-30%
Le deal à ne pas rater :
Casque-micro sans-fil Sony pour PS4 + 1 jeu offert
69.99 € 99.99 €
Voir le deal

Partagez
The witch's house... isn't it ?
Messages : 23
Yens : 360
Date d'inscription : 30/01/2019
Localisation : Dans le froid

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé:
Exp:
The witch's house... isn't it ? Left_bar_bleue0/6The witch's house... isn't it ? Empty_bar_bleue  (0/6)
Teresa
Teresa ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: The witch's house... isn't it ?   The witch's house... isn't it ? EmptyLun 04 Fév 2019, 23:12

« By the way, this is a witch's house, but you already knew that, right? »
Teresa revenait des terres glacées du Royaume de Fuyu (n'étant pas restée là-bas trop longtemps) portée par l'idée de se diriger vers le Sud – Est ; en effet, il lui semblait nécessaire de connaître un minimum le Continent avant de se lancer dans la moindre entreprise et, vu sa perte de puissance actuelle, ce petit voyage ne pouvait pas lui faire le moindre mal !

Au contraire, il lui offrirait des informations essentielles sur ce nouveau monde qu'était Kosaten, ainsi que (espérons-le !) des pistes pour s'en extirper ; et ça, c'était strictement non-négligeable...

alors, la voilà qui arpentait aujourd'hui le sol de la République du Serpent : Minshu.

Pour l'instant, la guerrière préférait éviter les lieux qui grouillaient de monde (comme les grandes villes, par exemple) et rester suffisamment discrète (surtout avec le sceau d'une nation visiblement peu appréciée, même s'il demeurait camouflé par ses vêtements et son armure !), tout en glanant des morceaux de renseignements par-ci et par-là. Il s'agissait d'une méthode comme une autre, peut-être pas la plus efficace, cependant elle lui convenait allègrement pour le moment !

La soldate comprenait bien que repartir chez elle se révélerait (soi-disant) impossible, mais...

qui ne tentait rien n'avait rien, pas vrai ?

Ainsi, l'air nonchalant, le pas rythmé et le regard affûté, la Claymore se dirigeait sereinement à l'intérieur d'une grande forêt ; les troncs des arbres qui l'entouraient semblaient immenses et les branchages parsemés de feuilles luisaient d'une pâle nitescence. Comble du saisissement, un discret rongeur qui se rua, un court instant, à proximité des bottes métalliques de Teresa scintillait de cette même lueur délicate !

Quel paysage déconcertant... mais la marche de la jeune femme ne ralentit pas pour autant, tandis que son regard examinait placidement son environnement :

— De quoi toujours m'étonner, souffla-t-elle en observant brièvement les reflets smaragdins de cette verdure luxuriante.

Hum.

Son esprit lui chuchotait que ce serait compliqué de s'y retrouver dans ce bois rigoureusement dense, pourtant (étrangement !) son avancée l'entraîna jusqu'à un gigantesque palais (d'inspiration gothique ?) qui s'étalait sous ses yeux. N'était-ce pas un poil suspect de perdre un tel manoir au fin fond de cette abondante forêt ? En général, les détenteurs de telles habitations désiraient les dévoiler au monde entier, pas les cacher... mais passons !

Ses prunelles d'argent sondèrent le bâtiment pour parvenir à la simple conclusion qu'une ambiance très ostentatoire s'en dégageait. Peut-être une petite impression étrange aussi, comme un faux contact – quelque chose clochait ? Ou sa méfiance naturelle s'amplifiait pour pallier aux effets secondaires de son sceau imposé ? Entre nous, probablement un peu des deux.

En tout cas, les Hommes possédaient décidément un goût du luxe qui lui échappait complètement... enfin, « humaine » : la maîtresse de cette demeure l'était-elle seulement ?

On vantait sa puissance, suffisamment pour que des bribes de sa légende soient parvenues jusqu'aux oreilles de la récente Fuyujin lors de son périple. Quelle parfaite occasion pour en apprendre plus ! Et si cette rencontre ne lui rapportait pas ce qu'elle désirait, rien ne l'empêcherait de l'écourter ; ce n'était pas comme si Teresa of the faint smile se préoccupait réellement des règles de la bienséance : si l'échange ne lui convenait pas, tant pis ! Il lui suffirait de le quitter aussi sec.

