guerre à la merci de ses commanditaires ? Oh, ça... non serviam !

La guerrière apprit ensuite que ce qui obstruait ses capacités puisait sa source en son sceau gravé sur sa peau et, par extension, chez ce cher Long. User de la coercition pour utiliser les élus dans le but de réaliser son intention... cela ne tenait nullement d'un être prétendu supérieur ! Puis, n'était-ce pas un poil contre-productif de dérober des individus du creux de leur matrice pour leur valeur combative, mais de les priver de tout ce qui les constituaient ?

Et il semblait en exister plusieurs, en plus ; chouette (ironie) !

— D'autres Dieux... quels sont-ils ? Et ce tatouage, n'existe-il aucun moyen de, peut-être, l'effacer ? Dans quel contexte ai-je... hum, non, plutôt : sommes-nous appelés ici ?

Très finement, Teresa songea que, si nombreux ils étaient et assez suffisants pour se proclamer déités, probablement qu'une ambiance conflictuelle devait les envelopper : quand on trônait au sommet, on souhaiter généralement le demeurer sans y être accompagné.

S'entama subséquemment une drôle d'histoire censée imager son propos concernant un possible retour chez elle. Oh, ce genre de narration, nous savons tous ce que cela signifiait ! Cette humble fable qu'il lui contait... le désignait-elle ?

— Cela ne me dit donc pas que c'est impossible... et lui suffisait pleinement pour conserver cet objectif en ligne de mire, bien que son ton légèrement adouci termina ainsi : mais cet homme... a été abattu et est devenu un être sans états d'âme aux sombres desseins, vraiment ? comme pour s'assurer d'avoir bien entendu.

De toute façon, la belle disposait de bien assez de temps pour méditer ces mots, ayant pléthore d'informations à digérer !

Ne souhaitant rien ajouter de plus, elle accueillit son dernier conseil muettement alors que ses sourcils se froncèrent très discrètement quand son interlocuteur empoigna son sabre ; son regard cauteleux examina suspicieusement les alentours de ces arbres recouverts de frimas dans l'espoir d'y déceler quelque chose... pendant que sa main se plaçait doucement sur la garde de sa lame.

— J'espère pour vous... que vous n'avez pas oublié comment tenir une épée, femme...

Que croyait-il !

Sans un bruit, Teresa se positionna en condition de combat, les muscles crispés : prête à bondir tel un fauve fondant sur sa proie.

Son instinct la guidait...

à droite.


Vlam.

Sa claymore fendit l'air d'un coup brutal pour trancher l'espace en direction de la bête qui tentait de se jeter sur elle. Son mouvement entraîna son corps sur deux pas et sa langue claqua contre son palais, témoignage frustré de sa perte en capacités. Oh, ciel ! L'avait-elle seulement touché ? Pas sûr...

Les yeux aux aguets, Teresa essayait de discerner les entités qui l'assaillaient ; tiens, des loups... des loups capables de lui tenir tête, sérieusement ? Non, regardons la réalité en face : si ça continuait, peut-être même qu'elle perdrait cet affrontement, s'oubliant dans l'amertume qui finirait par l'asphyxier.

Le poids de son arme pesait sur ses épaules amoindries et son souffle imperceptiblement raccourci ne l'empêchèrent toutefois pas de prononcer ceci :

— Il en faut plus pour m'impressionner...

Ah, qu'elle se pavanait ; escomptons sa survie malgré la confiance granitique qui ne cessera jamais de la bercer !

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1586
Yens : 562
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : Caché

Progression
Niveau: 197
Nombre de topic terminé: 97
Exp:
Le temps se fige Left_bar_bleue5/12Le temps se fige Empty_bar_bleue  (5/12)
Uchiha Rinkyu
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Le temps se fige   Le temps se fige EmptyMar 19 Fév 2019, 20:36




feat.Teresa

Monde


En cette élue, je percevais subtilement la lueur étincelante des guerriers, la sage curiosité des chasseurs et l’objectivité des conquérants. Bien peu de choses la surprenait. C’était avec calme et réflexion que l’élue prenait les bribes d’informations que je lui énonçai. Et bien évidemment, une série d’interrogations parvint à moi. Suivie de certaines hypothèses bien construites. Mais bien que mon âme éprouvait une certaine fierté de la vivacité d’esprit de la jeune femme, mon visage n’exprimait rien, si ce n’était une froideur qui était propre aux morts-vivants. Gardant pour l’instant le silence, question moi d’écouter totalement ses suggestions, je me concentrai sur les futurs intervenants: les bêtes.

L’heure était à l’action. Et par ricochet, à l’évaluation des compétences de la belle aux cheveux dorés. Principalement, l’ennemi était une meute de loup chassant ce qu’ils avaient considérés comme étant des proies faciles. Tristement, ces bêtes tombaient dans leur propre embuscade. Le chevalier n’avait pas été touché par l’attaque d’un des loups. Prestement, elle avait évité l’offensive du canidé avant de frapper ce dernier. Un coup brutal et sec, qui manquait certes de force, mais qui n’épargna pas l’œil droit de l’animal. Quand elle énonça avec fierté qu’il en fallait beaucoup plus pour la neutraliser, ma pupille roula dans mon globe oculaire pour aller s’accrocher quelque peu sur sa silhouette, avant de revenir sur les animaux deux secondes par la suite.

- Tant mieux... Ainsi, vous prouvez que vous avez de la valeur, bien que minime pour le moment.

Les bêtes ne m’attaquaient pas pour le moment. Elles percevaient dans mon regard froid et sans vie, les tréfonds des enfers. Les dents à l’extérieur, les trois bêtes qui me faisaient directement face ne pouvaient de grogner. Il fallut que ceux qui étaient derrière attaquent en premier, pour que les autres suivent le mouvement.

Dans un bond collectif, la meute venait à moi. Et après m’être légèrement courbé, estimant dans le même mouvement la distance et le nombre de cibles, je disparus une légère seconde, pour apparaître au dos de la meute qui atterrit à mon ancienne position. À peine je me retournai, que les animaux voyaient leurs membres se délier de leurs torses, jusqu’à ce qu’ils soient tous morts. À les voir, on allait avoir tellement de viande qu’il y aurait encore eu des restes.

Le meurtre collectif réalisé, je me retournai pour lancer un kunai dans le dernier œil valide de l’ennemi de la jeune femme, laissant la bête à la merci de sa cible initiale. C’était à elle de décider ce qu’elle ferait de lui.

Une fois les choses rentrées dans l’ordre, je pris le temps de nettoyer les bêtes au sein d’un étang d’eau qui était dans les alentours. Quelques piques en bois, des manœuvres d’accrochages dignes d’un professionnel et j’avais déjà accroché la viande qui ne devait plus que cuire, en bonne et due forme.

- Une bonne chose de faite.

Maintenant, je repris place, observant la jeune femme dans le fond des yeux. Arrivait-elle seulement à percevoir dans mon regard la noirceur de mon âme ? La froideur de mon esprit ? Le silence morbide qui résidait en mon sein ?

- Les dieux sont au nombre de quatre. Long, le dieu dragon dont le royaume est situé au Nord du continent. Manshee, le dieu serpent, dont le royaume est situé à L’Est du continent. Fenghuang, le dieu phénix dont le royaume est situé au Sud du continent. Et enfin la déesse de la cité céleste, la plus jeune dont le nom m’est encore inconnu.

En parlant de la cité céleste, j’observai Tenshi accrochée dans les airs, qui se confondait presque avec un astre céleste. Les bases énoncées, je repris encore suite au craquement des flammes atténuées qui nous séparaient.

- Votre marque... ne peut être enlevée. Votre puissance restera donc bridée. Mais n’ayez crainte. Il vous est possible de recouvrer l’intégralité de vos forces, après de longues périodes d’entraînement. A ce moment-là, la marque n’aura plus aucun effet sur vous. Battez-vous pour échapper au contrôle céleste que vous semblez tant maudire, femme...

Par la suite, je lâchai la jeune femme du regard, pour river mon regard droit vers les flammes, continuant simplement à parler de ce monde, comme un dieu parlait de sa création. Mais c’était loin d’être le cas pour moi. Du moins, pour le moment.

- Le Royaume de Fuyu est en guerre. Elle vise la conquête totale du continent. Face à sa puissance, la république de Minshu, située à l’Est, dut résister pour ne pas sombrer sous le joug de Sul Hei. L’empire de Seika également s’est trouvé dans l’obligation de résister. Si à l’origine la guerre était entre les trois nations, le royaume glacial avait une puissance de frappe si grande qu’elle obligea Minshu et Seika à s’allier. La cité volante, Tenshi, est neutre dans cette guerre pour le moment.