Toc toc toc.

Trois coups abrupts furent frappés à la porte.

Oh, voyez-vous donc ça ; c'est qu'elle était capable d'attendre sagement qu'on vienne lui ouvrir au lieu de se frayer une entrée par la force sans sourciller ! Comme quoi, tout pouvait arriver... bien que je ne jouerais pas trop avec sa patience, personnellement.

Son œil brillait subtilement de curiosité, indiquant la pointe d'intérêt qui l'irritait.

Un fin sourire s'étala sur son visage impavide, son regard couleur acier qui tranchait prêt à se heurter face à ce qui l'attendrait désormais : il lui fallait décidément la questionner... sur l'inlassable possibilité de retourner là d'où elle venait.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2204
Yens : 281
Date d'inscription : 11/03/2016
Localisation : Palais royal - Forêt luxuriante (Minshu)

Progression
Niveau: 181
Nombre de topic terminé: 96
Exp:
The witch's house... isn't it ? Left_bar_bleue2/12The witch's house... isn't it ? Empty_bar_bleue  (2/12)
Ellen
Ellen ⛤Impératrice des Enfers ⛤

-



MessageSujet: Re: The witch's house... isn't it ?   The witch's house... isn't it ? EmptyVen 08 Fév 2019, 18:34



Feat. Teresa ~
The witch's house, isn't it ?...

Viola's theme



Musique d'ambiance

La lune était haute et pleine dans le ciel noir et tacheté de lumières d'argent aux airs protectrices...

TOC. TOC. TOC.

On toquait à la porte.

Je pouvais l'entendre. J'étais dehors, au jardin extérieur, caressant les pétales d'une rose avec douceur, le regard dans le vide, ne pensant à rien. Le vent soufflait. Qui cela pouvait bien être ? Un voyageur ? Un soldat ? Je n'en savais rien, mais chaque coup porté à l'entrée me rendait curieuse. Comme si... Quelque part, au plus profond de moi-même, j'attendais la venue de quelqu'un. Mais c'était devenu impossible de savoir qui. Mon corps réagissait, mais ne me dévoilait rien. Alors que je pouvais sentir quelques gouttes de pluie timide sur mon corps, je tournai la tête lentement. Entre les ronces, je pouvais voir de loin une silhouette de femme, aux longs cheveux ondulés et dorés, telle Boucles d'Or. Sa peau était blanche, très pâle, et sa tenue si atypique que je pus facilement me dire qu'elle ne devait pas être une native. C'était moulant, très moulant, et d'une particularité intriguante. Mes yeux plissés, je ne dis rien, m'approchant silencieusement, alors que je pris les gargouilles toiser d'en haut l'inconnue avec méfiance. Elles aussi avaient sûrement remarqué qu'elle ne devait pas venir d'ici. Mais elle ne semblait pas dangereuse. Du moins ne voulait-elle point nuire, vu sa politesse à toquer à la porte.

Bonsoir... Que puis-je pour vous ?, commençai-je en sortant de l'ombre.

Notre grand château avait la grande unicité d'avoir un magnifique jardin de roses, majestueux et vaste, qui attirait énormément de personnes. Ellen adorait les roses depuis sa transformation en sorcière, m'eut-elle dit un jour. Moi aussi, je les aimais. C'était étrange, mais en les regardant, je pouvais sentir un lien fort entre nous. Quelque chose qui me disait... Que nous n'étions pas si différentes, cette fleur et moi. Parfois, je me sentais même nostalgique à la sentir et à la regarder. Mais encore, mon corps ne me disait rien, et pensées, mes sensations, restaient mystérieuses même envers moi-même. J'avais perdu mon innocence; je n'étais plus aussi énergique qu'auparavant. Désormais, je préférais rester dans l'ombre de la Reine, bien que j'étais, semblerait-il, le Roi par alliance. Mais plus rien ne m'intéressait, et je n'avais même plus la force d'élever mes enfants. Je restais éloignée, solitaire, me laissant le plus souvent bercer par les souffles tourmentueux du vent.

Viola. Viola était mon nom. Et on l'avait bien choisi. Je jouais du violon, très souvent, lorsque je quittais le palais, ou lorsque je n'étais pas au village de Fuki. J'avais comme l'impression de m'endormir sous la mélodie, laissant mes membres continuer par eux-mêmes. Bien que mon corps restait mystérieux, je lui faisais confiance, par habitude sûrement.
Fixant la demoiselle avec intérêt mais le faciès stoïque, j'attendais sa réponse, une rose en main et sous mon nez, ses pétales s'échappant dans l'air, et laissant un doux parfum envahir les environs. Normalement d'un naturel curieux, j'aurais du avoir plusieurs questions dans mon esprit... Mais encore, il restait vide. J'avais perdu toute énergie. Toute... Âme ou joie de vivre. C'était devenu un devoir, plus qu'une simple banalité. Un... Fardeau, peut-être, malgré tous les moments de bonheur que j'avais bien pu vivre.

Ellen devait nous observer au même moment.



Dernière édition par Ellen le Dim 17 Fév 2019, 12:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 23
Yens : 360
Date d'inscription : 30/01/2019
Localisation : Dans le froid

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé:
Exp:
The witch's house... isn't it ? Left_bar_bleue0/6The witch's house... isn't it ? Empty_bar_bleue  (0/6)
Teresa
Teresa ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: The witch's house... isn't it ?   The witch's house... isn't it ? EmptyMer 13 Fév 2019, 20:55

« By the way, this is a witch's house, but you already knew that, right? »

Peut-être n'aurait-elle jamais du venir ici, après tout...

Cette maudite histoire de Kosaten, ça lui montait à la tête, ça lui tapait sur le crâne ! Quoi, des Dieux ? Des sceaux ? Une guerre ? Allons bon, pensaient-ils sincèrement que Teresa of the faint smile ne possédait rien de mieux à faire de ses journées que de jouer à la gentille élue de Fuyu ? Un peu de sérieux, que diable !

Ah, la belle affaire, tiens ; si au moins la blonde pouvait s'assurer de la sécurité de Clare... patience, elle finira bien par en obtenir le moyen, foi de Claymore.

Voilà qu'une discrète personne s'avançait en sa direction, une unique interrogation à la bouche.

Oh, que ses aptitudes se révélaient terriblement amenuises ! Malgré son visage de marbre qui ne permettait à la moindre émotion de transparaître, l'on ne pouvait nier que, pour le coup, ses pupilles aiguisées remarquèrent la demoiselle qui s'extirpait de la pénombre bien plus tard que d'ordinaire (là où, habituellement, rien ne lui échappait) ; ses prunelles d'argent se pressèrent de l'étudier sans ciller.

Une jeune fille un poil plus petite que la guerrière, des cheveux flavescents tressés et de grands yeux couleur d'émeraude, tenant en sa main une rose qui embaumait l'espace ; l'air maussade, comme enveloppée par une atmosphère délétère, l'allure assez lassée aussi... non ?

Hum.

En tout cas, il ne s'agissait pas exactement de la représentation que la Soldate se forgeait intérieurement de la Sorcière, celle qui se situait sous son regard froid manquait de présence, de prestance même... toutefois, ne jugeons pas un livre à sa couverture !

— Bonsoir ; vous devez être Ellen, je présume ? J'ai entendu parler de cet endroit et de votre réputation lors de mes pérégrinations : je suis simplement en quête de quelques renseignements, ce ne sera guère long. À vrai dire, je doute fortement que vous ayez les réponses à mes questions, mais... sait-on jamais, révéla sa voix grisâtre.

Sa tête bascula machinalement très discrètement sur le côté, son sourcil droit s'arquant légèrement... décidément, son interlocutrice lui procurait une étrange impression (toujours ce faux-contact ?) : son attitude semblait tenir du tégument creux... pourquoi donc ?