En étant élue de Fuyu, vous êtes une combattante qui ne tardera pas à être envoyée au front. Mais pour l’instant, la guerre est à sa phase passive. Les nations reprennent leurs forces. Vous êtes donc venus dans un moment particulièrement bon.


Et pour revenir à l’histoire de cet individu quelconque, elle m’avait interrogé quant à l’issue de cet être. Si le point final de son existence était donc ce qu’on pensait être. Face à cela, je répondis simplement:

- Qu’importe. Son destin, aussi misérable ou joyeux qu’il est, n’appartient qu’à lui. Pour l’heure, vous devez vous concentrer sur votre chemin. Méditez, rassemblez les informations et faites le bon choix.

À ces mots, je tournai la brioche, qui devait également cuire la viande sur son autre facette. Et quand j’observai à nouveau la jeune femme, je me rendis compte que je ne savais rien d’elle.

- Quel est votre nom ? De quel monde venez-vous ? Quelles sont vos capacités ? Votre épée, vous a-t-elle toujours été si difficile à manipuler ?





Revenir en haut Aller en bas
Messages : 23
Yens : 360
Date d'inscription : 30/01/2019
Localisation : Dans le froid

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé:
Exp:
Le temps se fige Left_bar_bleue0/6Le temps se fige Empty_bar_bleue  (0/6)
Teresa
Teresa ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: Le temps se fige   Le temps se fige EmptyLun 04 Mar 2019, 00:16

« Le Soleil est un astre froid. Son cœur, des épines de glace. Sa lumière, sans pardon. »
Teresa ne quémandait nullement l'opinion de qui que ce soit au sujet de ses capacités dont elle ne doutait littéralement jamais (exception faite concernant ce nouveau Continent à fouler), ceci dit... entendre de la bouche de cet élu hasardeusement croisé que sa valeur, bien qu'infime, existait, bah ! Cela lui intimait que Kosaten n'était pas complètement dépourvu de bon sens, finalement. Tant mieux...

Sagement, elle l'observa du coin de l'œil trancher la meute de lupoïdes d'une dextérité et vitesse exemplaires. Rapide, d'accord... rien de surprenant pour l'instant, à son plein potentiel la blonde pouvait amplement l'égaler, pas vrai ? Par la même occasion, il envoya un kunaï droit dans la pupille restante du loup dressé devant son regard d'argent ; oh, ma foi, quelle délicate attention !

Certes pas nécessaire, toutefois son acte lui facilitait allègrement la tâche... pauvre bête acculée, qu'elle était mal tombée face à la fameuse Teresa qu'on vantait sans pitié ! Sa claymore entre ses mains crispées fendit l'air une seconde fois pour occire définitivement le triste et infirme canidé sans la moindre seconde d'hésitation.

Un soupir.

Rassurée de n'avoir en rien perdu de ce qui la caractérisait, peut-être. Ok, et lui, il faisait... cuire la viande obtenue des animaux découpés ? Pourquoi pas, autant lier l'utile à l'agréable, bien que cet appétit insatiable représentait le défaut majeur que la Soldate considérait chez les êtres humains : quelle perte de temps quotidienne !

Enfin ; de retour au coin du feu, en face de son froid (oh, glacial même ! Encore plus que le paysage, en tout cas...) interlocuteur, le voilà qui terminait ses explications sur les différents Dieux, Royaumes et toutes les informations qui lui manquaient pour bien débuter, ce à quoi, après un temps de taciturne réflexion, Teresa conclut flegmatiquement ainsi :

— Je vois, une pause. Heh, quitte à devoir jouer à la guerre... on dirait que je suis au moins tombée dans la bonne nation, soit la plus puissante, visiblement, d'après l'alliance forcée entre les deux ennemies.

En conséquence : pas la plus appréciée, malheureusement ! La belle scruta le brun tandis qu'il débitait quelques questions à son sujet, sans rien parvenir à en déceler : comme si son âme sibylline demeurait impossible à discerner... toujours était-il que quand l'objet de ces sollicitations convergea en sa modeste personne, un fin rictus délassé prit place sur sa face :

— Allons, ne doit-on pas tout d'abord décliner sa propre identité avant de réclamer celle d'autrui ?

Un peu de politesse, que diable ! Haha, non, en réalité : la Fuyujin ne pouvait pas moins s'en préoccuper, cependant (parfois) en jouer la divertissait. Puis, en l'état actuel des choses, vu l'étendue des indications qu'on venait de lui fournir, il serait congruent d'accéder à ses interrogations... ordinairement, la Soldate ne se risquerait pas à détailler son passé (par souci de sécurité), mais une unique occurrence ne la tuerait incontestablement pas :

— On me connaissait sous le nom de Teresa, quoique j'ai eu mon lot de surnoms : la souriante, la sans-cœur, la solitaire... des rumeurs plus ou moins fondées, ses épaules se haussèrent ingénument. Là d'où je viens, le monde est peuplé de terribles monstres qui se nourrissent d'entrailles humaines. Pour y faire face, on contacte des guerrières capables de les exterminer : les Hommes aiment les qualifier de « Claymores » ; j'en suis une. Sous cette appellation se cache une femme que l'on a... hum, disons, « modifiée » grâce à la chair et le sang de ces mêmes monstres pour lui donner des aptitudes hors du commun. C'est un procédé complexe à expliquer qui dérobe, en échange, une partie de l'humanité de sa victime : je suis, en d'autres termes, une arme façonnée pour éliminer des créatures qui dépassent l'entendement.

N'omettons pas sa célèbre place de no.1, signifiant sa supériorité écrasante dans le domaine, jusqu'à ce qu'elle décide de quitter L'Organisation et que toutes ses camarades reçoivent l'ordre de prendre sa tête, mais ça... ah, quelle vie ! Évidemment, les passages qui concernaient Clare et autres détails superflus furent entièrement éludés de sa petite histoire (plutôt évasive)... parfois, mieux valait se taire.

— On ne nous donnerait pas de si grosses épées si nous étions inaptes à parfaitement les manier. Personne n'y arrive mieux que nous... enfin, en temps normal. Être à moitié monstre procure une puissance... monstrueuse, tout simplement. Je n'ai besoin de rien de plus, c'est amplement assez, sinon je ne serais pas ici aujourd'hui, de sa voix qui s'estompa sereinement.

Voilà, un discours remarquablement concluant ; suffisait-ce comme éléments de réaction à l'intention de l'intéressé ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 1586
Yens : 562
Date d'inscription : 10/07/2016
Localisation : Caché

Progression
Niveau: 197
Nombre de topic terminé: 97
Exp:
Le temps se fige Left_bar_bleue5/12Le temps se fige Empty_bar_bleue  (5/12)
Uchiha Rinkyu
Uchiha Rinkyu þ Challenger þ

-



MessageSujet: Re: Le temps se fige   Le temps se fige EmptyMer 20 Mar 2019, 05:43




feat.Teresa

Les noms à retenir


La souriante, la sans-coeur, la solitaire, Teresa. C’était le nom et les surnoms de la jeune combattante. Pas étonnant donc qu’elle ait été en mesure de répondre de façon efficace aux attaques qui nous étaient tombées dessus. Son épée épaisse, bien que lourde aujourd’hui avait été pour elle une arme aussi légère qu’une tige. C’était du moins ce qu’elle communiquait au sein de sa courte présentation. Son monde se voulait plutôt intéressant. Modifier les humains en leur donnant une partie démoniaque, afin qu’ils puissent vaincre ces mêmes monstres... Ma pupille unique planta mon regard au sein de mon interlocutrice pendant quelques secondes, sans qu’aucun mot ne s’échappe de mes lèvres.

Et comprenant qu’elle attendait également une présentation de ma part, je me demandais sous quel nom et titre je devais m’annoncer. Était-ce sous le nom simple d’Uchiha Rinkyu, ou encore même sous le titre de quatrième Empereur de de Fuyu. Ou encore sous le titre de Rinkyu le challenger... Enfin, après toutes ces réflexions, comprenant que toutes ces données n’auraient eu que bien peu de sens, je me résignai à ma présentation la plus basique:

- Uchiha Rinkyu est mon nom. Je suis au sein de ce monde depuis près de sept longues années. Il ne m’a encore été donné de percer tous ses mystères, tant ils sont nombreux. Mais une chose est certaine, seuls les forts peuvent établir leur loi, qu’elles soient bonnes ou mauvaise. Il vous faut donc être forte. D’autant plus que vous êtes une élue Fuyujin.