Ah, attention ! Depuis quand s'intéressait-elle aux mystères d'autrui ? Non, non, non : ça ne la concernait pas le moins du monde, hein ? D'où lui provenait cette curiosité ? De cette nouvelle terre à explorer ? Ou alors... de ce que, derrière elle, Teresa avait abandonné ?

Oh Clare, si tu savais...

pas une journée ne se terminait sans que le plus infime des détails ne rappelait à l'épéiste sa chère protégée – non, sa fille adorée.

L'ancienne no.1 de L'Organisation se racla prudemment la gorge, avant de continuer d'un ton qui ne dénotait pas du moindre état d'âme :

— Je cherche un moyen, s'il existe, de retourner chez moi : là d'où je viens, j'entends. Ou bien une solution pour entraîner jusqu'ici quelqu'un de là-bas... ce serait possiblement mieux, en réalité. Sinon, juste de quoi pouvoir faire une liaison, ça devrait pouvoir exister... ou ne sont-ce véritablement que de vulgaires utopies ?

Ainsi, les mots posés, Teresa en profita pour lever ses mirettes vers les gargouilles qui l'observaient soupçonneusement du haut de ce grand château... intéressant.

Et ce jardin chargé de ces fleurs rubicondes qui, ma foi, devait certainement faire fureur chez les Hommes. Cependant... cette ambiance très bourgeoise l'oppressait quelque peu : vraiment, impossible de se relâcher dans un tel univers ; déjà que, en général, difficilement elle se détendait.

Ne souhaitant pas que sa méfiance envahisse l'environnement jusqu'à lui porter préjudice vis-à-vis de cette brusque rencontre, la femme mi-monstre laissa son énigmatique sourire se tracer sur sa face ; oh, parfois, que sa figure apparaissait douce – on pouvait presque y déceler des fragments de tendresse maternelle... de quoi détoner en comparaison avec sa lourde réputation !

Enfin, ici, tout lui restait encore à construire ; nul ne la connaissait... pour le meilleur ou pour le pire.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2204
Yens : 281
Date d'inscription : 11/03/2016
Localisation : Palais royal - Forêt luxuriante (Minshu)

Progression
Niveau: 181
Nombre de topic terminé: 96
Exp:
The witch's house... isn't it ? Left_bar_bleue2/12The witch's house... isn't it ? Empty_bar_bleue  (2/12)
Ellen
Ellen ⛤Impératrice des Enfers ⛤

-



MessageSujet: Re: The witch's house... isn't it ?   The witch's house... isn't it ? EmptyDim 17 Fév 2019, 13:45



Feat. Teresa ~
The witch's house, isn't it ?...

Viola's theme



Ellen... Elle cherchait donc Ellen. Pour des... Renseignements.
Elle me prenait pour elle... Ce qui me fit raviver quelques douloureux et lointains souvenirs... De lorsque j'étais dans son corps. Dans notre monde. Pendant qu'elle, était partie, heureuse dans les bras de mon père. Mais je ne lui en voulais pas. Du moins, je ne lui en voulais plus, maintenant que j'avais compris sa souffrance, que j'avais compris à quel point elle avait subi, et qu'elle méritait d'avoir sa bonne fin. Heureusement, tout était, en quelque sorte, rentré dans l'ordre, n'est-ce pas ? Bien que je n'avais plus mon père à côté de moi, bien que j'étais éloignée de mon village... J'avais une famille. J'étais père. Et j'allais éduquer mes enfants de la même manière que mon père l'avait fait pour moi. Pour lui faire honneur. Pour toujours, et à jamais, penser à lui. Je ne l'oublierai pas. Même si je savais que je n'allais plus le revoir. Même si je savais que nous étions condamnés à rester sur Kosaten...

Je ne voulais pas l'oublier.