Leur compétence particulière, à ces «Claymore», était leur force surhumaine. Elles avaient faite de cela leur fierté. Cela pourrait suffire dans ce monde, si on était accompagné de mages ou d’alchimistes compétents, capable de créer des potions contre les mauvais sors, les pouvoirs aussi étranges que dévastateurs utilisés en ce monde. Bien évidemment, mon inquiétude à ce sujet là n’était pour l’instant pas encore fondé. Raison pour laquelle je tus mon avis sur la question. Observant les flammes avec leur évolution, je pris une des brochettes que je fis tourner, facilitant ainsi la cuisson de la viande. Ça n’allait plus tarder à être prêt.

- Dans tout univers, il y a des entités particulières dont il faut maîtriser la réputation. Je ne doute pas que vous arriverez à les connaître dans ce monde ci, mais je vous mets en garde contre certaines personnes.

Fuyu m’avait par de nombreuses fois montré qu’il n’existait aucune bonté entre ses membres, juste de l’entraide. Et quand l’autre parti avait finalement pu avoir ce qu’il voulait, il écrasait sans le moindre ressentiment tous ses supposés alliés. Un monde de requins, où seuls survivent ceux qui savent nager furtivement avec intelligence.

- Sul Hei, le monarque est l’entité dont vous devriez le plus vous méfier. Il est très fourbe, mais cette malice n’atteindra jamais son arrogance et sa suffisance infinie. Veillez bien à vos paroles en sa présence, il pourrait les retourner contre vous ou même vous abattre juste parce que l’envie l’en prends. Mais plus encore, méfiez vous de son bras droit, Zayro Jinn. Il sème partout haine et terreur. Si vous croisez son chemin, ne tentez pas de fuir, vous n’y arriverez pas. Cherchez simplement à survivre sans perdre ce qui vous est cher, votre épée par exemple.

Il était d’autant plus ironique pour moi de demander à une soldate de se méfier de ses supérieurs, que ces derniers considéraient leurs soldats comme des pions utiles, aisément remplaçables et jamais indispensables. Mais au delà de notre nation qui pourtant se voulait la plus dévastatrice, je ne pouvais nier la montée en puissance de la sorcière de l’Est qui, durant mon absence, avait gagné une force dévastatrice:

- Au delà des Fuyujins, méfiez vous des minshujins en général - connus pour leur fourberie - et de Ellen en particulier. L’élue la plus puissante de ce pays. Narcissique, elle a la réputation de soumettre et tuer quiconque ne se comporte pas comme elle le souhaiterait. Ce n’est pas tant ce caractère qui est un problème, mais sa puissance qui lui permet de faire de ses envies une loi. Rappelez vous que seuls les forts peuvent établir leurs lois.

Je pris par la suite un morceau de viande avant de commencer sa dégustation. Maintenant, il y avait un autre élément, certainement le dernier dont j’allais parler. La cité espoir:

- Récemment, un territoire neutre a été créé, un territoire qui se distingue des royaumes par son sens de la liberté et l’égalité qu’elle prône, peu importe la nation d’origine de ses adhérents. Elle se nomme Bashô Tokai. Son histoire est digne d’un conte fantaisiste elle semble irréel. Mais dans le fond, les gens cherchent quelque chose à quoi s’accrocher. Parfois ce sont des dieux, l’égalité, le pouvoir, l’argent et que sais-je encore ?

Reprenant mon calme, pour la première fois, je me risquai à sortir du cadre de la discussion, ne me limitant plus qu’à une simple transmission d’informations. Je cherchais à présent à comprendre l’être qui se tenait en face de moi:

- Et vous... A quoi vous accrochiez vous au sein de votre monde ? Votre force ? L'espoir d'un avenir meilleur ? L'amour ? La paix ?




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: Le temps se fige   Le temps se fige Empty

Revenir en haut Aller en bas
Le temps se fige
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: Le temps se fige 190103103231202569 :: Royaume de Fuyu :: Forêt de givre-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.