Quand bien même je ne regrettais pas d'avoir continué d'aider Ellen... De lui rendre visite dans mon monde... Quelque part il y avait... Des doutes qui subsistaient, même encore maintenant. Aurais-je du expliquer le cas d'Ellen ? Je me demandais si... Elle ne nous aurait pas tués tous les deux... C'était même très probable... Hm.
Je poussai un long soupir après ce court rappel, tandis que le vent soufflait si fort désormais que mes tresses se faisaient soulever. Le ciel hurlait, tandis que les éclairs déchiraient les nuages grisâtres. Elle voulait retourner chez elle... Ou encore, ramener quelqu'un ici... Avoir une "quelconque liaison". Mes yeux se plissèrent davantage, alors que je jetai la rose qui monta jusqu'au balcon où se trouvait la chambre de la Reine, laissant une traînée de pétales derrière elle.

Musique d'ambiance

Il n'y aucun moyen de retourner dans notre monde. Aucune liaison possible également. Ni même de possibilité d'amener quelqu'un ici, j'en suis navrée.

Je sortis une paire de ciseaux que je fis claquer violemment. Avec cela, je vins couper une rose, qui se mit à saigner entre mes doigts. C'était machinalement que je venais ôter les imperfections dans ces champs de roses, qui devaient être parfaitement ordonnées. Ellen m'eut un jour dit... Qu'elles représentaient un certain nombre de personnes qu'elle avait tuées. C'était comme si l'un d'eux n'avait point accepté son destin d'être une vulgaire plante, et que j'étais venue le punir tel un cruel bourreau.
Tragique.

Je ne suis pas celle que vous recherchez. Mon nom est Viola, je suis son épouse.

Mon tablier volait un peu avec ma robe. Je levai les yeux vers le haut. La lune me baignait de lumière.
Je n'étais pas une élue. Je n'avais pas de sceau sur moi... Pourtant, tout comme Ellen, je venais d'un autre monde. Je ne pouvais même pas mourir... Qu'étais-je donc ?
Je fermai les yeux, alors que l'eau glissait lentement sur mon visage, tombant de ma frange, du bout de mon menton, de mes doigts, de mes ciseaux rouges, et de ma robe.

Ne vous a-t-on point dit qu'il était dangereux d'aller dans les profondeurs de la forêt ?

C'était ce que mon père m'avait dit. Et bien sûr que personne n'allait lui dire cela. Ils voyaient tous Ellen comme une héroïne, une idole même sur les terres de cette nation...
Pourtant, je l'avais dit, avec une profonde nostalgie, un œil ouvert sur deux. Je fixais l'inconnue, et bien que j'étais curieuse à son sujet, rien n'était apparent sur mon faciès.

Nous étions tous condamnés ici.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 23
Yens : 360
Date d'inscription : 30/01/2019
Localisation : Dans le froid

Progression
Niveau: 1
Nombre de topic terminé:
Exp:
The witch's house... isn't it ? Left_bar_bleue0/6The witch's house... isn't it ? Empty_bar_bleue  (0/6)
Teresa
Teresa ¤ Inconnue ¤

-



MessageSujet: Re: The witch's house... isn't it ?   The witch's house... isn't it ? EmptySam 02 Mar 2019, 23:26

« By the way, this is a witch's house, but you already knew that, right? »

Ce soir-là, une imposante pluie s'abattait sur les terres de ce petit bout du nouveau monde.

La blonde ne se préoccupait que rarement des tergiversations de la météo, cependant même elle s'accordait à songer que, décidément, il existait plus agréable pour accompagner une rencontre sous ce ciel illuné ; dis donc, il s'agissait d'un sacré temps capricieux... probablement à l'image de ce Continent belliqueux.

Oh, pas d'inquiétude : ayant bravé tempêtes et monstruosités, une vulgaire averse ne lui provoquerait pas le plus infime tort, par ailleurs les intempéries semblaient drôlement lui signaler divers remous qui pourraient survenir pour altérer cette modeste entrevue... ou pas, nonobstant cette éventualité, ma foi, curieuse.

Quand la demoiselle lui répondit, la Claymore ne souffla mot pour s'assurer de correctement l'écouter. Hum... et bien sûr, cette halte spontanée au creux de cette forêt luxuriante ne lui apporterait donc malheureusement rien d'après les dires de sa placide interlocutrice au sujet de ses interrogations sans issue ; hé, quoi de mieux pour égayer sa journée, hein ?

Ses paupières se fermèrent plusieurs secondes, comme pour assimiler l'impossibilité de sa requête, avant que Teresa ne se décida à prononcer quelques vocables :

— Ah, non, je m'en doutais, de sa voix glaciale aucunement altérée.

Sa solution ne se trouvait donc vraisemblablement pas ici ; ailleurs, il lui fallait chercher ailleurs... oui, mais ?

Une des plus puissant(e)s élu(e)s ne disposait donc pas d'une quelconque piste pour accéder à sa sollicitation et j'ose croire que tous ne se berçaient plus par cet espoir depuis longtemps... ainsi, comment faire ? Quitte à en être la première ! Patience lui permettrait de s'approcher de cette vérité qui dormait tout bonnement (peut-être) essentiellement auprès des Dieux (qu'il lui faudrait défaire)... cela dit, passons !

L'atmosphère s'altérait subrepticement depuis tout à l'heure, tandis que l'épouse de la Sorcière – une dénommée Viola – s'occupait à tailler ses rosiers ; de la fleur couleur vermeil désormais estropiée s'écoula un liquide étrangement rouge... non, sûrement un coup de son imagination, voyons, les plantes ne saignaient pas (n'est-ce pas ?) !

Tout autant que la verdure ne scintillait pas d'une lueur bleu pâle... hum.

Ah, évidemment, quand la Fuyujin apprit son erreur vis-à-vis de l'identité de la personne en face, elle se rattrapa du mieux qu'un pion de L'Organisation le pouvait – avec un léger moment de retard, seulement :

— Oh. Je suis Teresa, tenta flegmatiquement la Soldate.

Pas la plus bavarde, ni la plus commode, mais ça faisait l'affaire ! Pour quelqu'un d'aussi individualiste et imperturbable à l'origine, constater un semblant de présentation correcte en dehors du moindre accord, tacite ou non, relevait presque de la prouesse – remercions son actuelle perdition.

Enfin ; les paroles concernant le risque de sa traversée en ce bois d'un ton un brin omineux piquèrent son intérêt... s'agissait-il d'une menace subtilement déguisée ? Ou d'un conseil rudement avisé ? Voire, les deux à la fois ?

— Hum... personne ne m'a gardé de m'approcher de cet endroit en particulier, bien qu'il semblerait qu'en ce monde, et ce, peu importe le lieu : nul ne peut demeurer éternellement en sécurité, oui, Kosaten se vantait suffisamment sanguinaire pour que quiconque craignait son danger ou, en tout cas, ne cessait de le répéter.

En réalité, rien ne retenait Teresa ici et, en temps normal, on l'observerait d'ores et déjà repartir de son pas nonchalant sans un seul regard en arrière ; toujours était-il que la jeune femme demeurait fermement intangible sur ses positions – sa curiosité anormalement écrasante l'y incitait certainement, croisant négligemment les bras contre sa poitrine avant de déclarer d'un air amusé, un délicat sourire discret sur la face :

— Pourtant, je me le demande : est-ce vraiment si dangereux... d'aller dans les profondeurs de la forêt ?

Allons bon, aucun loup ne viendrait l'y manger... pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 2204
Yens : 281
Date d'inscription : 11/03/2016
Localisation : Palais royal - Forêt luxuriante (Minshu)

Progression
Niveau: 181
Nombre de topic terminé: 96
Exp:
The witch's house... isn't it ? Left_bar_bleue2/12The witch's house... isn't it ? Empty_bar_bleue  (2/12)
Ellen
Ellen ⛤Impératrice des Enfers ⛤

-



MessageSujet: Re: The witch's house... isn't it ?   The witch's house... isn't it ? EmptyJeu 28 Mar 2019, 18:28



Feat. Teresa ~
The witch's house, isn't it ?...

Viola's theme



Musique

Je suis enchantée de vous connaître, mademoiselle Teresa., laissai-je passer d'entre mes lèvres, dans un murmure las, où l'on pouvait facilement ressentir toute la fatigue qui m'avait envahie, à force de coups de fouet dramatique que m'avait porté la vie.
Malgré tout ce désintérêt que j'avais à l'égard de celle-ci en ce moment, je restais encore debout, par habitude, mais aussi par devoir, telle une vulgaire machine, qui ne cessait d'avancer, jusqu'au jour où elle s'arrêtera, lentement, pour venir s'éteindre et être libérée de ce cercle infini de douleur et d'ennui.

Ainsi rugissait le vent qui me griffait la peau. Dans toute cette nature, noyée dans ces couleurs si familières, submergée par cette ambiance que je connaissais si bien... J'y voyais de la nostalgie, encore. Mon enfance, mon sourire, mon énergie... Et tout ce chemin que j'avais parcouru jusqu'ici, en perdant au fur et à mesure mon identité... Pour ne devenir qu'un vulgaire automate rouillé. Quelque part, cela m'amusait. Moi qui auparavant regrettais mon idiotie passée... Désormais, je me languissais d'elle. Elle me manquait, car elle faisait partie de moi. Mon innocence, ma joie... Mon âme... Tout cela s'était annihilé... Et ma raison me disait continuellement, d'un ton sévère mais sincère :

C'est terminé maintenant.


Je ne pensais pas avoir commis d'erreur, non. C'était autre chose; une simple acceptation de mon sort. Ma destinée. Je me laissais faire, et je tendais les bras à la vie, qui continuait encore son travail, me torturant jusqu'à la fin qui ne viendra peut-être pas. Ce vide. Cette perte de conscience éternelle. Je la voyais comme une libération, de ce corps maintenant devenu trop lourd à porter.

Je voulais sourire à nouveau. Sourire pour de vrai, pour ce moment que j'attends comme une enfant.

C'était tout ce qui me restait de moi. Ce qui faisait de moi "Viola". Parfois, je me demandais si la forêt ne chantait point mon histoire, dans une douce et silencieuse musique, que moi seule pouvait comprendre. Comme un rappel. Un rappel du fait que mon histoire était toute écrite. Je pouvais être fière, quelque part. J'étais une sorte de princesse. Celle d'un conte qui ne sera jamais entendu. Mais que j'aurais pu voir se dessiner sous mes yeux. Lentement, comme les caresses d'une tendre mère. Quelque part... J'étais heureuse.

J'avais vécu ce que j'avais à vivre. J'avais connu la colère, le désespoir, la jalousie... Tous ces sentiments forts qui me rendait vivante, et humaine.

Je m'effaçais petit à petit. Laissant place aux autres qui allaient me suivre, comme une chaîne. Quand tout cela sera terminé... Je pourrai enfin dire que... J'ai été fière d'être moi-même. D'avoir vécu. D'avoir aimé. D'avoir détesté. D'avoir pleuré. Avant de plonger dans le néant. Et n'être plus rien d'autre que du passé, si le monde pouvait encore se souvenir de moi, si il en avait la capacité.

Je souris.

Je ne sais pas, Teresa. C'est à toi de le savoir, je suppose., dis-je d'une calme et harmonieuse voix.

Je plongeai mes yeux dans les siens. Et, durant ce court instant, ce fut comme une lumière. Mon visage avait l'air d'avoir retrouvé ses couleurs. Comme si mon âme avait décidé de revenir pour ce moment-là. Précisément.

Pourquoi ne pas entrer à l'intérieur le vérifier, très chère ?

Comme moi, autrefois.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

-



MessageSujet: Re: The witch's house... isn't it ?   The witch's house... isn't it ? Empty

Revenir en haut Aller en bas
The witch's house... isn't it ?
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] House of Fury [DVDRiP]
» [UploadHero] House of the Rising Sun [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Manga Multiverse :: The witch's house... isn't it ? 190103103231202569 :: République de Minshu :: Forêt luxuriante-


Crédits : Design : Phoenix & Pingouin Règlements & Contexte : Phoenix
Forum optimisé pour Google Chrome.